Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > Diverses communes > SMS, bouclez-la, vous êtes écoutés !

SMS, bouclez-la, vous êtes écoutés !

Article précédent - [Article suivant- ]

Ecrit le 22 janvier 2014

 Les grandes zoreilles de la NSA

Vous êtes bien tranquille au boulot, dans la rue ou lors d’une conférence et d’un doigt rapide vous envoyez des SMS. Ni vu ni connu, discret, pas de trace écrite. Tranquille, quoi !

Bé non, car on vient d’apprendre que les SMS sont une mine d’or pour les grandes zoreilles de la NSA : cette Agence de sécurité nationale américaine a récupéré près de 200 millions de SMS par jour dans le monde, de façon non ciblée, pour en extraire des renseignements, depuis 2011. Les projets de voyages, les contacts, les transactions financières des détenteurs de téléphones portables, y compris des individus qui ne sont soupçonnés d’au-cune activité illégale, tout les intéresse.

Selon le New-York Times, la NSA peut même pirater des ordinateurs portables non connectés à internet. Imaginons un personnage doté d’un ordinateur portable contenant des données détaillées sur l’état d’avancement d’un programme sur lequel travaille secrètement son pays. Théoriquement, l’ordinateur portable est inviolable, puisque hors de tout réseau et bien sûr sans connexion à Internet. Normalement, seul un accès physique à la machine pourrait permettre d’accéder à ses données. Mais l’ordinateur contient un petit circuit doté d’un émetteur-récepteur radio qui communique sur une fréquence radio secrète. Alors, à une dizaine de km plus loin, dans une chambre d’hôtel, un agent de la NSA pourrait, en utilisant une antenne suffisamment puissante, capter les signaux de l’émetteur-récepteur, pirater l’ordinateur de sa cible, copier les données secrètes, et même installer des logiciels malveillants.

 Le frigo à spam

C’est merveilleux, l’informatique ! Une société de sécurité informatique a mis à jour un réseau de pirates informatiques utilisant … un réfrigérateur …pour diffuser des centaines de milliers de spams.

L’informatique, c’est si beau, si amusant, que tout le monde ou presque a son ipad, son ipod ou son smartphone. Facebook, Twitter, Snapchat, WhatsApp, Skype, Ask.fm... Les adolescents surfent sur des applis que leurs parents ne connaissent pas forcément. L’adolescent français moyen reçoit son premier téléphone mo-bile à 11 ans, selon Médiamétrie. Il envoie 381 SMS par semaine entre 12 et 17 ans, (cela fait plus de 50 par jour) selon une étude du Credoc. Et il délaisse Facebook, qu’il continue à utiliser mais a minima.

 Smartphone et anxiété

D’après une étude de l’université de Kent aux Etats-Unis, parue fin décembre 2013, portant sur des étudiants de licence, passer du temps sur son smartphone conduirait à avoir de moins bons résultats scolaires. Plus l’usage du smartphone est fréquent, plus l’anxiété de l’utilisateur augmente et plus sa satisfaction en matière de qualité de vie diminue !

 Le DAS c’est-à-dire le Débit d’Absorption Spécifique

Une enquête portant sur 600 élèves de lycées de Provence a montré que 3/4 des ados questionnés dorment avec leur téléphone allumé sous l’oreiller (ils s’en servent de réveil) et le gardent pré-cieusement dans la poche (ou dans le soutien-gorge !) toute la journée. Mais pourquoi y sont-ils si attachés ? Lorsqu’on leur demande quel usage principal ils en font, les résultats sont surprenants... Les jeunes utilisent principalement leur télé-phone pour envoyer des SMS (41 %), prendre des photos, des vidéos et écouter de la musique (23 %). Téléphoner arrive seulement en 3e position (18 %) devant l’accès à Internet (13 %) et les jeux (5 %). Très peu d’entre eux sont sensibilisés au DAS c’est-à-dire au Débit d’Absorption Spécifique qui mesure le rayonnement des ondes des téléphones portables et pourrait être la cause de cancers du cerveau. Sans compter cet autre « cancer » du cerveau : le manque de discernement et de sens critique !

Article précédent - [Article suivant- ]