Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Démocratie locale > Le maire est hargneux

Le maire est hargneux

Ecrit le 30 mars 2016

 Le maire hargneux

Mardi 22 mars 2016, la réunion du quartier de Béré va commencer, le maire arrive un peu à la bourre et marche vite. Il passe à côté d’une dame âgée, sans lancer un ’’bonjour’’ et file. Toute la soirée il sera hargneux et vindicatif sur un ton cependant très patelin. Car il en veut à tout le monde ! A son opposition d’abord qui a le culot de lui tenir tête, Conseil Municipal après Conseil Municipal. Il parle d’elle en disant que ce sont ’’des gens qui n’ont créé aucun emploi et qui n’en créeront aucun’’ comme si dans son équipe à lui il y avait beaucoup de conseillers de ce type. Il parle du Conseil Départemental qui, en cette période d’économies nécessaires, ne va pas réparer les routes à Châteaubriant (du moins celles qui sont de sa compétence). Monsieur le Maire oublie que, lui-même, laisse des routes ou des trottoirs en mauvais état car, c’est évident, on ne peut pas tout faire, alors on bouche les plus gros trous avec du gravier et du goudron. Monsieur le Maire en veut à l’État aussi et à la Justice : par exemple, il signale le cas d’un jeune d’une quinzaine d’années qui aurait une centaine de délits à se reprocher ! Et il en veut à l’État qui ne fait rien à ce sujet. Mais la ville de Châteaubriant fait-elle quelque chose, elle ?

 Il répète, répétons !

Et puis Monsieur le Maire redit toujours les mêmes choses, il répète qu’il y avait un projet de Maison de Retraite dans l’ancienne Clinique Ste Marie mais qu’en 36 mois les travaux n’ont pas été commencés. Alors le permis de construire est devenu caduc ! Et tout ça est la faute du Conseil Départemental qui a refusé de prolonger la validité du permis ! Non mais, sans blague, si la société avait vraiment voulu la faire cette maison de retraite, elle aurait eu le temps, sur les trois ans, de commencer les travaux ! Mais voilà, not’maire accuse le Conseil Départemental et ajoute : « Ah, si nous avions été aux affaires ... »

A cette réunion du 22 mars, point question de Linky mais de rues au débouché dangereux, rue de St Malo par exemple ou rue de Brest. Et, chouette ! Cela donne au maire l’occasion de parler de la Rocade Ouest qu’il désire tant ! Et il compte bien que son adjointe, élue départementale, réussira à la décrocher et à la faire réaliser malgré les importantes difficultés techniques (notamment la nécessité de faire deux ponts sur les bras de la Chère, et un sur la voie ferrée, et de tenir compte d’un dénivelé considérable). A propos, nous vous indiquons une solution d’une technicité audacieuse : voir ici 

Il a été question des trottoirs aussi, trop étroits dans certaines rues ou encombrés par un poteau d’éclairage public. Souvent les familles sont obligées de descendre sur la rue. Un cheminement piéton est demandé à partir du lotissement de la Baguais. Réponse, ce sera fait,« on y a pensé et prévu dans les crédits ». De plus, il y aura un cheminement éclairé piétonnier des étangs à la Galissonnière et jusqu’à la Baguais.

Le maire a parlé d’un futur rond-point à l’entrée du futur espace aquatique et d’une voie cyclable sécurisée dans la rue de la Galissonnière, et de l’aménagement d’une piste cyclable chemin de la Baguais et d’un éclairage public tout autour du futur espace aquatique et de radars pédagogiques qu’il faudra installer dans ce secteur. Un habitant signale qu’il a vu des gens cueillir des narcisses dans les parterres autour de l’étang de Choisel. Oh les vilains !

Des personnes se disent gênées par la circulation pendant les quatre jours de la Foire de Béré et demandent une compensation en réduction sur le prix d’entrée à la Foire !

Enfin il est question de l’assainissement dans le village de La Bruère. Le maire dit qu’il y a deux possibilités, soit le raccordement au réseau collectif de la ville, soit le lancement d’une opération groupée. Mais pour cela il faudrait que les diagnostics d etoutes les installations autonomes soient faites, or il n ’y en a encore, dit-il, que 73 % dans ce village et 55 % dans toute la ville. Nos voisins des Com’Com’   de Nozay et Derval s’en étonnent car chez eux tout a été fait avant décembre 2012 comme le disait la loi. Mais la Com’Com’   du Castelbriantais a mal emmanché les choses, en particulier elle refusait de donner une aide financière, bloquant ainsi l’aide financière accordée par le Conseil Départemental. Les choses se sont arrangées mais les diagnostics sont toujours à la traîne. Et pourtant l’agence de l’eau peut, elle aussi, accorder des subventions ! Vite, cela s’arrêtera en 2018.

