Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Femmes, masculin-féminin > Les femmes sont des hommes comme les autres

Les femmes sont des hommes comme les autres

Ecrit le 21 mars 2012

Un groupe « femmes » (et quelques hommes) s’est réuni le 10 mars à Treffieux, pour parler de l’égalité entre les sexes. Il y avait notamment Michelle Meunier sénatrice de Loire-Atlantique, Elisabeth Cruaud maire de La Chevallerais, Jacqueline Segalen présidente de la Com’Com’   de Nozay, Claire Theveniau maire de Puceul, Lénaïc Leclerc maire de Prinquiau et conseillère Générale, Jocelyne Poulin maire de Saffré, … et d’autres, élus ou non élues.

But de la réunion : montrer que la parité est possible, tendre vers l’égalité « ce choix impacte tous les domaines » dit Michelle Meunier, « aussi bien les sports, les déplacements, l’aménagement du territoire ». Un manifeste « Mais qu’est-ce qu’elles veulent, encore » est paru le 7 mars 2012 : « nous voulons l’égalité. Pas l’égalité à moitié, pas l’égalité dans 150 ans, pas l’égalité pour certaines seulement. Nous voulons l’égalité maintenant. Car sans égalité, pas de liberté. Sans égalité, pas d’émancipation. Sans égalité, pas de progrès. Sans égalité, pas de démocratie ».

JPEG - 52.1 ko

A l’occasion de la journée internationale de la femme, l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) a publié le 8 mars 2012 un état des lieux des inégalités hommes-femmes. Par exemple les femmes restent surexposées au chômage, bien que l’écart avec les hommes diminue. Elles interrompent plus fréquemment leur carrière, notamment pour s’occuper des enfants. L’emploi féminin reste par ailleurs très marqué par le temps partiel. En 2010, 31% des femmes travaillent à temps partiel, contre 7% des hommes. Avec un temps partiel souvent subi, les femmes restent trois fois plus souvent en sous-emploi. Enfin, le marché du travail reste très clivé selon le sexe : peu de métiers approchent la parité et la mixité ne progresse que lentement depuis vingt ans, surtout dans les métiers les moins qualifiés.

En matière de revenu salarial, l’écart entre hommes et femmes s’est quelque peu réduit, en passant de 29% en 1991 à 25% en 2009. Enfin, avec l’augmentation des durées cotisées par les femmes au fil des générations, les écarts de retraite se sont atténués. Cependant, dans les prochaines années, les femmes devraient continuer de partir en retraite avec des pensions inférieures à celles des hommes, du fait de la persistance des écarts de salaires.

Le temps consacré par les hommes aux tâches domestiques (ménage, cuisine, linge et courses) n’a progressé que de 6 minutes en 25 ans pour s’établir à 2h13 en moyenne par jour. Pourtant, en 25 ans, leur durée moyenne de travail s’est écourtée de 32 minutes, sous l’effet du passage aux 35 heures et de la montée du chômage ! Point positif : le temps quotidien que la femme consacre aux tâches domestiques a diminué d’une heure depuis 25 ans pour s’établir à 4 heures par jour.

En matière politique, il n’y a au Sénat que 22 % de femmes. A l’Assemblée Nationale : 18,5 % seulement. Les femmes sont souvent plus formées que les hommes, il faut donc les aider à accéder au pouvoir, sans les cantonner à certains domaines (la santé, l’enfance, la jeunesse) d’autant plus que les femmes, quand elles s’engagent, le font réellement et sont alors reconnues.

Oui mais … les enfants. Oui mais … le travail ménager … Les hommes renvoient souvent les femmes vers le travail à la maison. Mais les femmes elles-mêmes ont intériorisé cette répartition, elles ont parfois du mal à comprendre que l’homme peut s’occuper des enfants et que, s’il le fait, différemment certes, son rôle est aussi important.

Il y a eu des évolutions, c’est évident. Au point que, si les femmes cessaient de travailler, plus rien ne fonctionnerait en France. Mais les stéréotypes ont la vie dure. Les employeurs hésitent à recruter une femme mariée car elle a, ou aura des enfants. Ils hésitent aussi à embaucher une célibataire car elle sera appelée à avoir des enfants un jour. [Ndlr : ils n’ont plus qu’à embaucher une célibataire prolongée, mais là ils hésitent encore, préférant une femme plus jeune et jolie !].

« Il faut que la société permette l’engagement des femmes » a-t-il été dit lors de cette réunion. Le Conseil Général de Loire-Atlantique a adopté une Charte pour la parité et des avancées se font petit à petit, pour occuper les postes de responsabilité, pour assurer l’intervention des femmes dans les manifestations, pour donner aux collèges des noms de femmes, etc.

Sophie Germain

Sophie Germain, née en 1776, s’est prise de passion pour les mathématiques dès âge de 13 ans. Son père tente tout d’abord de la dissuader de se tourner vers une profession « masculine » en confisquant les chandelles qu’elle utilise pour étudier la nuit. Opiniâtre, elle deviendra une des premières mathématiciennes françaises autodidactes... et correspondra avec le grand mathématicien Gauss, sur le dernier théorème de Fermat et la loi de réciprocité quadratique, mais en se faisant passer pour un homme !

Le nom de Sophie Germain a été donné à un collège de Nantes

En matière politique, il est urgent de faire de la place pour les femmes [et les jeunes ! Et les ouvriers ! ]. Pour cela, une seule solution : le non-cumul des mandats. C’est ainsi que Michelle Meunier, devenue Sénatrice, a abandonné le poste de Conseillère Générale. De même Yves Daniel, quand il sera élu, se consacrera totalement à ses tâches de député.

Il faut enfin que, dans les communes, les élus ne confisquent pas le pouvoir, qu’ils autorisent l’expression des citoyens (et des citoyennes !) et qu’ils les associent à leurs décisions, pour préparer l’avenir et notamment préparer les femmes à prendre, demain, des postes de responsabilité.

10 mesures pour atteindre l’égalité femmes - hommes

45 associations féministes ont adressé aux candidats à la
présidentielle une lettre ouverte pour leur présenter 10 mesures pour atteindre l’égalité

  • 1. Créer un ministère d’État des Droits des Femmes dans un gouvernement paritaire
  • 2. Réaliser l’égalité professionnelle et salariale avant 2017 en engageant une revalorisation des métiers à prédominance féminine et en majorant les cotisations sur les temps partiels.
  • 3. Créer une Haute Autorité contre les violences faites aux femmes avec un Observatoire national dédié
  • 4. Rembourser l’IVG à 100% et ouvrir 100 nouveaux centres d’IVG
  • 5. Ouvrir 500 000 places d’accueil en crèche dans les 5 ans.
  • 6. Multiplier par 4 le nombre de places d’hébergement spécifiques pour les femmes victimes de violences
  • 7. Assurer dans les 3 ans, à chaque professionnel-le intervenant dans le champ éducatif, une formation à l’égalité filles-garçons et à la déconstruction des stéréotypes sexistes
  • 8. Reconnaître le droit à l’adoption pour les couples de même sexe et le droit à l’aide médicale à la procréation pour les couples de lesbiennes.
  • 9. Supprimer le délit de racolage passif, mettre en place des mesures de prévention et d’éducation, pénaliser les clients prostitueurs et accompagner les personnes qui souhaitent quitter la prostitution.
  • 10. Garantir la délivrance et le renouvellement du titre de séjour aux femmes étrangères victimes de violence

Sources :
– Elles prennent la parole
– Michelle Meunier, Sénatrice

Si encore les suffragettes étaient jolies !