Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Enseignement, formation > a. Rentrées scolaires > Rentrée scolaire 2015

Rentrée scolaire 2015

Écrit le 9 septembre 2015

Première visite des élus, ce mardi 1er septembre 2015 : bonne nouvelle, il y a davantage d’élèves inscrits à l’école maternelle de Béré. Hélas, comme l’an dernier, la joie est de courte durée : si Maternelles-Béré gagne 11 élèves (changement de carte scolaire ?) toutes les autres écoles en perdent, le total des élèves en classes maternelles, public et privé, passe de 465 à 448.

Grande stabilité dans les écoles élémentaires de Châteaubriant (passant de 832 à 834 élèves).

L’enseignement privé continue sa baisse à Châteaubriant. On y comptait 2010 enfants et jeunes en 2013-2014 (maternelles, élémentaires, collège et lycée) et 1907 en 2014-2015, et 1862 cette année, ce qui fait une perte de 2,4 % en un an et de 7,4 % en deux ans.

Maternelles : perte de 17 élèves

Classes maternelles
Écoles 2003 2012 2013 2014 2015
Béré 88 74 83 84 95
Monet 109 81 66 65 67
Viaud 75 66 74 73 69
Cadou 75 70 77 78 69
Nazareth 143 107 111 110 96
Trinité 62 67 59 55 52
Total 552 465 470 465 448

Élémentaires : perte de 10 élèves dans le public et gain de 12 élèves dans le privé :

Classes élémentaires
Écoles 2003 2012 2013 2014 2015
Béré 171 117 118 140 137
Cadou 116 134 128 117 106
Terrasses 123 67 77 78 87
Monet 148 140 152 139 134
Nazareth 317 272 267 255 261
Trinité 90 104 108 103 109
Total 965 834 850 832 834

Du côté des collèges, il y a 73 élèves de moins entre 2014 et 2015. Le public a perdu 6 élèves, le privé a perdu 67 élèves.
La perte est considérable : 3,5 % en un an.

Collèges
Collèges 2003 2012 2013 20142015
Schuman 429 507 533 549 535
Ville aux Roses 528 554 577 596 604
St Joseph 775 831 784 763 696
Total 1732 1892 1894 1908 1835

Tentons une explication : les collégiens de 3e sont partis vers les lycées, l’arrivée de nouveaux collégiens n’a pas compensé ces départs.

Lycées classiques : 71 élèves en plus, partagés entre public et privé : + 39 élèves au lycée Guy Môquet et + 32 élèves au lycée privé St Joseph.

Lycées classiques
Lycées 2003 2012 2013 20142015
Môquet 513 475 458 450 489
St Joseph 440 445 401 393 425
Total 953 920 859 843 914

Lycées professionnels : perte de 5 élèves dans le privé (Nazareth et St Joseph) et gain de 22 élèves au lycée Lenoir. La Maison familiale gagne 5 élèves.

Lycées professionnels
Lycées 2003 2012 2013 20142015
Lycée Lenoir 492 546 593 650 672
Privé 248 227 280 228 223
Maison Familiale 91 140 161 152 157
Total 831 913 1034 1030 1052

Au total, dans les écoles (y compris la Maison Familiale Rurale)
2003 : 5033 élèves
2011 : 5058 élèves
2012 : 5024 élèves
2013 : 5107 élèves
2014 : 5078 élèves
2015 : 5083 élèves

À ces chiffres il faut ajouter l’institut de formation en soins infirmiers (186 en 2015, 180 en 2014, comme en 2013) et l’école de beauté-coiffure (50 élèves en 2015, 51 en 2014).

 Echos

Trois écoles ont changé de direction :
– Ludivine Desnoes à l’école élémentaire de Béré
– Christophe Dupas à la maternelle René Guy Cadou
– Damien Bricout à l’école élémentaire des Terrasses.

