Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Enfance, jeunesse > Jeunes : Guinée, solidarité

Jeunes : Guinée, solidarité

Ecrit le 25 mai 2011

 11 000 briques et des amitiés

« Nous avons séjourné en République de Guinée du 12 avril au 3 mai 2011 dans le cadre de notre service civique au Centre Socio Culturel de LaMano (du 14 octobre 2010 au 13 juillet 2011) » expliquent les huit jeunes, accompagnés de leur animatrice Florence Joulain.
 
Nous avons reçu un accueil des plus chaleureux par les jeunes, les habitants et les autorités de Mambia. Lors de la cérémonie d’accueil, nous avons tous été rebaptisés d’un prénom africain :

Emilie > Diaraye — Noëlla > Fatoumata —Jennifer > Mariam — Simon > Moussa — Nabil > Amadou Naby. — Alexandre > Ibrahim. — David > Abdoulaye — Florence > Bountou — Pierrot > Mohamed.

Les deux premières semaines, nous avons résidé dans une maison qui allait au-delà de nos espérances du point de vue du confort (eau courante, électricité le soir avec un groupe électrogène).

Chantier à Mambya

Tous les matins, nous avons travaillé à la confection de briques en terre crue avec un groupe de jeunes maçons en formation au CFP de Kindia. L’une des deux machines était la même que celle que nous avions utilisée à Gruellau. L’autre, plus puissante, permettait de faire deux briques d’un coup.

En 10 jours, 11000 briques ont été réalisées. Elle serviront à la construction des murs de la future maison des jeunes qui débutera après la saison des pluies.

Les après midi (« quelle chaleur » !) étaient dédiés à des visites de sites historiques et à des rencontres   avec les jeunes et les villageois. Nous avons ainsi pu comprendre l’histoire de la commune rurale de Mambia et son contexte socio-écono-mique et politique.

Deux matchs de foot ont été disputés sous la chaleur de Mambia (35°C) entre l’équipe locale et l’équipe d’ « Aventure-Solidaire » devant un nombreux public. (Deux matchs, score à égalité).
 
La troisième semaine, nous sommes partis à Kindya Ville (environ 120.000 hab.) Nous étions logés à l’auberge de jeunesse située face au Mont Gangan (1700m). Notre base était « l’espace sans tabou », local qui abrite les activités associatives de la jeunesse de Kindya et la « cajek » (Coordination des Associations des Jeunes de Kindia) ainsi qu’un restaurant dans lequel nous prenions nos repas.

Lors de cette semaine intense nous avons visité de nombreux sites naturels (chutes d’eau de « Kilissi », le « Voile de la Mariée »…), échangé avec les jeunes des associations sur nos activités respectives et rencontré les autorités.
 
Grâce aux actions que nous avons menées sur le territoire de Nozay (Tournoi de Football Solidaire, maquillage pour Mardi Gras…), nous avons pu être acteurs « Ici et Ailleurs ». Un grand merci aux habitants de Nozay, de Mambia et de Kindya !
 
De nombreuses idées de partenariat avec nos amis guinéens ont émergé et nous espérons pouvoir continuer à mener d’autres projets de solidarité et d’échanges !

 Chocs culturels

Autre culture, autres façons de faire : se serrer la main, se serrer dans les bras … les jeunes de Nozay ont eu bien du mal au début puis ils ont apprécié ces démonstrations d’amitié.

Liens : des liens très forts se sont noués, des rencontres   individuelles ont eu lieu autour de la musique, du foot, de la danse, des recettes de cuisine (très épicée en Afrique !). Les jeunes ont échangé aussi sur les relations sociales qu’ils ont entre eux et avec les adultes.

Adultes : les jeunes de Guinée sont « très respectueux de la parole des plus âgés qu’eux » disent les jeunes de la Mano, surpris de cette attitude qu’on ne connaît plus en France ! Surpris aussi de voir des jeunes, même d’une quinzaine d’années, s’engager aussi fortement dans la vie associative de leur commune « pour que ça change ».

Surprise encore : les enfants de Mambya n’ont pas de jouets, ou plutôt ils se les fabriquent eux-mêmes avec les moyens du bord : boite de conserve, vieille roue de vélo.

Toilettes sommaires, télévision et électricité épisodiques, taxis-motos, absence d’eau courante dans les maisons, rues non goudronnées … que de découvertes ! Et, malgré l’absence de « progrès » technique, « nous avons trouvé des jeunes heureux, souriants, accueillants, solidaires et fiers de leur pays »

 Du côté des élus

Jacqueline Segalen et Claire Théveniau sont allées aussi à Mambya et Kindya. « Les autorités locales ont été heureuses de notre intérêt ». - « Région très rurale, villages dispersés, cases rondes, quelques maisons en dur ».

Le maire de Kindia a un projet d’assainissement pour sa ville. Il viendra à Nozay d’ici la fin juin