Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > Diverses communes > Les voeux du maire de Saffré, janvier 2014

Les voeux du maire de Saffré, janvier 2014

Ecrit le 22 janvier 2014

 Inondations

Jocelyne Poulin, maire de Saffré, revient sur les événements de la fin d’année 2013 en rappelant :

24 décembre… Traditionnellement, c’est une date associée à un moment heureux, aux derniers préparatifs de Noël, à des retrouvailles familiales. Mais ce 24 décembre 2013 restera dans nos esprits la date d’une crue sans précédent, comme l’ont affirmé de nombreux Anciens, par son ampleur et sa vitesse. Plus de 70 mm d’eau en 24h selon le chiffre officiel, avec des volumes de précipitations encore plus importants par endroits, et ces quelques heures de pluie ont suffi à inonder une cinquantaine de maisons dans le bourg, ainsi que plusieurs villages : les Ormes, Filée et Augrain durement touchés, la Gréhandaie, la Morrhonnaie, l’Apsiguais, le Bois-Gouët...

Nous attendions une tempête, nous avons récolté une inondation majeure. En l’espace de six heures, l’Isac était sortie de son lit et montée d’un mètre cinquante sur tout le bassin par rapport à son niveau habituel. Face aux éléments, il faut malheureusement savoir reconnaître notre impuissance et le côté dérisoire de nos tentatives pour nous préserver des risques naturels. Je comprends pourtant la colère de certains, autant que la résignation d’autres…

Mais cela ne signifie pas qu’il faille rester les bras croisés à se lamenter : le 24 décembre, tous les employés communaux, tous les élus disponibles et des dizaines de pompiers étaient présents pour porter assistance aux sinistrés en distribuant des parpaings ou des sacs de sable, en montant le mobilier dans les maisons, et pour s’assurer que les habitants étaient en sécurité ou avaient une solution de repli. Pour certains, ce n’était pas suffisant, mais je peux vous affirmer que tous ceux que j’ai vus ce jour-là se sont dépensés sans compter dans l’urgence pour que le maximum soit fait pour lutter contre cette eau qui montait inexorablement.

Inondations

Le lendemain, une cinquantaine de pompiers du secteur (ou venus de l’ensemble de la Loire-Atlantique) ont passé leur matinée de Noël à vider les maisons, nettoyer, aider les sinistrés. Surtout dans les moments difficiles, seule la solidarité nous permet de faire face. Elle aurait pu jouer plus encore, à différents niveaux, mais je remercie en tout cas très sincèrement toutes celles et ceux qui ont apporté leur aide lors de ces deux jours de crise.

Ce que je disais par rapport au combat inégal face aux éléments déchaînés ne signifie pas non plus que rien n’ait été fait en amont. Les aménagements réalisés depuis 1996, date des dernières inondations, les barrages existants ont fonctionné lors de crues moins importantes et retenu l’eau un temps cette fois-ci. La régulation des niveaux sur les ouvrages du canal de Nantes à Brest était effective : l’ouverture des vannes était complète dès 6h le mardi 24 décembre pour permettre une capacité d’évacuation maximale. Mais face à de telles quantités d’eau, tombées en si peu de temps, aucun de ces mécanismes n’a suffi. Les fossés ont souvent été incriminés : si rarement, les reliquats de l’élagage ont pu avoir une incidence sur la montée de l’eau par endroits, dans ce cas précis, le fait qu’ils ne soient pas complètement dégagés ne peut en tout état de cause constituer une explication à l’échelle de ces inondations.

Enfin, je ne dirai jamais qu’il ne nous reste rien à faire, loin de là. Le levier, le seul moyen - peut-être pas d’empêcher totalement ces phénomènes - mais au moins d’en limiter le nombre, l’impact et la vitesse concerne le travail en amont, sur l’ensemble du bassin versant de l’Isac. Mais l’action collective n’est pas aisée : il aura fallu trois ans, entre 2008 et 2011, pour qu’à la demande de la commune la Préfecture contraigne les 25 communes concernées à adhérer au nouveau syndicat mixte d’aménagement du bassin versant de l’Isac et à le financer.