– Une quatrième classe a été ouverte aux Terrasses, de ce fait les effectifs des classes sont réduits.
– Des élèves supplémentaires sont attendus à la maternelle de Béré. Cela permettra-t-il l’ouverture d’une nouvelle classe ? Il y a 9 enfants de deux ans, et 23 enfants de petite section. Les tout-petits ne seront accueillis que le matin et seulement 2-3 jours/semaine pour que la classe soit moins chargée.
– L’école élémentaire René Guy Cadou comporte 106 élèves, juste au dessus du seuil de 104 qui correspond à une fermeture : des familles sont parties vers Soudan et Erbray mais n’ont pas été compensées par l’arrivée de nouvelles familles.
– À l’école Claude Monet, 5 enfants manquaient ce matin : il arrive en effet que des familles n’aient pas entendu à la radio ou à la télé, que la rentrée avait lieu le 1er septembre ! « Cette année je serai très strict sur l’absentéisme » dit le directeur Pierre ANDRE. « la panne de réveil ou le mal de ventre sont trop systématiques dans certaines familles et conduisent aux échecs scolaires ».
– À l’école Claude Monet, les enfants se lèvent quand un adulte entre dans la classe.
– Cette école est classée en REP (Réseau d’éducation prioritaire) : il y a une enseignante ’’surnuméraire’’ permettant de mieux suivre certains élèves ou de dédoubler une classe pendant des activités.
– À l’école Marcel Viaud, les pieds de chaises ont été fichés dans des balles de tennis ... pour amortir les bruits !
– L’école élémentaire René Guy Cadou espère cette année encore participer à la cérémonie de la Sablière. Le directeur souhaite rétablir des liens avec l’Institut Médico-Educatif voisin et voudrait bien renouveler l’expérience « Arts plastiques » qui a eu lieu il y a quelques années avec Rencontres  . Il organisera aussi un voyage aux Châteaux de la Loire.
– des syllabes et des mots sont affichés dans les classes, pour faciliter l’apprentissage de la lecture. On y trouve : bateau, avion, girafe .... et imprimante. Comme quoi le vocabulaire s’adapte !
– les CLIS (Classes pour l’Inclusion scolaire) changent de nom mais pas de finalité. On les appelle maintenant des ULIS-Ecole. (Ulis : unité localisée pour l’inclusion scolaire). Il est désolant de voir des petits bout-d’choux déjà ’’paumés’’.
- la rentrée à la maternelle René-Guy Cadou a été faite de façon échelonnée : seuls ont été accueillis, à 9h, les enfants venant pour la première fois. Il y eut des larmes mais à 11 h tout était calmé ! Malgré tout un enfant, entendant du bruit dans le hall, est venu avec son manteau mais ... non ... ce n’était pas l’heure de papa-maman. C’était juste la délégation municipale.

 85 000 € de travaux

Au cours de l’été, la ville de Châteaubriant a fait des travaux dans ses écoles publiques, pour 85 000 €.
– à Béré où la cantine des maternelles occupe depuis l’an dernier la salle anciennement utilisée par l’hôpital de jour, un vestiaire avec WC a été installé pour le personnel. Un portail a remplacé le portillon par où passent les enfants pour aller à la cantine. Il reste à aménager la salle de musique.
– au groupe scolaire Claude Monet : peinture et pose d’un sol phonique dans une classe, mise en place d’une rampe d’accès pour personnes à mobilité réduite.
– Au groupe scolaire Terrasses/Viaud : réalisation d’un faux plafond et remplacement des éclairages dans une classe. Divers travaux d’électricité, plomberie, menuiserie et installation d’une étagère en salle de motricité.
– Au groupe scolaire René-Guy Cadou : réfection de l’étanchéité du toit terrasse et des pignons, câblage informatique dans cinq classes, pose d’un sol souple phonique et peinture dans une classe, installation d’un évier dans une autre.

 Cantines

Selon la municipalité, 76 % des enfants scolarisés à Châteaubriant fréquentent la cantine. Les menus proposés intègrent 10 composantes et 2 pains bio par semaine. Le prestataire s’est engagé à ne servir que des produits de viande de bœuf et de porc française.

Les objectifs de la cantine :
– apprendre à manger dans le calme
– profiter de ce moment pour se détendre
– découvrir la variété et les différences et goûter tous les plats
– responsabiliser l’enfant dans ses rapports avec le personnel de service et les autres enfants.

Le prix de revient d’un repas est, selon la municipalité, de 6,27 €. La ville prend en charge 3,17 € pour les enfants de Châteaubriant et facture donc 3,10 € aux familles (et 4,25 € pour un enfant habitant hors Châteaubriant). Les élus de La Voie Citoyenne réclament une tarification au quotient familial comme à Rennes et à Ancenis. Dans cette dernière commune le tarif s’échelonne de 1,03 € à 4,39 €.

Et une cuisine centrale ? En période pré-électorale, la Com’Com’   du Castelbrinatais a parlé, en décembre 2013, d’un projet de cuisine centrale ou du moins d’une étude à ce sujet. Mais cette étude n’a été lancée qu’en juin 2015 donc c’est pas pour tout de suite !

À Ancenis, Les repas sont fabriqués à la cuisine centrale Sévigné puis livrés chaque jour dans les restaurants scolaires d’Ancenis et de onze communes environnantes sans oublier les personnes âgées livrées à domicile et les centres de loisirs le mercredi. En tout 2100 repas par jour avec plat de substitution pour ceux qui souffrent d’allergies et intolérances ! Avec préférence donnée aux produits frais et approvisionnement local.