Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Entreprises > Politique économique, soutien à l’emploi > RhumeBox

RhumeBox

Ecrit le 9 avril 2014

 La boîte à mouchoirs

« La France doit reconnaître le dynamisme de ses entrepreneurs » et favoriser « l’esprit d’initiative   », a lancé François Hollande, le 11 février 2014 devant des patrons de ’’start-up’’ françaises réunis au French Tech Hrub, un incubateur d’entreprises financé notamment par le Conseil régional d’Ile-de-France. Encore faut-il que les jeunes connaissent le monde de l’entreprise et aient envie de tenter l’aven ture. Encore faut-il, aussi, leur donner le droit à l’erreur, la possibilité de rebondir après un échec ! Diverses structures, dans la région de Châteaubriant favorisent l’esprit d’entreprise, qu’il s’agisse des jeunes en devenir ou des porteurs de projets. Micro-entreprise, Opération ’’Un jour, un jeune, un chef d’entreprise’’, ’’Mission entreprendre’’, ’’Initiative   Loire-Atlantique Nord’’ ... il ne manque que l’Ouvre-Boîtes qu’a présenté La Voie citoyenne.

Une micro-entreprise a été lancée dans une classe de BTS Deuxième année à la Maison Familiale Rurale de Châteaubriant. Cinq jeunes se sont réunis, toutes les semaines pour élaborer un ’’produit’’, faire une étude de marché, étudier la fabrication, demander des devis, préciser le prix de vente, étudier la publicité et la commercialisation, etc. Comme dans une vraie entreprise, ils ont réparti les responsabilités.

Photo : Anaïs Dousset, Cassandra Berger, Audrey Deshoux, Alexis Charteau, Charlène Feuvrie

Après avoir envisagé un système permettant de transformer une bouteille en arrosoir, ou une poubelle en bac de tri séléctif, ils se sont fixés sur une « rhume-box » : un récipient en plastique (ou en carton) pouvant accueillir une boite de mouchoirs jetables et une boite de stockage de ces mouchoirs pollués qu’il est interdit de laisser traîner n’importe où et de jeter dans les conteneurs à papier. Le marché est potentiellement important puisque, selon les jeunes, 20 milliards de mouchoirs papier sont vendus chaque année ! A Châteaubriant, les clients seraient prêts à en acheter une pour 10-15 € mais hélas, après devis établis par RBL ou Team Plastique, le coût de fabrication serait le double ! Ces jeune sont besoin de sponsors pour mener à bien leur projet : avis aux personnes voulant bien les soutenir : les bons de souscription sont à 4 €, sachant que les sommes seront remboursées d’ici juin, à la fin des études de ces jeunes.

Cette mini-entreprise « exige de notre part un intense travail personnel » disent les jeunes. Cela ne sera pas pris en compte pour leur examen de fin d’année mais cela leur permet de découvrir d’autres facettes des métiers liés à la vente, et de mieux pouvoir s’intégrer, bientôt, dans une entreprise. C’est également un enrichissement personnel : « savoir que je suis capable de ... » et la justification des études : « j’ai mieux vu à quoi servaient les maths, le français et l’anglais »

Permettre aux élèves de découvrir le fonctionnement d’une entreprise. Améliorer leur compréhension du monde économique. Développer leurs capacités à travailler en équipe et à prendre la parole devant les autres. Favoriser leurs capacités à prendre des décisions, prendre des responsabilités et s’organiser. Eveiller, stimuler et valoriser leurs qualités personnelles (créativité, solidarité, autonomie, esprit d’initiative  ). Favoriser l’orientation scolaire des élèves grâce à la découverte dans l’action des différents services d’une entreprise. Tels sont les objectifs de cette mini-entreprise « RhumeBox ».

Contact : rhumeboxandco@gmail.com

A ce jour, il existe 1 075 mini-entreprises sur toute la France dont 24 en activité sur les Pays de Loire.


Ecrit le 9 avril 2014

 Pourquoi ?

Qu’est-ce qui pousse les jeunes à créer leur entreprise ? Dans un sondage réalisé pour AJE (association jeunesse entreprise, enquête 2013), quatre thèmes principaux se détachent :

  • - Liberté (17%) : Être libre, autonome, indépendant, être son propre patron, être maître de ses choix, ne pas avoir de supérieur hiérarchique.
  • - Action (15%) : Désir de réaliser, d’agir, de créer, d’entreprendre, de concrétiser, de gérer.
  • - Dépassement (14%) : Désir de s’épanouir, de se réaliser, de s’engager.
  • - Idée (14%) : Avoir une bonne idée, un projet personnel

 Qu’on en finisse !

Dans une chronique de La Tribune, du 3 avril 2014, Sylvie Deffayet Davrout, professeur de management à l’EDHEC Business School, s’élève haut et fort contre une expression à la mode parlant de « Courage managérial ». « Parler et diffuser le courage managérial, c’est porter la responsabilité de véhiculer la croyance selon laquelle le management serait forcément un acte difficile, héroïque, voire exceptionnel. Certes on retrouve là finalement une représentation classique du leadership ; le grand ou sur-homme (au propre comme au figuré) n’est pas loin ». (...) Rappelons avec Raphael Draï qu’autorité vient du verbe latin « augeo » qui veut dire augmenter ; « l’autorité est donc une force qui sert à soutenir et à accroître. Faut-il faire preuve d’un courage managérial spécifique pour cela ou tout simplement être motivé par ce projet de faire grandir les hommes et les organisations ?

La peur peut être bon moteur du côté de celui qui doit emmener les troupes vers le succès. Mais qu’en est-il des troupes ? Le courage tous les jours est épuisant et certainement pas durable ».