  Réception

Des personnes se plaignent de difficulté de réception d’internet (Rue de la Galissonnière, rue de Tugny), ou de la télévision (Rue Jean Jaurès). L’adjoint Arnaud Laverne dit qu’il ne savait pas qu’il pouvait y avoir des difficultés de cet ordre à Châteaubriant. Il aurait pu [consulter le site ….http://observatoire.francethd.fr/#]

Il explique que la Com’Com’   a le projet d’équiper des zones en Très Haut débit mais que ce ne sera que pour les entreprises. En revanche il signale que le Conseil Départemental fait une ’’montée en débit’’ dans certaines zones mais il oublie de dire que la Com’Com’   n’a pas
répondu à la proposition du Département.

Dernière question : les TAP (Temps d’Activités Pédagogiques). On n’en entend guère parler dans les réunions de secteurs où il n’y a presque que des cheveux blancs. Une personne trouve qu’à l’école de Béré, en maternelle, les enfants ne font que du dessin. Mme Bombray intervient en disant qu’à la Com’Com’   du Castelbriantais les ATSEM ont toutes le diplôme BAFA (« Ce n’est pas comme dans les Com’Com’   voisines où l’on fait appel à des bénévoles » - avec toujours ce commentaire : ’’nous, on fait mieux que les autres’’)
même les remplaçantes, « et toutes font ce travail avec plaisir, cela les change de leurs autres tâches : cantine, ménage ».

Loulous : un habitant s’inquiète du Tram-Train « c’est très bien, mais il ne faudrait pas que des loubards viennent de Nantes pour commettre des délits chez nous ». Le maire précise que, dans le train, il y a des policiers en civil. Sans blague ? Avec tout le travail qu’ils ont à faire pour prévenir les attaques terroristes ? Bof, si c’est pas vrai, ça rassure au moins le populo !

 Quartier Terrasses

Quatre-vingt dix chaises avaient été installées, il y a eu une quarantaine de personnes dont une bonne quinzaine de conseillers municipaux et personnels de direction de la mairie. Très peu de questions au point qu’un participant a pris longuement la parole (trop !) en disant : « Il faut bien que je meuble ».

Question de sécurité Rue de Tugny : vitesse. Réponse : inverser le sens de priorité sur le pont enjambant la voie ferrée. On verra dit le maire. [Ndlr : avec les ralentisseurs existant sur cette rue, il n’est pas évident de prendre de la vitesse. Par ailleurs la chaussée sur le pont est très dégradée. Ca dépend de qui ? Châteaubriant ? Erbray ?]

Stationnement des voitures le jour des match des Voltigeurs au stade de la Ville en Bois. Le maire explique qu’il y a le projet de modifier l’accès au terrain. « Nous le ferons vers le sud, pour des raisons de sécurité ». Tiens, on n’a pas vu ça inscrit au budget de la ville.

Propreté  : des papiers et bouteilles plastiques dans le bois de Tugny et sur les terrains de foot des Briotais.

Trottoirs : mauvais état des trottoirs dans le quartier de la rue de Provence/rue du Berry [et ailleurs !!]. Demande d’un marquage permettant de stationner en partie sur les trottoirs quand ceux-ci sont très larges. « On verra sur place » dit le maire. Un habitant signale qu’il a reçu un ’’papillon’’ d’avertissement de la police municipale. Le chef de la police lui répond que de tels papillons qui volent de voiture en voiture … Farceurs !

Une personne demande si la police municipale a le droit de stationner même brièvement là où c’est interdit aux autres. Et il ajoute : « Je comprends que je n’aurai pas intérêt à mal stationner désormais », sous-entendant qu’il pourrait être l’objet de représailles. La confiance règne.

Rue d’Ancenis : qu’allez-vous faire ? demande une personne. Réponse d’Arnaud Laverne : Nous allons faire une Maison de la Création d’Entreprise, sur deux étages, avec une partie Pépinière d’entreprises et une partie « Espace de Travail partagé ».

Et la passerelle prévue ? Il y en avait deux en prévision, une passerelle ’’ferroviaire’’ et une passerelle ’’inter-quartiers’’. L’étude de faisabilité en a été confiée en juin 2012 au cabinet SCE qui devait la faire en 33 semaines pour 56 200 € HT  . Un avenant a été signé en décembre 2012 demandant des prestations supplémentaires pour 4000 € HT  . Chaque passerelle devait coûter 250 000 € au moins. Le Conseil Départemental a même accordé en novembre 2015 une subvention de 100 000 €. Mais on n’a rien vu venir. La dépense reste inscrite au budget de 2016. Commentaire d’Arnaud Laverne : « Finalement, elle ne se fera pas : coût important et complexités techniques. Nous étudions le passage sur les voies ». Que voilà une bonne réponse ! Cela fait longtemps que Bernard Gaudin avait fait cette remarque, notamment le 16 décembre 2014 ! Mais bien sûr la majorité ne reconnaîtra pas qu’il avait raison.

