Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > Pays de Châteaubriant > Emploi, zone de Châteaubriant > 2012 > Chômage : explosion en juillet 2012 à Châteaubriant

Chômage : explosion en juillet 2012 à Châteaubriant

Ecrit le 12 septembre 2012

Que s’est-il passé à Châteaubriant en juin-juillet 2012 ? La courbe du chômage a fait une montée inquiétante.

Chiffres du chômage dans la zone d’emploi de Châteaubriant.
Mois Catégorie A Catégorie ABC
Mai 2012 1192 2186
Juin 2012 1251 2239
Juillet 2012 1391 2370

Ainsi, entre les chiffres de mai 2012 et ceux de juillet, c’est-à-dire en deux mois, les chômeurs en catégorie A ont augmenté de 199 personnes (soit +16,7%) et ceux en catégorie ABC ont augmenté de 184 (soit + 8,4%).

Avec l’Outre-Mer, 4,733 millions de demandeurs d’emploi étaient recensés fin juillet en France, dont 3,232 millions sans aucune activité. Le taux de chômage en France a continué à augmenter au deuxième trimestre 2012 par rapport au trimestre précédent, atteignant 9,7% de la population active en métropole (+0,1 point) et 10,2% avec les départements d’Outre-mer.

La France n’est pas la plus mal-lotie. Le taux de chômage en Grèce a battu un nouveau record en juin, à 24,4% de la population active. Et à 55 % chez les jeunes.

En Espagne, le taux de chômage atteint 24,6% et plus de 53% chez les jeunes.

 Le chômage des jeunes

Selon les prévisions de l’OIT (Organisation Internationale du Travail), le taux de chômage des jeunes va s’élever en 2017 à 12,9%, en hausse de 0,2 point de pourcentage par rapport aux prévisions de 2012 (12,7%), avec une prévision de taux de chômage de 27,5% en 2012 en Afrique du Nord et de 26,4% au Moyen-Orient.

Cela conduit au découragement et à l’augmentation du taux de ceux qui ne sont ni au travail, ni scolarisés ni en formation parmi les jeunes. Il ne faut donc pas s’étonner de voir une progression de la violence !

 Contrats d’avenir

Pour sortir les jeunes chômeurs de la précarité, l’OIT préconise le recours à des systèmes de garanties d’emploi et à la priorité accordée à la formation. Cela pourrait « contribuer à sortir les chômeurs de la rue pour les intégrer à des activités utiles, leur offrant une protection contre de nouvelles tensions économiques ». Selon l’étude de l’OIT, ces garanties pour les jeunes n’auraient qu’un faible coût dans les pays européens, estimé à moins de 0,5% du PIB. [Ndlr : c’est pourquoi les « contrats d’avenir » et « contrats de génération » seront les bienvenus en France].

« En période de restrictions budgétaires, cela peut sembler une lourde charge additionnelle, mais elle sera inférieure aux coûts supplémentaires qu’engendre l’éloignement durable des jeunes chômeurs ayant perdu contact avec le marché du travail », selon l’étude de l’OIT.

Le taux de chômage de la zone euro s’est établi à 11,3% de la population active en juillet, comme le mois précédent. Selon les estimations d’Eurostat, 18 millions de personnes étaient au chômage dans la zone euro en juillet, soit 88.000 de plus qu’en juin. Comparé à juillet 2011, le nombre de chômeurs s’est accru de 2,05 millions dans la zone euro.

Parmi les Etats membres de la zone euro, c’est l’Autriche qui enregistre le taux de chômage le plus faible, à 4,5%, suivie par les Pays-Bas (5,3%), l’Allemagne et le Luxembourg (5,5% chacun)