Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Entreprises > Mai 2011 : FMGC prévoit une construction

Mai 2011 : FMGC prévoit une construction

Ecrit le 25 mai 2011

 4000 m2

Selon la Lettre de l’API du 2 mai, la FMGC (Soudan) prévoit la construction de 4000 m2 de bâtiment en deux phases pour le stockage des grosses pièces. « C’est l’une des clés de l’augmentation de notre capacité de moulage dans ce secteur puisque cinq jours de refroidissement leur sont nécessaires », indique le PDG Gérard Thuet. La première tranche sera opérationnelle en 2012.

La fonderie bénéficie à plein du redémarrage de la filière de la manutention, notamment de Manitou et Toyota à Ancenis. Ses effectifs sont remontés à 340 salariés dont une cinquantaine d’intérimaires contre 280 au printemps 2009, après le plan social. Une douzaine des employés licenciés ont été réembauchés. Au plus fort de son activité en 2008, la filiale de Farinia comptait 400 personnes. Elle capte 25 à 30 % du marché européen du contrepoids, aujourd’hui estimé à 300 000 tonnes annuelles.

[Au Conseil Communautaire du 20 avril 2011, il a été annoncé qu’une parcelle de 2950 m2 sera cédée à la FMGC pour y réaliser une plateforme de refroidissement des moules de la fonderie. Prix de vente : 3,60 €/m2.]


Ecrit le 12 octobre 2011

Lu dans La lettre de l’API du 6 oct. 2011

 La FMGC fait appel à des intérimaires roumains

Le robinet des embauches s’est rouvert à la FMGC à Soudan dont les cubilots tournent à plein : l’effectif permanent a grossi d’une trentaine de salariés depuis le printemps pour atteindre 320 personnes auxquelles s’ajoutent une centaine d’intérimaires. Parmi ces derniers se trouvent depuis deux semaines une dizaine de travailleurs roumains. Une façon pour la fonderie, fabricant des contrepoids, de « sécuriser » son besoin de main d’œuvre, surtout pour les postes pénibles à l’ébarbage et au ponçage : « Juste avant les congés d’été, nous avons dû faire face un surcroît de charge et nous avons eu du mal à disposer du personnel nécessaire, explique le PDG Gérard Thuet. Et comme nous savions que la rentrée serait encore plus délicate, nous avons pris nos dispositions. » L’entreprise s’est rapprochée de la société de droit roumain Arcforce, créée en 2007 et spécialisée « dans le recrutement et la mise à disposition de personnel qualifié ». Elle prend en charge son transport et son hébergement. Plusieurs groupes dans l’Ouest font appel à ses services, en particulier dans l’agroalimentaire. 

[Ndlr : du personnel qualifié pour l’ébarbage, c’est nouveau ! De plus on sait que des personnes de Châteaubriant avaient posé leur candidature mais n’ont pas été prises ! Dans ces conditions c’est facile de dire qu’on ne trouve personne !]


 Enertime

PDF - 389.4 ko
Enertime

Selon le journal Les Echos du 8 novembre 2012, la société Enertime a le projet de transformer en électricité les calories inutilisables dégagées par les sites industriels. Pour la première validation industrielle de sa technologie phare, la jeune société a choisi la fonderie FMGC de Soudan. « Nous cherchions un industriel qui accepte d’accueillir notre pilote pour expérimenter en grandeur réelle notre module Orchid en cours de conception », explique Gilles David, président et cofondateur d’Enertime. Le module sera adapté à l’entreprise : une machine robuste de taille industrielle, valorisant une source de chaleur à 200 °C et utilisant un fluide non inflammable et non toxique avec un rendement électrique supérieur à 16 %. Ce module sera raccordé au système existant de refroidissement des fumées du haut-fourneau, ainsi qu’au réseau électrique interne. « L’électricité ainsi réinjectée représente environ 5.000 MWh par an, soit la consommation annuelle de 1.500 foyers français », précise Pierrick Pincemin, responsable de la maintenance de l’usine FMGC. « Cette technologie permet également d’arrêter les aéro-réfrigérants existants et donc d’économiser 100 MWh supplémentaires. »


Ecrit le 28 février 2013

 Accident motel à la FMGC

Voir article de Ouest-France