Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Santé, questions générales > Corpulence : le poids du fric

Corpulence : le poids du fric

Ecrit le 27 mars 2013

Le « poids » du Fric ! Ce titre vous paraît étonnant ? Pourtant je cite Ouest-France. du 18 mars 2013. Un petit article intitulé : des dollars pour perdre du poids. Il cite, avec références, un bref compte-rendu d’une expérience scientifique menée à la clinique Mayo (ne pas confondre avec mayonnaise !), Rochester, État du Minnesota, U.S.A.. Étude menée par le Dr Donald Hensrud.

 Quel poids Idéal ?

Quelles qu’en soient les causes (des habitudes alimentaires sont toutefois largement pointées du doigt), la population des U.S.A. est, à ma connaissance, en tête du classement de surcharge pondérale et d’obésité. Oui, mais comment déterminons-nous le poids normal, le surpoids et l’obésité ? Malgré notre humaine, haute, et « proclamée » intelligence, la seule référence mondiale permettant comparaison est l’Indice de Masse Corporelle.

On dit aussi I.M.C (ou BMI in english, Indice de Masse Corporelle) dont la première formule qui date de 1865 (mais oui, découverte par un Belge fan de statistiques) semblait simplissime à l’époque : IMC = poids(kg) / taille(m)/ taille(m). Pour exemple, ma balance dit : 95 kg ; et ma toise se cale à 1,81m. Donc mon IM.C est : 95 / (1,81*1,81) = 29.

Bien sûr, cette formule a été affinée depuis par âge, sexe et bien d’autres critères. Pour un meilleur éclairage, tapez IMC sur votre moteur de recherche préféré et vous saurez tout. Je retiens l’essentiel, mais tout en nuances : à partir de 25 et jusqu’à 30, c’est la zone approximative du surpoids. Au delà de 30, l’obésité s’installe. Si nous reprenons notre personne pesant 95 kg pour 1,81m, son IMC est 29. Il y a surpoids, en frôlant l’obésité.

 Rapide Comparaison

Puisque nous allons fêter Pâques, revenons à nos moutons (pauvres agneaux !). Tout d’abord, quelques chiffres troublants qui datent de fin 2010 et qui comparent France et USA quant au surpoids et l’obésité.

D’abord sur l’ensemble de la population :

En pourcentage de la population du pays
Corpulence aux U. S. A en FRANCE
Surpoids 33 % 32 %
Obésité 35 % 10 %

Et puis un zoom sur enfants et ados, entre 2 et 19 ans (nota : France de 3 à 18 ans, seules données trouvées)

Corpulence des adolescents et enfants, en pourcentage de la population
Corpulence aux U. S. A en FRANCE
Surpoids  20 %  14 %
Obésité 12 % environ 3 %

De sources croisées, ces chiffres parlent dramatiquement, autant pour la France (3 % de nos jeunes sont considérés obèses, avec une nuance d’imprécision) que pour les U.S.A. (où la situation devient grave). Quand un jeune ou très jeune enfant est en sérieux excès de poids, il gardera ce handicap (s’il n’est pas corrigé le plus tôt possible) avec une probabilité qui varie de 62 à 78 %. Gardons en tête que le fossé se creuse entre apports nutritionnels et dépenses par exercices physiques. La « tromperie » sur la viande de cheval qui devient du bœuf par miracle, la volonté sans doute justifiée de favoriser le « prêt à manger » bafouent par ignorance les règles élémentaires du respect de notre corps. Dont acte.

A l’opposé du surpoids, il existe aussi la maigreur endémique. La faim chronique. L’index I.M.C reste valable pour chacun(e), à partir et en dessous de 18,5. C’est un clignotant à prendre avec réserves. Le tour de taille (ou périmètre ombilical) au repos aide à un meilleur diagnostic.

 Silhouette à tout Prix ?

Cette inclination au surpoids de la population des U.S.A., tendance malheureusement « lourde » à moyen terme, a un coût phénoménal. Les dégâts sont médicaux et psychologiques. C’est un énorme défi de « santé publique ». Impossible d’obtenir une évaluation, même au doigt mouillé. Chiffre classé top-secret sans doute. Une seule indication à se mettre sous la dent, difficilement contrôlable, qui date de fin 2006 (source:CDCP = Centers for Diseases Control and Prevention) : sur les simples transports en voiture, le surpoids entraînerait une surconsommation de 3,5 milliards de litres d’essence par an. Pour une population totale estimée à la même date à 300 millions d’habitants, ce seul coût est … simplement faramineux.

