Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Enfance, jeunesse > Jeunes travailleurs > FJT- bilan 2010, départ de Bernard Provost

FJT- bilan 2010, départ de Bernard Provost

Ecrit le 20 avril 2011

 Bernard Provost : dix-huit ans de militant

JPEG - 75.8 ko
Bernard Provost - Françoise Guinchard

Une page se tourne à l’ALJC (association pour le logement des jeunes) avec le départ du Président Bernard Provost : 18 ans de présence dans l’association, comme militant de base, puis trésorier et président (9 ans). Ce n’était pas une présidence de notabilité ou de façade, c’était une réelle responsabilité avec, par exemple, une astreinte toutes les nuits, un président prêt à venir sur le terrain à toute heure du jour et de la nuit. Heureusement les coups durs ont été rares : le foyer de jeunes travailleurs est bien tenu !

Energie convaincante, rigueur, dynamisme associatif : ainsi l’ont décrit ceux qui ont travaillé avec lui et, avec humour, les salariés ont retracé ses qualités. « Nous vous libérons pour d’autres engagements moins prenants » ont-ils dit. Bernard Provost conserve cependant les liens avec Haïti et le suivi du jardin.

L’ALJC, association pour le logement des jeunes, a été fondée en 1992 à l’initiative   de la municipalité de Martine Buron, et à la demande de chefs d’entreprise rassemblés dans l’ADIC. Il s’agissait de fournir aux jeunes un hébergement de qualité. La pose de la première pierre du foyer a eu lieu en décembre 1996 pour une ouverture le 1er septembre 1997. Ce fut le succès dès le départ, tant le besoin était pressant. Puis les 31 lits du foyer se sont révélés insuffisants (par exemple le taux d’occupation a été de 98 % en 2010) et c’est ainsi qu’est né le service logement qui, actuellement, propose 21 logements extérieurs en sous-location et 3 en habitat temporaire. Mais cela ne suffisait encore pas pour répondre aux demandes : c’est alors qu’a été imaginé le service de logement chez l’habitant : le foyer assure la mise en relation entre un habitant « hébergeur » et un jeune en demande de logement temporaire. 47 chambres sont ainsi proposées sur une douzaine de communes.

 185 personnes

En 2010 l’ALJC a rendu service à 185 personnes :

72 personnes ont occupé les 31 lits du foyer (ce qui représente environ 6 mois chacune)
41 personnes (dont 6 enfants) ont bénéficié des 21 logements extérieurs
17 personnes dont 4 enfants ont occupé les 3 logements temporaires.
43 jeunes ont été logés chez 18 hébergeurs
12 personnes en formation au CFP sont venues prendre leur repas au foyer.

 Habitat temporaire

L’habitat temporaire chez l’habitant se développe peu à peu notamment sur la Com’Com’   de Derval. « On arrive maintenant à 28 hébergeurs ». L’hébergé paie 15 euros la nuit (petit déjeuner compris) ou 250 € pour un mois.

Mais cette opération prend du temps et, pour l’instant, le service est déficitaire pour l’association.

Pour l’année 2011, la gamme de logements s’élargit avec 2 appartements de 14 et 20 m2 qui seront livrés en mai à Erbray et 4 logements potentiels à Issé.

L’association souhaite élargir encore, par l’intermédiaire d’une sorte de « foyer soleil » : 2 à 4 logements par commune, pour être au plus près des besoins.

L’ALJC est gérée par du personnel, qui représente 3.93 équivalents temps plein. Il y a quelques années, par suite de difficultés financières, des salariées avaient accepté de diminuer leur temps de travail (et leur rémunération), de 10 %.

Les animations sont toujours variées : concert, WE évasion sur la Loire, échanges avec Ancenis et Nozay, actions de solidarité (Haïti et Toutes Pompes Dehors), atelier cuisine, WE au Futuroscope, petit-déjeuner mensuel, etc. La commission « solidarité » réunit les résidents et les animateurs du foyer pour élaborer les projets communs.

Et, prochainement, un ou une présidente au Foyer, après Josiane Boulogne, Damien Voilmot et Bernard Provost.