Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Femmes, masculin-féminin > Ce que soulève la jupe ...

Ce que soulève la jupe ...

Ecrit le 21 mai 2014.

Je me souviens ...

  • - des années 40 où les filles n’avaient pas le droit de faire du théâtre ! A Châteaubriant les rôles féminins étaient tenus par des hommes !
  • - de ce jour de 1962 où, à l’église que je fréquentais alors, le prêtre, au moment de la communion, me reprocha d’être tête nue. ’’Toute femme qui prie ou prophétise tête nue fait affront à son chef (...) Si la femme ne porte pas de voile, qu’elle se fasse tondre ! Or, s’il est honteux pour une femme d’avoir les cheveux coupés ou d’être rasée, qu’elle se voile » disait St Paul.
  • - de ce que chantait Antoine en 1966 : Ma mère m’a dit : « Antoine, fais-toi couper les cheveux »-* - de ce jour où, après 1968, le proviseur du lycée de Châteaubriant a voulu interdire aux jeunes filles de venir en classe en pantalon. En réaction, des enseignantes sont venues en collants de couleur rouge !
  • - de ce jour de 1975 où le magasin « Maganis » à Châteaubriant a interdit à ses vendeuses de porter un pantalon.
  • - de ces temps où les femmes devaient porter du noir à perpétuité car elles étaient toujours en deuil d’un membre de leur famille.
  • - de ces temps où, au lycée de Châteaubriant vers 1970, les garçons devaient porter des blouses bleues et les filles des blouses roses.
  • - de ces temps, toujours actuels, où la jupe demeure l’emblème du « féminin », là où la cravate persiste à être perçue comme attribut « masculin ».

Ras-le-bol de cette différenciation des sexes basée sur un code vestimentaire ! A Nantes, l’opération « Ce que soulève la jupe » a marqué, le 16 mai 2014, une journée de lutte contre le sexisme proposée par des lycéens dans 27 lycées à Nantes. Elle est à l’initiative   du Conseil Académique à la vie lycéenne (CAVL) de l’académie de Nantes et reprend le titre d’un ouvrage de Christine Bard sur le sexisme. Elle a provoqué des manifestations "de la Manif pour tous à M. Copé, du Figaro à Mme Le Pen’’ comme dit Jacques Auxiette.

Dans un communiqué commun, plusieurs associations, dont la ligue de l’Enseignement, et la ligue des droits de l’Homme rappellent :
La journée « Ce que soulève la jupe » dans les lycées est une journée de lutte contre le sexisme et les discriminations. Elle est née en 2006. Et, la journée précédente le 12 avril 2013 s’est très bien passée. Cette journée est à l’initiative   des jeunes du Conseil Académique à la Vie Lycéenne. Ces jeunes veulent travailler contre les discriminations. Ils veulent s’emparer de ces questions de société. Nous apportons notre soutien à leur initiative  . Nous apportons notre soutien à cette liberté d’expression attendue par la jeunesse à l’intérieur des lycées.

Des groupes de personnes, « Les Nantais pour la famille » et « Les sentinelles », manifestent devant des lycées. Ces groupes instrumentalisent les faits. En effet, agir contre les discriminations et le sexisme, ce n’est pas nier la différence physiologique entre fille et garçon, c’est au contraire agir contre les inégalités. C’est pourquoi, en parlant de jeunes qui « se griment », « Les Nantais pour la famille » et « Les sentinelles » nous disent refuser ce mouvement d’émancipation et refuser que ces jeunes agissent pour les droits. Ces groupes disent en fait qu’ils veulent maintenir un ordre patriarcal, cantonner hommes et femmes, filles et garçons à une place déterminée et perpétuer d’autres différenciations entre les hommes et les femmes que la différence physique. C’est refuser l’égalité de toutes et tous dans le champ politique, social et dans la vie privée et familiale. C’est participer à un mouvement qui attaque les droits des femmes et menace ce qui a été acquis après de longues luttes par les femmes et les associations féministes.