Évidemment, tous les chercheurs engagés dans la lutte contre le surpoids ont (presque) carte blanche. Et je reviens à un protocole mené à la clinique Mayo (non, toujours pas Mayonnaise !), Rochester, Minnesota en 2012.

100 personnes volontaires, entre 18 et 63 ans, toutes en surpoids (IMC>27) ont pour objectif de perdre 1,8 kg/mois jusqu’à un poids qu’elles se fixent elles-même. Le suivi dure un an (tout ce beau monde sera pesé une fois par mois). Elles sont séparées en 4 groupes homogènes. 2 groupes sont livrés à eux-mêmes pour atteindre l’objectif, sans conseil ou restriction particulier.

Les 2 autres groupes doivent suivre une règle financière de bonus-malus, très simple à comprendre, mais aussi très malicieuse. A la pesée mensuelle, toute personne qui valide son objectif (- 1,8 kg) reçoit 15 €. Si l’objectif est raté, c’est elle qui paie une « amende » de 15 €. Diabolique, non ? Il y a incitation financière à maigrir, ce qui ne choque pas outre-mesure nos amis du pays de l’Oncle Sam. Je n’ai pas réussi à savoir, malgré mon insistance, si une telle expérience pouvait être, sur la même méthodologie, menée en France. Bref, c’est un détail.

 Bilan en demi-teinte !

Les 2 groupes non-incités ont maigri de 1,06 kg par mois en moyenne. Seul 26 % des personnes ont persévéré sur l’année entière.

Les 2 groupes qui ont joué leur fric (et leurs bénefs) ont maigri de 4,13 kg par mois et 62 % ont joué le jeu sur 1 an.

Les conclusions tirées sont que « l’incitation financière peut aider à perdre du poids et compléter des stratégies basées sur l’éducation et un changement de comportement ».

Le gros bémol : les participants se sont engagés à être pesés, de façon moins draconienne et hors carotte / bâton, pendant encore deux ans, soit jusqu’à mi ou fin 2014. La tendance est déjà à la reprise de poids !

  Mon humble avis

Je dois être très stupide, ou alors bien trop Français, parce que je n’arrive pas à me pénétrer de l’ambition ou de la face cachée du résultat tangible (concret) de cette expérience. Certes, elle enrichit l’intellect. Elle donne à manger à notre faculté de méditation. Bon !

Cette étude a été payée (et sans doute à bon prix), à des chercheurs reconnus (puisqu’on la publie jusqu’en France). J’ai une sainte horreur du gaspillage, d’où qu’il vienne. Ici, on a donc mobilisé une centaine de personnes (sans doute bénévolement), une fois par mois, pour être tout bêtement pesées.

Elles sont, dans mon esprit, parfaitement dédouanées car en démarche volontaire de perte de poids. Pardonnez-moi l’expression, mais elles ressemblent fort aux dindons de la farce. Je me demande quelle a pu être leur réaction en apprenant (si jamais elles ont été informées) de l’outrecuidance de la conclusion. Même une industrie pharmaceutique spécialisée dans le coupe-faim (je ne vise personne !) ne miserait pas un seul kopeck (ancienne monnaie soviétique) sur un tel contrat.

Or le gaspillage est immense, parfaitement inutile, inique, en limite du mépris. Je pense d’abord à ces braves petits soldats-cobayes américains en quête absolue d’une solution possible à leur vécu et ressenti de disgrâce physique. Mesurez bien leur incompréhension, la lourdeur de cette nouvelle stigmatisation sans issue et l’envie de révolte qu’elle peut générer (bref rappel : 70 % de la population est plus ou moins concernée). Ensuite celui d’une soi-disant intelligente matière grise, coupée de la réalité et incapable de prendre le moindre recul face à sa mission. Enfin, un grave problème de « santé publique » qui n’a pas avancé d’un pouce. C’est révoltant.

Signé : Pascal, de Blain