Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > Diverses communes > Erbray : deux logements, deux cabinets et une bibliothèque

Erbray : deux logements, deux cabinets et une bibliothèque

Ecrit le 1er juin 2011

 Erbray : deux logements, deux cabinets et une bibliothèque

Animer le cœur du bourg, restaurer et mettre en valeur le patrimoine local, tels ont été les éléments fondamentaux de la réflexion des élus d’Erbray des différentes municipalités.

En 1986, en plein centre, s’est constitué un ilôt fonctionnel : la Poste, la supérette, la pharmacie et la banque. Ces deux derniers services donnant sur une placette réservée aux piétons.

Alors, quand l’activité du Crédit Mutuel a cessé, ce fut une forte déception, d’autant plus que La Poste était menacée aussi. Aux aguets, la municipalité a acheté le bâtiment libéré par la banque « la maîtrise du foncier et du patrimoine nous permet en effet de gérer nos objectifs » dit le maire Jean Pierre Juhel.

Erbray disposait d’une bibliothèque très petite et sombre : 35 m2 seulement. Elle avait le mérite d’exister mais peu d’attraits pour les bénévoles qui la maintenaient en vie et pas plus pour les lecteurs qui ne s’y attardaient guère. D’où l’idée du transfert. Le local, réaménagé par l’architecte Xavier Ménard, avec une extension de 20 m2, fait désormais une bibliothèque de 116 m2 utiles et rien n’interdit d’aller faire la lecture dehors ! L’équipe des bénévoles est passée de 13 à 19, le nombre des lecteurs-lectrices a progressé fortement. Les écoles d’Erbray et du Petit Auverné trouvent là un outil pédagogique attirant les enfants. Guy Lebris, nouvelliste renommé, s’implique fortement pour faire découvrir, connaître et aimer son art … et celui de Maupassant.

JPEG - 132.2 ko
Erbray

En face, de l’autre côté de la Rue du Calvaire, un bâtiment se cachait sous un enduit peu valorisant. Il a maintenant fière allure. Mis en valeur par l’architecte Gilbert Masson, il accueille au rez de chaussée deux locaux dédiés aux services à la personne : Marie-Hélène l’infirmière et Lucie l’ostéopathe.

« L’étage, l’équipe municipale l’a voulu orienté vers l’avenir : proposer à des jeunes en apprentissage, ou en formation, ou déjà en poste qualifié, de réduire le temps de déplacement en les rapprochant de leur lieu de travail » dit le maire, se satisfaisant d’un travail constant avec l’ALJC (association pour le logement des jeunes). Un logement pour une personne, un logement pour deux personnes, déjà équipées d’un petite cuisine et des meubles de base : « c’est par ce genre d’opérations, parsemées sur le territoire, que des communes rurales pourront apporter leur aide aux entreprises et services locaux, en rapprochant les acteurs du monde du travail » dit encore Jean Pierre Juhel, en évoquant aussi l’opportunité de créer un logement d’urgence (à voir à l’occasion du futur PLH ?)

« Continuer à entretenir notre patrimoine, apporter de la vie dans notre cité, la rendre attractive et sécurisante par des aménagements afin que ses habitants s’y sentent bien, est pour nous une volonté constante ». Les adjoints et plus particulièrement Patrice Etienne et Joseph Jannault s’y emploient, de même que le Conseiller Général Jean Poulain, avec les financements conjugués de l’Etat, de la Région, du Conseil Général et de la Com’Com’   du Castelbriantais.

« J’aimerais faire un vœu à l’adresse de nos gouvernants » conclut le maire, « Conscient que l’union fait la force, n’enlevez surtout pas le pouvoir de proposition et de décision aux élus de proximité. Eloigner le citoyen des centres de décision, c’est donner le pouvoir à une logique de chiffres.

La relation élus/citoyens doit rester forte, sinon la pyramide des décisions risque de s’inverser. Les vraies idées viennent de la base pour remonter et être fédérées au sommet. Elles ne doivent pas nous être imposées »

 Pitié pour les bénévoles

A Erbray la bibliothèque est ouverte ordinairement trois fois par semaine. Et, en plus, lors des animations du réseau de bibliothèques intercommunales, et du prix

« Lire ici et là » du Conseil Général. Les bénévoles assurent aussi la liaison avec les écoles, couvrent les livres, complètent le catalogue, etc.. Les 15 femmes et 4 hommes assurent donc un long temps de présence.

« Cela nécessiterait un mi-temps salarié » dit la coordonnatrice Marie France Ménard, « quelqu’un qui viendrait ouvrir la bibliothèque quand les bénévoles ne peuvent assurer ». Une vraie politique intercommunale devrait permettre aux petites communes de bénéficier des mêmes services que Châteaubriant .



Ecrit le 15 juin 2011

 Des élèves en plus, une classe en moins

17 000 enseignants sur 35 000 postes

L’Education Nationale recrute 17 000 enseignants. La publicité s’étale dans les médias pour 1 350 000 euros. Ah bon ? Mais on croyait que l’Education Nationale supprimait des postes ? C’est à n’y rien comprendre ! Eh bien si, c’est clair : 33 000 enseignants partent à la retraite cette année, 16 000 postes sont supprimés, donc il y a bien 17 000 enseignants à recruter.

Et il faut bien supprimer des postes, n’importe comment ! Un exemple : Erbray, où le nombre d’enfants sera plus important que l’an dernier mais où, malgré cela, un poste est menacé. Le maire Jean Pierre Juhel a écrit au rectorat, rappelant que la commune a fait le choix de regrouper deux écoles publiques (celle du bourg et celle de la Touche d’Erbray) et de construire des bâtiments neufs. « En septembre 2006, date de l’ouverture de ces nouveaux locaux, 197 enfants étaient présents et répartis dans 8 classes. Pour la rentrée scolaire 2009, nous avons acquis deux modulaires grand confort pour répondre aux besoins croissants. Aujourd’hui, alors que le nombre d’enfants inscrits est de 248, vous nous supprimez une classe ! »

« Abasourdis, désorientés nous le sommes ! Tant d’efforts fournis à la base pour une régression dictée par une seule logique de chiffres sans aucune projection sur l’avenir, sans concertation avec les élus qui œuvrent sans cesse pour le bien commun ».

La commune a compté 37 naissances en 2009 - 40 naissances en 2010. 22 permis de construire en 2009 et 33 en 2010. Ces chiffres à eux seuls prouvent la présence d’une population jeune sur cette commune. Aux dernières nouvelles, la suppression d’une classe est transformée en « fermeture à suivre » : la classe sera maintenue si le nombre d’enfants présents le 2e jour de la rentrée est bien celui qui a été annoncé.