Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Libertés, justice, Droits Homme > Libertés > Retrait de la Base Elèves

Retrait de la Base Elèves

Ecrit le 4 avril 2012

La base élèves

Le Collectif National de Résistance à Base Elèves (CNRBE), qui regroupe des enseignants, des parents, des organisations syndicales, des associations, des citoyens, alerte depuis 2008 sur le fichage de tous les enfants par le biais de l’école.

De nombreuses collectivités territoriales ont clairement pris position contre Base Elèves 1er degré (BE1D) et la Base Nationale des Identifiants Elèves (BNIE), fichiers qui permettent l’immatriculation de tous les enfants dès l’âge de trois ans et la traçabilité des parcours individuels. Ces fichiers sont plus dangereux que jamais car, comme on pouvait le craindre, les données retirées de Base Elèves en 2008 réapparaissent aujourd’hui dans de nouveaux fichiers qui peuvent facilement être mis en relation les uns avec les autres grâce à la BNIE .

Retraçant les parcours scolaires et identifiant tous les élèves, la base nationale et centralisée BNIE permet à l’Education Nationale de conserver et de restituer à volonté n’importe quelle information collectée par le biais de l’école concernant les enfants, leurs familles ou leurs proches. L’Education Nationale multiplie ainsi les fichiers scolaires et leurs mises en relation. Elle a toute latitude pour le faire puisque depuis 2004, la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) a été privée par le pouvoir en place des moyens de l’en empêcher ! (…)

L’attribution d’un numéro unique et le suivi des parcours individuels enferment les élèves dans un destin figé par la traçabilité et ouvrent la porte à toutes les dérives : chasse aux familles de sans papiers, commercialisation des données personnelles, déterminisme, prédiction des comportements, tri sélectif et classement des élèves. Le fichier Base Elèves 1e degré et l’immatriculation des élèves constituent la clef de voûte de ce fichage tentaculaire et liberticide qui vole à l’enfant sa vie privée, le prive du droit à l’oubli, et détruit l’indispensable rapport de confiance tissé entre l’enfant, sa famille, et l’école.

En cette période électorale, le CNRBE se réjouit de voir des mairies et conseils régionaux affirmer leur volonté de protéger les droits de l’enfant et demande aux candidats à l’élection présidentielle de se positionner à leur tour.

Lire : retrait de la base élèves