Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Personnes en difficulté > 2015, Les minimas sociaux, revalorisés

2015, Les minimas sociaux, revalorisés

Ecrit le 01 avril 2015

 Un peu revalorisés

Les minima sociaux pour les familles monoparentales et nombreuses à faibles revenus seront « nettement » revalorisés à compter du 1er avril, a annoncé le gouvernement. Dans un communiqué, la ministre des Affaires sociales et de la Santé Marisol Touraine et la secrétaire d’État à la famille Laurence Rossignol saluent une « mesure de justice sociale pour améliorer le pouvoir d’achat de ceux qui en ont le plus besoin ».

En conséquence, l’ASF (Allocation de Soutien Familial), qui concerne près de 740 000 enfants, sera relevée à 99,75 euros par mois et par enfant au 1er avril, soit une augmentation de 4,75 euros par mois par rapport à 2014 … soit l’équivalent de 6 baquettes de pain.

Le Complément familial, touché par environ 400 000 familles, passera à 203,50 euros par mois pour les familles vivant en dessous du seuil de pauvreté, soit une hausse de 18,50 euros par mois. Pas de quoi sauter au plafond !

Ces revalorisations s’inscrivent dans le cadre du plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté.

 Qu’ils travaillent !

Au soir de Premier Tour des Elections Départementales, notre cher Nicolas Sarkozy a fait une proposition lumineuse : ’’exiger que les bénéficiaires de minimas sociaux travaillent’’. Et ceux qui ne voient pas plus loin que les bords de la télé, approuvent vigoureusement. Mais comment est-ce possible ? Qui doit leur donner du travail ?
– les municipalités ? Si oui, à Châteaubriant, où le maire est un grand chef UMP, comment se fait-il qu’il reste à Châteaubriant des gens condamnés aux minimas sociaux ? Et pourquoi y a-t-il des suppressions de postes à la mairie ?
– ce sont alors les Conseils Départe-mentaux qui doivent embaucher ?
Non, puisque la Droite, dans son programme électoral, a prévu la suppression de 70 postes par an (Heureusement, la Droite n’est pas passée en Loire-Atlantique)
– qui alors ? Les associations ? Non, car leurs subventions diminuent drastique-ment.
– alors les entreprises ?? Mais les suppressions de postes ne cessent pas. Les commandes sont rabougries. L’embauche et la formation de nouveaux salariés conduiraient les patrons à demander encore des aides à l’État.

Alors c’est l’État qui doit embaucher. Mais la Droite dit au contraire que l’État doit réduire son personnel ! C’est un vrai nœud gordien, cette histoire !

Il y a pourtant moyen d’embaucher : en utilisant les ’’emplois d’avenir’’ qui sont pris presque totalement en charge par l’État.

Malgré cela, les collectivités locales sont réticentes. Par exemple, il n’y a plus que 2 emplois d’avenir à la mairie de Châteaubriant sur environ 250-260 personnes ! Et on ne voit pas les communes, localement, faire de gros efforts dans ce domaine !

En 2011, Nicolas Sarkozy voulait imposer une journée de travail par semaine à tous les allocataires de minimas sociaux. Il y a renoncé parce que cela exigerait un surcroît de travail, considérable, aux mairies pour coordonner tous les chômeurs. Et leur confier quoi ? Les sorties d’école ? La collecte des déchets ? Le bricolage au domicile des personnes âgées ? …. en enlevant du travail à ceux qui font déjà cela ? Et avec quelles responsabilités en cas d’accident ?

Travailler, pour de vrai, c’est le rêve des allocataires des minimas sociaux, du moins de ceux qui sont en bonne santé. Leur problème, ce n’est pas de refuser des emplois qu’on leur offrirait : leur problème c’est qu’on ne leur offre rien ! .

BP