Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > Pays de Châteaubriant > La précarité en Loire-Atlantique

La précarité en Loire-Atlantique

Ecrit le 11 janvier 2012

Territoire de précarité

Ecoutez : précarité

Selon un document de l’INSEE (1), La Loire-Atlantique est un département particulièrement dynamique, tant sur le plan démographique qu’économique. La métropole Nantes/Saint-Nazaire en constitue la locomotive. La Loire-Atlantique n’est pas épargnée pour autant par les situations de pauvreté.

C’est dans les territoires ruraux au nord du département (communautés de communes de Redon, de Derval et de Châteaubriant), ainsi que dans la Communauté d’agglomération de la région nazairienne et de l’estuaire (Carene), que la précarité est la plus marquée. Les familles d’ouvriers et d’employés y sont sur-représentées. La proportion de ménages à bas revenus y est nettement plus élevée qu’ailleurs dans le département ; elle va de pair avec des inégalités de revenus assez importantes. Cette précarité est liée notamment à une moins bonne insertion des jeunes sur le marché du travail. L’offre d’emplois à temps plein et à durée indéterminée y est également moins abondante.

Aussi ces territoires sont-ils caractérisés par un chômage assez élevé, qui touche davantage les hommes que les femmes et qui dure plus longtemps qu’ailleurs. La pauvreté touche aussi davantage les personnes âgées, qui sont plus nombreuses qu’ailleurs et touchent davantage le minimum vieillesse qu’en moyenne dans le reste du département.

Insee-précarité

En rouge : Territoires les plus confrontés à la précarité : on y reconnaît les Com’Com de Châteaubriant (1) et Derval (2)

En rose : Territoires ruraux offrant des emplois peu nombreux et diversifiés. On y reconnaît la Com’ Com de Nozay (3) mais aussi celle de Blain.

En vert clair : territoires à faible précarité et à population homogène (Com’Com Ancenis, par exemple)

En vert foncé : territoires accueillant des familles aisées et à
faibles inégalités. Parcourant des distances assez importantes pour rejoindre leur lieu de travail, le pouvoir d’achat des habitants les plus éloignés des pôles d’emploi est très lié au prix des carburants.

En bleu-marine : territoires aisés, assez âgés et à fortes inégalités

En marron : agglomération nantaise, population très hétérogène.

(1) Observation sociale des territoires en Loire-Atlantique : n° 430 - décembre 2011

(2) Carte des Com’Com de Loire-Atlantique