Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Personnes en difficulté > Des boucs et un petit âne

Des boucs et un petit âne

Ecrit le 15 février 2012

La France est sauvée. Not’Président a trouvé des boucs et des ânes pour faire des sacrifices ...

 Des boucs … émissaires.

Un bouc-émissaire est, à l’origine, un animal que l’on charge symboliquement de tous les péchés du monde et que l’on met à mort en victime expiatoire. Dans la conception moderne, le bouc-émissaire est une personne sur laquelle on fait retomber les fautes des autres et que l’on pourchasse et punit à cause des fautes dont on l’a chargée.

La crise économique et sociale actuelle, répétons-le toujours, n’est pas due aux peuples. Elle est la résultante du jeu dangereux joué par les banques et les puissances financières désirant accaparer un profit toujours plus important.

Mais ça, il ne faut pas que les citoyens s’en aperçoivent de trop car ils risqueraient de balayer tous les politiques qui ont favorisé (ou au moins laissé faire). Notre Président détourne donc l’attention des citoyens vers d’autres « coupables » qui ne sont responsables en aucune façon.

Sa dernière idée : un référendum portant sur l’indemnisation des chômeurs.Et tant pis si un tel référendum est impossible : l’essentiel est que le citoyen de base soit bien convaincu que son voisin chômeur est un assisté, un profiteur que l’on doit punir et que seul N.Sarkozy sera capable de mettre la France au travail.

Le cher homme propose : une formation pour tous les chômeurs et ensuite un emploi qu’il faudra accepter que cela plaise ou non.

Il y a 2276 chômeurs des catégories ABC dans la petite zone d’emploi de Châteaubriant. Qui pourrait organiser des formations pour tout ce monde ? Sur place ? Ou bien faudrait aller à Nantes ? Irréaliste d’autant plus qu’une formation coûte environ 4000 euros par stagiaire.

Par ailleurs l’assurance chômage est un régime paritaire reposant sur des cotisations prélevées sur les entreprises et les salariés. Il ne s’agit pas de fonds publics. Dès lors, il revient légalement aux seuls partenaires sociaux de revoir éventuellement les règles d’indemnisation. Un référendum n’aurait aucun sens ! Si N. Sarkozy veut consulter les Français, qu’il leur demande donc leur avis sur l’implantation de Renault à l’étranger ! Il pourrait aussi faire un référendum pour décider si, oui ou non, on envoie nos chômeurs travailler massivement en Chine ou ailleurs !

Et puis, on sait que les postes les plus difficiles à pourvoir actuellement sont des postes nécessitant peu de qualification. A quoi servirait donc une formation ?

Et puis on sait que de nombreux chômeurs cherchent à travailler. C’est pas eux qui refusent du travail, ce sont les employeurs qui refusent de les embaucher et préfèrent faire appel à des Polonais ou à des Roumains !

Enfin, selon « La Tribune », l’enquête annuelle « Besoins de Main d’Œuvre » réalisée par Pôle Emploi a relevé 1.542.400 projets potentiels de recrutement … à comparer aux 2.874.500 demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A à la fin décembre 2011.

N.Sarkozy est le champion toutes catégories du dire n’importe quoi.

Il nous prend pour des ânes ?


Ecrit le 22 février 2012

 Gribouilli, gribouilla ...

N.Sarkozy veut remettre les chômeurs au boulot, il les désigne à la vindicte publique en faisant croire qu’ils sont responsables de leur chômage. Dans une interview le 9 février au Figaro, il a exprimé sa volonté de recourir au référendum pour obliger les chômeurs à une nouvelle formation, d’une part, à accepter le premier boulot proposé par Pôle Emploi, d’autre part. Et puis finalement il a changé d’avis et François Fillon a annoncé la question qui serait posée aux Français en cas de réélection du chef de l’Etat : « Approuvez-vous le transfert des 30 milliards d’euros de la formation professionnelle à la formation des demandeurs d’emploi ? » . Cela s’appelle poursuivre dans la politique de gribouille ! Enlever des fonds de la formation des salariés pour les affecter à la formation des chômeurs ? Dans ces fonds il y aussi les fonds de l’apprentissage, faudrait les piquer aussi ?. Par ailleurs, les fonds de la formation professionnelle n’appartiennent pas à l’Etat ! « Les entreprises financent. Si l’argent ne leur revient pas d’une manière ou d’une autre, cela m’étonnerait qu’elles acceptent », explique le responsable d’une agence de ressources humaines.

Emploi des seniors

Emploi des seniors : la loi pas appliquée