Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Femmes, masculin-féminin > La théorie du genre n’existe pas

La théorie du genre n’existe pas

Ecrit le 19 février 2014

 La Nature crée des différences, l’Homme en a fait des inégalités.

Que ce soit dans le règne Humain ou animal ou végétal ou minéral, que de diversités, infinies et créatrices ! Sans cesse, toujours, de nouvelles vies naissent qui auront leur originalité, leurs différences. Chaque Homme est une unité avec ses différences qui ne doivent pas être supprimées pour qu’elles nous enrichissent. Et pour qu’elles nous enrichissent, elles doivent être reconnues et valorisées sans discrimination. De ces discriminations naissent les préjugés, les stéréotypes, les stigmatisations qui conduisent aux inégalités puis aux tensions et aux violences…. à l’obscurantisme.

Les inégalités entre les femmes et les hommes perdurent dans notre « vivre ensemble » à travers les représentations des rôles assignés, par la société d’hier et d’aujourd’hui, à chacun. Des stéréotypes existent bien et ils sont véhiculés de génération en génération de façon inconsciente, par habitude. Dans les textes en France et dans beaucoup d’autres pays, le principe constitutionnel de l’égalité existe pourtant.

L’école de la République, notre école, qui s’est construite génération après génération, témoignant de notre évolution et de nos prises de conscience collectives, est boycottée par certains parents empêchant leurs enfants d’y aller. Une « théorie du genre » y serait enseignée ? ! qui nierait les différences entre les filles et les garçons et de nature à porter atteinte à l’intégrité et à la pudeur ? !

Adame et Eve, dessin de Moon 06 87 32 77 47

« Théorie du genre » qui comprend ce que cela veut dire ? qui en a entendu parler avant ? Personnellement, je ne comprends pas trop !.... Par contre je comprends que les inégalités existent et que lorsque l’on est une fille, avec les mêmes qualifications qu’un homme on sera moins payée, qu’à la maison on assumera encore 80% des tâches ménagères, que plus les citoyens montent dans les échelles de responsabilité, moins nous serons représentées.

Qui a intérêt à divulguer sur les réseaux sociaux des rumeurs mensongères sur la « théorie du genre » ? qui en réalité ne veut pas d’une égalité entre les femmes et les hommes et les filles et les garçons ? qui disait il y a peu, que les femmes étaient faites pour faire des enfants et rester à la maison ? Qui encore dans bon nombre de pays empêche les petites filles d’aller à l’école ? Qui ne veut pas que la femme puisse décider d’une maternité ou pas ? Qui refuse d’accepter que l’Amour ne se commande pas et qu’il peut être partagé entre des femmes et des hommes indifféremment.

Les réseaux sociaux peuvent être de formidables outils de communication des savoirs mais aussi être de « redoutables relais pour accréditer les fables les plus rocambolesques et les théories complotistes les plus échevelées » (Editorial Le Monde)

Notre école est obligatoire pour tous et elle dispense un savoir égal à tous. Il n’y a pas en son sein de bon ou de mauvais savoir selon qu’on est fille ou garçon ! La qualité des savoirs évolue avec la société. La prise de conscience de la persistance des inégalités, malgré la loi, véhiculée à travers des habitudes, a nécessité cette interrogation sur la façon dont étaient transmis nos savoirs à l’école et ce, dès la petite enfance. Des parents ont été leurrés par des auteurs sans scrupules qui n’ont qu’un but : maintenir les inégalités pour maintenir un pouvoir. Ces gens font fi des valeurs de notre Nation « Liberté-Égalité-Fraternité »

Signé : Michèle Hersant.

Pour la Fédération nationale des retraités de la Fonction publique, la prétendue « THÉORIE DU GENRE ENSEIGNÉE A L’ECOLE » est une nouvelle aberration des extrémistes de tout poil, une opération de manipulation de l’opinion publique, au service de l’obscurantisme de certains individus qui ne supportent pas l’idée d’égalité entre hommes et femmes !


Ecrit le 19 février 2014

 Les études, c’est pas la théorie !

La « théorie du genre » n’existe pas. A l’origine il y a eu des études universitaires, aux Etats-Unis, les « gender studies » (c’est-à-dire : études sur le genre) pour essayer de comprendre pourquoi et comment naissent les inégalités sociales entre hommes et femmes. Les chercheurs en ont décortiqué les mécanismes dans les champs politiques, sociaux, artistiques, historiques, philosophiques etc. Mais cela n’a donné naissance à aucune théorie politique c’est-à-dire à une façon de voir et d’organiser le monde en gommant les différences entre hommes et femmes, en propageant l’idée d’une indifférenciation entre garçons et filles. Cette théorie-là, nul ne s’en revendique, en revanche il est beaucoup question de procéder à des réformes sociales pour donner aux femmes les mêmes droits qu’aux hommes.... ce qui, évidemment, crée un bouleversement social.

Et comme nous sommes en période électorale, la droite emboîte le pas à l’extrême-droite pour agiter le chiffon rouge sur une prétendue « théorie du genre » (qui n’existe pas !) et effrayer le bon peuple.

 L’UMP aussi

L’UMP, pourtant, s’est préoccupée de cette question du genre. C’est un habitué de Twitter qui a déniché ça ! https://twitter.com/lrtblt.

Sur le site internet des « Etats généraux de la reconquête » (21 juin 2011), l’UMP, alors dirigée, comme maintenant, par Jean-François Copé, écrivait : « Il faut aider les filles et les garçons à percevoir positivement leur genre et celui du sexe opposé. ». Elle proposait : « d’introduire dès la maternelle des séances consacrées à la mixité et au respect hommes-femmes », soit précisément ce que font les « ABCD de l’égalité » mis en place par le gouvernement Ayrault, que l’UMP critique maintenant violemment.

On peut lire dans les propositions UMP : « Il est nécessaire d’aider les managers à remettre en cause les stéréotypes de genre dans le cadre d’actions de sensibilisation ».

et aussi : les éducateurs « sans s’en apercevoir, encouragent les filles à être calmes, polies, serviables et à attendre leur tour mais acceptent que les garçons fassent du bruit, réclament, sautent et courent dans la classe. Toutes les études confirment l’existence d’un « double standard » : à l’école comme à la maison, on ne traite pas filles et garçons à l’identique. Rien d’étonnant à ce que ces différences d’éducation donnent lieu à des différences à l’âge adulte, notamment dans la perception des métiers. ». L’UMP pour qui le mot « genre » n’était pas encore un gros mot, proposait bel et bien de sensibiliser les enfants aux questions de « genre », et ce « dès la maternelle ».

 ABCD égalité

L’expérimentation « ABCD de l’égalité » est menée conjointement par le ministère de l’Éducation nationale et le ministère des Droits des femmes,plus de 600 classes de dix académies volontaires (pas celle de Nantes). Une généralisation est prévue en septem-bre 2014, après évaluation des premiers résultats. Elle vise à transmettre des valeurs d’égalité et de respect entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes. Voir le site :
http://www.cndp.fr/ABCD-de-l-egalite/accueil.html

 Copé et « Tous à poil »

L’extrême-droite s’émeut du livre « Tous à poil » sorti il y a 3 ans et Jean François Copé, UMP, lui emboîte le pas. Résultat : le livre, passé plutôt inaperçu jusqu’ici, est désormais 4e des meilleures ventes de livres ! Merci JF Copé !

La droite a mauvais genre

La chronique de France info : tous à poil

Dix liens pour comprendre

Cinq intox sur la théorie du genre