L'isac quand elle est sage L’Isac prend en effet sa source à 45m d’altitude sur la commune d’Abbaretz et se déverse 69 km plus loin dans la Vilaine à Théhillac. Je remercie Philippe Lorrain pour son engagement et son opiniâtreté pour la création de ce syndicat et pour qu’à travers ce syndicat, des études soient réalisées. Leurs conclusions indiquent que sur les portions de cours d’eau analysées, les trois quarts sont dégradés, notamment par les curages et recalibrages, ce qui a un impact négatif sur la qualité de l’eau et accentue les crues, les inondations et les assèchements. En 10 ans, nous avons encore perdu 20% de prairies, zones de débordement et retenues d’eau naturelles. Pour autant, nous ne devons pas céder au fatalisme mais mener une action commune, volontariste et d’ampleur pour mieux gérer l’hydraulique et éviter de se retrouver dans une telle situation, même si encore une fois, malheureusement, dans des circonstances exceptionnelles, on n’arrivera jamais à bloquer totalement l’eau.

Pour conclure, nous avons déposé un dossier de reconnaissance d’état de catastrophe naturelle, qui sera examiné par le Ministère de l’Intérieur dans le courant du mois, après avis de Météo France. Ce dispositif, qui existe depuis 1982, permettra de faire jouer la solidarité pour que ce soit un fonds spécifique qui prenne en charge les conséquences des inondations plutôt que les assurances individuelles.

Tous les propriétaires ou locataires concernés ont été prévenus fin décembre
et je sais combien cela a été difficile à vivre pour eux, car après la montée de l’eau, il a fallu vider, nettoyer, constater les dégâts, passer plusieurs jours avec les meubles sur les parpaings en raison des alertes maintenues, et il reste maintenant beaucoup de démarches à effectuer.

La commune a aussi connu des dégâts, du côté de l’ancienne mairie. Si le restaurant scolaire a été épargné de justesse, les locaux dédiés à la petite enfance et à la jeunesse ont été envahis par plusieurs centimètres d’eau et l’un de nos bâtiments est désormais inutilisable. Il nous faut étudier très rapidement les solutions de remplacement dont nous disposons.

Reprenons maintenant le cours plus habituel de ce traditionnel discours des vœux. 2013 s’est achevée il y a une dizaine de jours : l’an dernier, nous avons perdu Nelson Mandela, nous avons maintenant un mariage pour tous et un nouveau Pape.
Nous avons retrouvé Nantes en ligue 1 et vu les Bleus sur le chemin du Brésil (s’ils sortent du bus cette fois), nous avons assisté impuissants à des catastrophes climatiques, ailleurs qu’à Saffré, en différents lieux du globe, nous avons concilié vie familiale, associative, professionnelle, nous avons passé de bons moments et tous connu des passages difficiles...

Mais vous comme moi, nous n’avons pas passé l’année à brasser de l’air, contrairement… aux éoliennes qui ont fait leur apparition dans le paysage local au printemps, avec une croissance très rapide pour ces huit géantes, qui depuis cet été produisent de l’électricité pour alimenter annuellement environ 15 000 personnes, soit presque exactement la population actuelle de la communauté de communes.

De l’air, je vais revenir à l’eau, mais à celle de notre sous-sol ; à notre nappe phréatique exploitée par le SIAEP. Nous avons, avec le syndicat et l’association Saffré zone rouge, continué d’avancer sur le dossier des risques karstiques, potentiels ou avérés. Une réunion publique s’est déroulée en février, pour la restitution de l’étude réalisée par Calligée, étude scientifique d’ampleur, dont les travaux ont abouti à une cartographie relativement précise du sol de la commune.

