Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Entreprises > Politique économique, soutien à l’emploi > Emploi- situation locale > Des Cigales pour aider les fourmis

Entrepreneurs à Châteaubriant

Des Cigales pour aider les fourmis

Ecrit le 01 avril 2015

Un club « Cigales » s’est constitué au Pays de la Mée. Ce sont des citoyens souhaitant aider au financement des entreprises locales dans le domaine de l’économie sociale et solidaire, respec-tueuses de l’environnement et créatrices d’emploi (à commencer par l’emploi du créateur de l’entreprise).

Sébastien Rouxel, Michel Demé, Jean Louis Faucheux, Claude Lecerf, Laurent Lagrée, Odile Bore, Pierre et Roselyne Roblin, Catherine Morilleau en sont les premiers membres, « pour une gestion alternative et locale de l’épargne solidaire ». Ce club est « un outil au carrefour de l’épargne et de l’investisse-ment de proximité, éthique et solidaire ».

Le club mobilise l’épargne de ses adhérents appelés « cigaliers ». Il recher-che encore des adhérents, le nombre total étant limité à 20. Il ne se situe pas en concurrence mais en complémentarité avec d’autres structures telles que ILAN ou l’ADIE*
 

Cigale, Dessin de Moon - 06 87 32 77 47

Les cigales de la Mée : comment ça marche ?

En adhérant au club, le cigalier s’engage à épargner dans un pot commun entre15€ et 30€ par mois pendant 5 ans. Ainsi un groupe de 12 adhérents peut collecter en une année 3000€ à 4000€, permettant de soutenir un porteur de projet, sous forme non pas de prêt, mais d’apport en capital, remboursable. Cet apport au capital permet au club d’être associé à l’entre-prise, d’avoir un droit de regard.

Le club rencontre, écoute, puis sélec-tionne le(s) projet(s) correspondants à la charte du club et économiquement réalisables et durables. Ce financement permet au porteur de projet de constituer son apport personnel ou de le compléter. Cela peut être un micro-projet, mais, pour un projet plus important, il peut y avoir un regroupement de clubs-cigales.

La cigale est avant tout un lieu d’échange et d’auto-formation où investisseurs et porteurs de projets font un bout de chemin ensemble en se fixant des objectifs communs.

Les cigaliers se rencontrent au minimum une fois tous les deux mois.

Pourquoi se sont-ils engagés ?

Sébastien, Laurent, Claude, J.Louis, Michel

L’adhésion à un club ’’cigales’’ correspond à une implication citoyenne dans le tissu économique local. Les membres donnent leurs motivations : « Mes enfants sont installés, je souhaite aider des jeunes » (Michel), « J’ai connu des projets qui n’ont pu aboutir faute de financement bancaire » (Jean-Louis), « J’ai été aidé. Un coup de pouce, un regard extérieur, c’est important » (Laurent). « Le festival de l’environnement m’a sensibilisé à agir local » (Sébastien). « Il y a des compétences sur le territoire, qu’il faut mettre en avant » (Catherine). « Il n’y a pas beaucoup d’argent dans ce territoire. Un coup de pouce peut faire émerger un emploi et peut-être une entreprise » (Claude).

Des clubs cigaliers existent dans la région de Martigné-Ferchaud. Un club est en cours de constitution à Ancenis. Pour participer à celui du Pays de La Mée, vous pouvez contacter en direct les personnes citées précédemment ou la messagerie :
cigalesdelamee44110@mailoo.org

* ILAN : Initiative   Loire-Atlantique-Nord
* ADIE : Association pour le Droit à l’Initiative   Economique.