Pour nos organisations associatives et syndicales, c’est justement la mission du système éducatif de faire réussir filles et garçons, de la maternelle à l’enseignement supérieur. Cette réussite implique que les valeurs d’égalité et de respect entre les femmes et les hommes soient transmises, dans tous les espaces de la société. Laissons aux jeunes la possibilité de construire la société de demain ».

Face à cette polémique, Michelle Meunier, sénatrice, déclare : « Une fois de plus, la droite et les réactionnaires utilisent le mensonge, colportent les rumeurs, jouent sur les amalgames. (...) J’aimerais m’adresser à celles et ceux qui agitent la polémique et s’estiment choqué-e-s par cette journée : Seriez vous opposé-e-s à la lutte contre les discriminations et les stéréotypes ? Seriez-vous opposé-e-s à la promotion de l’égalité entre filles et garçons, femmes et hommes ? Seriez vous finalement opposé-e-s à la devise de notre République qui fait de l’Égalité notre socle commun ? Décidément, les stéréotypes ont la peau dure dans notre société. Les vieux conservatismes demeurent... et attendent la moindre occasion pour re-surgir ! Plus que jamais, le combat pour l’égalité, et contre toute forme de discrimination, reste d’actualité ».

Jésus-Christ


Et, dans le même temps, voici que le concours de l’Eurovision est remporté par Conchita Wurst, qui est Thomas Neuwirth dans le cadre de sa vie privée et se travestit sur scène en Conchita Wurst, personnage féminin. A dire vrai, il a une tête de Jésus-Christ ! Tiens, c’est vrai, on représente celui-ci, la plupart du temps, en robe longue et cheveux longs.... Après la victoire de Conchita Wurst, le ministre de la culture autrichien a ainsi salué « une victoire en Europe pour la tolérance et le respect ». « Ma barbe est une preuve qu’on peut parvenir à tout, peu importe qui vous êtes et votre apparence » a dit Conchita dont la chanson est écrite à partir de son histoire personnelle. « Etre un adolescent gay dans un petit village [d’Autriche], ce n’est pas drôle ».

Jésus-Christ
cheveux longs
moustache
et barbe
et robe.

Une lectrice, Michèle Hersant, écrit : « La victoire de Conchita Wurst
est une grande victoire, celle enfin de la reconnaissance de la différence. Oui il y a des humains physiquement et mentalement 100% soit féminins soit masculins et des humains dont le physique et le mental appartiennent aux deux genres. C’est une réalité ! Elle a toujours existé. Cette réalité était niée, que de souffrances elle a engendré ! »
« Il va falloir encore des décennies pour abolir les tabous, pour que tous les Humains vivent dans une égalité réelle, c’est-à-dire dans le respect des différences. Tabous chrétiens et autres religions dogmatiques faisant de la femme, de certaines ethnies et de minorités comme les homosexuels et transgenres, des êtres inférieurs.

Conchita Wurst a été reconnue aujourd’hui mais tous les défenseurs des droits à la différence doivent rester vigilants. En cette période de crise en Europe où des populations souffrent du manque de soins, de nourriture, d’instruction, la tentation est ou redevient grande de se tourner vers les dogmes religieux faussement protecteurs. Notre Humanité doit progresser vers plus d’harmonie entre tous les peuples avec leurs différents genres et tous les êtres vivants. Cette progression ne peut se faire sans notre libération des carcans dogmatiques qui nous emprisonnent dans une intolérance et qui donnent une suprématie à certains contre les autres. Avec la victoire de Conchita Wurst, un pas en avant vers plus de tolérance et reconnaissance vient d’être fait »

A propos, ce n’est pas le premier transgenre à remporter l’Eurovision. En 1998 la chanteuse Sharon Cohen a remporté l’Eurovision pour Israël. L’artiste avait avant cela changé de sexe pour devenir une femme...

B.Poiraud