Suite à cette étape incontournable, d’autres études complémentaires se sont poursuivies, avec différentes techniques, pour encore mieux délimiter les contours des zones à risque et depuis la mi-décembre nous avons une cartographie qui nous permet de déterminer trois zones : zone à risque fort, zone à risque faible, zone à risque nul. Suite à ces résultats, la démarche proposée par le syndicat d’eau est la suivante : pour les habitations se situant en risque fort, un état des lieux sera réalisé par un expert, puis un suivi des maisons, une prise en charge de travaux si nécessaire et des conventions viseront à rassurer propriétaires et futurs acquéreurs. Retenez bien que même si on parle de risque fort, on ne dit pas forcément désordres affectant les constructions. (…)

Si on continue de décliner les éléments, il nous manque… le feu, l’occasion de mettre en valeur ceux qui le combattent, à savoir les pompiers. Sur le plan national, on a évoqué la « désertion » des Français pour cette mission civique. En huit ans, la profession a en effet perdu 12 000 volontaires. Après ce constat préoccupant, on peut d’autant plus se réjouir qu’à Saffré, la vocation et le recrutement continuent de bien se porter : 7 nouveaux ces derniers mois, grâce au dynamisme de l’équipe. Signalons aussi au passage un nombre de femmes supérieur à la moyenne française, avec près d’un quart des effectifs. J’ai eu l’occasion de le dire lors de la Sainte Barbe, mais je tiens à transmettre ici, au nom des Saffréennes et Saffréens, nos remerciements à nos 32 sapeurs pompiers bénévoles, et leur rappeler à quel point nous apprécions leur engagement exemplaire et sommes rassurés par leur présence quotidienne sur la commune. (…) Un mot personnel enfin pour notre chef de centre, Florent Mary, qui à l’occasion des inondations a fait preuve d’un calme et d’une efficacité que je me devais de souligner, et je tenais à le remercier du fond du cœur ainsi que son équipe.

Puisque nous avons épuisé les éléments, un passage incontournable de la cérémonie des vœux concerne la démographie et l’urbanisme. 3608 habitants désormais à Saffré où le rythme des naissances reste soutenu, avec 56 nouveaux nés cette année, une petite baisse néanmoins qui s’explique peut-être par un chiffre assez bas de la construction et aussi moins de nouveaux arrivants. (...) Avec l’ouverture de la seconde tranche du lotissement du Rocher, la reprise de la construction à Saffré sera plus marquée en 2014.

Enfin, sur le thème de l’urbanisme, la fin d’année nous a apporté une bonne nouvelle. Vous saviez que le PLU   tout juste voté en septembre 2011 avait de nouveau été attaqué au tribunal administratif. Donc le risque d’une nouvelle annulation était réel et c’était un motif d’inquiétude quand on connaît la longueur, la complexité et le coût d’une telle procédure. L’issue est différente cette fois, car dans le jugement rendu le 17 décembre, le tribunal a donné raison à la commune dans son élaboration et son approbation du PLU  . Cela a été un soulagement, et cela permet d’y voir plus clair par rapport aux possibilités de construction dans les mois et années à venir. Cependant, l’affaire n’est pas complètement close car la partie adverse peut encore faire appel.

Un mot non pas sur une annulation, mais sur une dissolution fin 2013. Les services de la Préfecture ont décidé de dissoudre un certain nombre de syndicats mixtes jugés inutiles ou inappropriés dans leur forme ou leur fonctionnement. Parmi ceux-ci, le SIVU de Bout de Bois, qui gérait le site, et réunissait trois communes : Saffré, propriétaire d’une bonne partie des terres, Héric et la Chevallerais. Malgré notre avis défavorable à cette décision, malgré une demande de délai supplémentaire, le SIVU sera dissous le 31 mars 2014. Ce qui n’est pas sans poser un certain nombre de questions sur l’entretien et le devenir du site (et de l’employé qui l’avait en charge). Avec le dernier partenaire majeur, autre propriétaire de terres sur le site, le Conseil Général, nous espérons au plus vite pouvoir trouver la formule qui permettra de ne pas laisser à l’abandon un site de loisirs apprécié par de nombreux habitants du département, et d’en faire à l’avenir un espace valorisé, aménagé, qui offrirait un écrin de choix à bien des activités.

