Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Logement, habitat, lotissements > L’igloo, une expérience d’intégration sociale

L’igloo, une expérience d’intégration sociale

Ecrit le 6 novembre 2013

 L’igloo : cheminer vers le bien-loger

Pour une fois, allons faire un tour à Nantes, car il y a là-bas une belle histoire à raconter : quatre structures se sont associées pour construire six logements : la ville de Nantes, Nantes Habitat, Association Saint Benoit Labre et Association-Insertion-Solidarité-Logement. Car il s’agit de loger six ménages très démunis, dans des logements neufs, avec un enjeu de « développement durable » par le choix de la construction, par la responsabilité sociale et sociétale. Le cabinet d’architectes choisi est celui de Belenfant-Daubas de Nozay.

L'igloo

Le terrain se situe rue des Frères Amieux, bénéficiant d’une situation géographique intéressante car il est situé à proximité de toutes les infrastructures d’un quartier prioritaire (BELLEVUE place des Lauriers), d’une agence de Nantes Habitat, tout en étant dans une zone pavillonnaire, avec quelques petits bâtiments et pavillons appartenant à Nantes Habitat ou à la Ville de Nantes.

Les six ménages sont déjà exclus ou en danger d’exclusion, cumulant les difficultés suivantes :

  • - Difficultés d’accès à un logement autonome et/ou adapté
  • - Difficultés sociales et financières
  • - Difficultés face à l’emploi et / ou la formation.
    Ils vont cheminer ensemble pendant deux ans, le temps que se concrétise le projet et que se fassent les travaux. Et pour cela, ils bénéficieront d’un encadrement.

 Travaillé avec les futurs habitants

Des relations avec le voisinage et de solidarité sont à créer pour une intégration durable dans le quartier. Le choix architectural, le plan masse ont été conçus dans une logique d’intégration sociale au quartier. Mais il a également été prévu de se projeter dans l’avenir et de pouvoir réorganiser ces espaces en fonction de la vie de l’îlot. Dans le même esprit de « long terme », les T1bis pourront si nécessaire se transformer « facilement » en logements plus grands.

Sur la parcelle exiguë, (1200 m2), les six logements ont pu être disposés en tenant compte d’une orientation plein sud, et en préservant une placette plantée à disposition de tous les locataires. Ceux-ci, dans le cadre d’un atelier commun, choisiront de privilégier ou non les espaces communs au profit des espaces privatifs. Chaque logement possédera son entrée propre, bien identifiée. Le choix s’est porté sur une construction à ossature bois avec chauffage collectif « génération bois granulés », les parties communes étant travaillées avec les futurs habitants.

En effet, et c’est une innovation pour ces logements sociaux, les futurs habitants sont associés étroitement à la construction. Ils ont déjà donné leur avis sur l’aménagement, et visité le cabinet d’architecture qui leur a expliqué les multiples règles à respecter : thermiques, acoustiques, urbanistiques, sismiques, d’accessibilité ... Ils ont découvert l’entreprise Macobois où le directeur de la partie ossature bois leur a permis de découvrir la structure et de procéder à la mise en place d’isolants, ainsi qu’à l’agrafage de plaques d’OSB dans l’ossature bois des murs identiques à ceux de leurs futurs logements.

Un membre de chaque famille devra effectuer certains travaux en insertion professionnelle cadrée et réglementée. De ce fait, les lots peinture – faïence murale ont été réservés pour l’insertion professionnelle. Les personnes encadrées bénéficieront d’une formation avant les travaux, puis interviendront dans leur futur logement.

Les aménagements extérieurs (bordures, montage des abris bois, clôtures, plantations…), vont être organisés dans le cadre d’une dynamisation globale de tous par le biais d’ateliers collectifs, avec appel éventuel à des filières professionnelles, voire d’autres associations ou partenaires.

Chaque famille connaît déjà, sur plan, le logement qui lui sera attribué et peut commencer à réfléchir sur la disposition du mobilier, afin de pouvoir définir l’emplacement le plus adéquat des prises de courant et de la télévision .

La volonté du groupement maîtrise d’œuvre/entreprise est de créer un habitat qui se fonde dans le quartier. De ce fait, les logements seront réalisés d’une manière qualitative sans stigmatiser les occupants. Le toit à deux pentes bien visible depuis la rue, symbolisera l’habitat protecteur recherché par toute personne en quête d’insertion sociale.

Bonne chance à l’igloo et à ses familles

Article du journal Nantes-Passion d’octobre 2013 (ci-dessous)

L’expérience de l’igloo
article du journal Nantes-Passion d’octobre 2013

ou bien ici page 30


 Droit au logement

Il existe à Paris un Haut Comité pour le logement des personnes défavorisées. Il s’occupe plus particulièrement de la loi DALO (Droit Au Logement Opposable).

  • - Le recours amiable
  • - Le recours contentieux
  • - Les textes de référence du DALO.
  • - Les autres mesures
    Contact : 01.40.81.27.27

Loïc Daubas est président d’une association régionale (l’ardepa) qui fait de la promotion autour des thématiques architecture, urbamisme, environnement, orientées vers tous les publics et qui organise à l’occasion des voyages d’études dans le monde entier ! L’ARDEPA a une convention avec le Conseil Général de Loire-Atlantique pour intervenir dans les collèges ou recevoir les collégiens à Nantes pour des visites thématiques de la ville.

Site de l’ARDEPA (actuellement en refonte)

L’architecture expliquée aux enfants (ci-dessous)

L’architecture expliquée aux enfants
article du journal Nantes-Passion d’octobre 2013

ou bien ici page 34