Veolia : une personne se plaint « Veolia a commencé des travaux dans la rue Jean Jaurès. Quand l’équipe travaille sur la route, cela se fait vite, mais pour le trottoir cela traîne depuis six mois, il y a un gros trou, on est obligé de descendre du trottoir et moi j’ai de l’eau dans ma cave, j’ai dû installer un pompage ». Il dit que c’est la même chose en ville : travaux commencés et finitions tardives.

 Compteurs Linky : Changement de discours

Et revoilà une question sur les compteurs Linky. Depuis huit jours le discours du maire a changé. « La tendance serait à refuser » dit-il « Des pays ont déjà refusé ». Il précise : ’’ l’installation des noveaux compteurs sera gratuite. ERDF doit donc bien y trouver son bénéfice’’ .Le Président de l’association des maires de France a écrit au gouvernement à ce sujet pour avoir des explications.

Mais voilà, si Père-Emptoire a changé, ce n’est pas le cas de Mère-Emptoire (la première adjointe que d’aucuns appellent Lady Commandement]. Le 24 mars, elle a continué à affirmer que les dits-compteurs appartiennent à ERDF, alors que ERDF a écrit qu’ils appartiennent aux collectivités territoriales. Lire ici à la 4e page 

Elle a redit que les municipalités n’avaient pas le pouvoir de s’opposer. Peut-être, mais elles peuvent différer un peu, c’est bien ce qu’a fait la mairie de Châteaubriant en tardant à informer les commerçants sur la loi de 2005 (concernant l’accessibilité aux handicapés), en tardant à réaliser son propre calendrier d’accessibilité, en tardant à informer les habitants de la nécessité de réaliser les contrôles des installations d’assainissement autonome.

  Haies

Or donc, à la dernière réunion de secteur, une personne demande qu’il soit fait un accès pour handicapé, entre le petit parking de la Ville en Bois et la boulangerie voisine, en traversant la haie (ce qui éviterait un grand tour dans une zone à grande circulation). Lady Commandement évacue la question : ’’nous n’avons pas à nous occuper d’une haie privée’’, sauf qu’il ne s’agissait pas de la haie mais du passage à aménager dans cette haie, là où il y a déjà un passage (et même TROIS passages). Un autre habitant intervient : « Dans mon quartier, au Domaine du Lac, les haies sont privées mais c’est la ville qui les entretient. Elle entretient aussi les fossés qui lui appartiennent mais elle laisse les herbes dedans et les fossés se bouchent. Et puis l’élagueur a coupé un poteau depuis plusieurs semaines, il n’est pas réparé ».

Il n’y a pas beaucoup de monde à cette réunion, un trentaine de personnes tout au plus, dont il faut déduire les conseillers municipaux venus en renfort. Dans le silence qui s’installe, Catherine Ciron évoque « la superbe coulée verte et bleue » qui sera réalisée à Châteaubriant entre le Jardin des Lilas et le Parc des Expositions de Béré, « pour traverser la ville dans un cadre agréable ». Tiens, on l’avait oubliée celle-là. Elle a été annoncée en mars 2014 et, depuis… eh bien rien ! Et pas un sou au budget pour 2016. C’est ce que C.Ciron appelle « une vision de la ville dans 10 ans » ?

Allez, à l’année prochaine ! C’est quand même bien ces réunions de ’’secteurs’’. Le maire dit qu’il les a instituées depuis 2001, oubliant qu’il a repris ce que faisait déjà Martine Buron, et juste en changeant le nom. Les réunions de ’’quartiers’’ sont venues réunions de ’’secteurs’’ ! In-no-va-tion !

 Echo-top

Le Salon Top-Entreprendre des 18-19 mars à Châteaubriant était une bonne idée. Le vendredi il n’y a pas eu la foule. « mais au moins nous avons ou rencontrer nos partenaires » a dit un participant. Le samedi il y a eu plus de monde, notamment chez les jeunes cherchant un job d’été mais, si on en croit l’Eclaireur, « un millier de visiteurs ont fréquenté le salon ». Un lecteur, observateur sagace de la réalité locale, nous écrit : « Quand on dépasse de plus de 40% voire vraisemblablement de près de 50% les chiffres réels de fréquentation, il y a, à mes yeux, un sérieux problème de transmission d’information à la presse. Erreur de retranscription ou village Potemkine ? »[on raconte que le prince Potemkine aurait fait édifier des villages factices pour tromper l’impératrice Catherine II de Russie ]

 Espagne 

 : tiens, savez-vous ….
qu’Arnaud Laverne, directeur de l’entreprise Deltacab à Lusanger, adjoint au maire de Châteaubriant et vice-président de la Com’Com’   du Castelbriantais, quitte Châteaubriant pour Barcelone (Espagne) et il ’’twitte’’ en espagnol : ’’La presión fiscal española supera solo la de los bálticos y algunos países del Este... ’’. Sera-t-il remplacé ? Ce n’est pas sûr !