 Les vœux, c’est aussi un bilan des réalisations de l’année.

La réhabilitation de l’Annexe, près de la salle St-Pierre : une nouvelle salle à la disposition des associations, rénovée pour un montant très raisonnable ; ce local inoccupé depuis plusieurs années est désormais très fréquenté, et plutôt agréable de l’avis de ses utilisateurs réguliers (poly sonnerie, art du patch, yoga,…). Merci à Mme Michelle Meunier, Sénatrice de Loire-Atlantique, de nous avoir soutenus sur ce projet par le biais de sa réserve parlementaire.

Deux rues ont enfin été aménagées de façon à améliorer la sécurité des riverains et piétons. Il s’agit des rues de l’Isac et Garde Dieu, qui disposent désormais d’accotements en dur de chaque côté de la route, et à l’issue d’une période expérimentale, d’une succession de chicanes qui réduisent la vitesse des véhicules. Il est sans doute dommage de devoir installer des dos d’âne, coussins berlinois ou chicanes presque partout, mais en dépit de tous les appels au civisme, des panneaux, cinémomètres, la vitesse excessive dans le bourg ou les villages reste l’un des principaux motifs de mécontentement des habitants. Et nous sommes parfois tous coupables, à un moment ou à un autre, à un endroit ou à un autre, de ce genre d’infractions. Donc, une fois de plus, une bonne résolution pour 2014 : levons le pied !

Enfin, la signalétique des bâtiments municipaux, peu ou mal indiqués jusqu’ici, peut difficilement être ignorée aujourd’hui. De grands panneaux indiquent clairement quel est l’usage des bâtiments et permettent aux personnes extérieures à la commune de s’y retrouver plus facilement. Sous l’impulsion de Marie-Pascale Ledauphin, nous avons aussi continué la numérotation des villages.

La vie associative aura été marquée l’an dernier par le 20e anniversaire du jumelage entre Saffré et Winterton. 27 Anglais, de toutes les générations, ont passé une semaine chez nous, accueillis dans les familles, et de part et d’autre, nous avons réaffirmé l’envie de poursuivre aussi longtemps que possible les échanges, peut-être en les diversifiant, entre nos deux communes séparées par la Manche. C’est en effet la découverte d’une autre culture, les efforts pour pratiquer une autre langue qui permettent de comprendre l’autre, et de partager. Je ne saurais que vous encourager à aller faire un saut en Angleterre l’été prochain ou à rejoindre dès maintenant le comité de jumelage, car là aussi, c’est grâce à l’action des bénévoles que les projets se concrétisent et durent.

D’autre part, sur le plan sportif, c’est l’équipe première de l’AS Saffré football qui a marqué les esprits en montant en 1re division de district à l’issue d’une superbe saison. C’est difficile cette année mais les joueurs s’accrochent et le club continue de bien se porter, entre l’école de football, l’équipe féminine chez les jeunes et aussi les ententes avec les communes voisines. Là aussi, un coup de chapeau à toutes celles et ceux qui font vivre toutes nos associations sportives – ou autres.

Car pour ce qui est de la culture, un mot sur la Poly’Sonnerie, dont l’activité s’est encore élargie à la rentrée à de nouveaux ateliers de pratique musicale, de 4 ans à combien, 97 ans au moins ? Et de nombreux cours d’instruments s’ajoutent aux deux chorales, Saffri’Sonne et le petit chœur. Entre l’initiation, la pratique, le plaisir de jouer ou de chanter ensemble, la Poly’Sonnerie est l’anti-dépresseur que je recommande à tous !

Vous avez – en tout cas les Saffréens – reçu le nouveau guide 2013/2015 de la commune dans vos boîtes à lettres, fin novembre/début décembre. Le dernier remontait à 2004, le projet de le refaire à deux ou trois ans, mais plutôt que de simples retouches, c’est un guide totalement renouvelé que vous avez pu découvrir, fruit d’un long travail pour vous (re)présenter Saffré, entre vie quotidienne, histoire, choses à faire, à voir ou à savoir.

Les fiches qui pourront le compléter à la demande éviteront qu’il ne soit trop vite obsolète, même si une nouvelle version est prévue pour 2015. C’est en tout cas un bon moyen pour tous, nouveaux arrivants en particulier, de s’approprier leur commune et de mieux comprendre son évolution et ses caractéristiques, avant d’en écrire les pages à leur tour dans les années qui viennent.

Avant d’en finir avec 2013, je voudrais avoir une pensée pour tous ceux qui nous ont quittés cette année (…).

Voilà, après ce long bilan en raison de l’actualité, je vous promets que je vais faire au plus court pour les perspectives 2014.

 Perspectives 2014

Dès la semaine prochaine, la salle municipale sera fermée ; les travaux vont permettre d’y installer un ascenseur, en espérant qu’à terme il soit plus fiable que celui de la salle polyvalente qui a tendance à nous jouer des tours un peu trop souvent quand on en a besoin ! L’escalier, les toilettes, les portes vont également être remises aux normes en vigueur et ces travaux vont durer six mois au plus. Je vous avoue que la rénovation de cette salle a fait débat, mais en attendant mieux, elle pourra encore rendre bien des services car elle est souvent utilisée par les associations ou louée par les particuliers.

  Château de Saffré

Château-bibliothèque

Ensuite, les travaux du château vont commencer au printemps. Plus d’un an de chantier avant la livraison en 2015 de la nouvelle bibliothèque intercommunale et à l’étage de salles d’activités culturelles, au sens le plus populaire du terme, ouvertes aux enfants des écoles, à plusieurs associations et aux jeunes, dans l’objectif de faire du site du château le cœur des loisirs de la commune, un lieu de rencontre pas seulement estival mais ouvert tout au long de l’année, qui continuera de se développer au fil des années, dans un cadre privilégié et apprécié de tous.

 Rythmes scolaires

En septembre 2014, nous mettrons en place les nouveaux rythmes scolaires, à savoir revenir à 4 jours et demi en diminuant le nombre d’heures par jour. Afin de répondre aux attentes de tous, nous nous efforçons de travailler à cette mise en œuvre en lien avec les écoles, les associations, le personnel communal et les parents d’élèves. Dans ce sens, une démarche est en cours au niveau intercommunal dans le cadre d’un projet éducatif de territoire. Les réponses aux différentes questions que se posent les familles se concrétiseront sous forme d’une solution collective, en tenant compte des exigences de la loi et des contraintes du territoire. (…)

 28 juin 2014, souvenir du Maquis

Le 28 juin 2014 sera le temps fort de la mémoire, puisque nous commémorerons les 70 ans des combats qui se sont déroulés au maquis. Une cérémonie d’ampleur et de nombreuses animations feront de cette journée un grand rassemblement autour de notre histoire commune. De nombreuses associations ont répondu présentes, ainsi que le Conseil Général et notre Député Yves Daniel, pour que cette commémoration soit attractive, populaire et que le devoir de mémoire s’accompagne de la possibilité de partager largement. Nous espérons vous retrouver nombreux au Pas-du-Houx.

Voilà, je voulais brièvement remercier pour leur investissement et pour la qualité des échanges tous ceux qui m’ont accompagnée et soutenue durant ce mandat, et je vous souhaite ainsi qu’à vos proches, une bonne, heureuse année 2014, en mettant l’accent sur la santé, la prospérité si possible - et la solidarité toujours !