Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Libertés, justice, Droits Homme > Libertés > Terrorisme à Nice, l’horreur

Terrorisme à Nice, l’horreur

Ecrit le 15 juillet 2016

Un attentat terroriste a eu lieu à Nice, jeudi soir 14 juillet, pendant le feu d’artifice : un gros camion a foncé délibérément sur la foule.

  • Le bilan provisoire est de 84 morts et 18 blessés en « urgence absolue »
  • Le chauffeur est un franco-Tunisien de 31 ans domicilié à Nice, selon les papiers retrouvés dans le camion par les enquêteurs
  • Trois jours de deuil national (samedi 16, dimanche 17 et lundi 18 juillet) ont été décrétés par François Hollande
  • L’état d’urgence, qui devait se terminer le 26 juillet, va être prolongé de trois mois

Ce que nous écrivions dans La Mée le 13 juillet :

 L’horreur

Rfi 28/06 : Au moins 41 personnes, dont des étrangers, ont été tuées ce mardi 28 juin au soir dans une attaque kamikaze survenue à l’aéroport international Atatürk d’Istanbul. On dénombre près de 240 blessés. C’est l’attaque la plus meurtrière dans la métropole turque, déjà visée plusieurs fois par le terrorisme cette année.

Libération 02/07 : Une dizaine d’assaillants armés ont fait irruption dans le restaurant Holey Artisan Bakery, à Dacca (Bangladesh) le 1er juillet en criant « Allah Akbar » (Dieu est le plus grand), ouvrant le feu et faisant usage d’explosifs. « Il n’y a pas de volonté de négocier » chez les assaillants, avait déclaré alors l’ambassadeur italien à Dacca, Mario Palma. « C’est une mission suicide ». L’attaque a fait « plus de 20 morts de différentes nationalités ». D’après le ministre de l’Intérieur Asaduzzaman Khan, les jihadistes étaient des jeunes gens instruits, issus de familles aisées, loin du stéréotype du volontaire venu d’un milieu pauvre et radicalisé dans une madrasa (école coranique).

Courrier International 03/07 : Un dimanche matin à Bagdad : une voiture piégée a d’abord explosé dans le district très animé de Karrada, au centre de la capitale, puis un engin explosif improvisé a frappé un quartier chiite de la ville. Les puissantes déflagrations ont déclenché des incendies dans de nombreux bâtiments, magasins de vêtements et épiceries, bordant les rues selon des témoins. Les rues étaient bondées de monde, essentiellement des familles avec des enfants, sorties prendre l’air et se reposer. Daech a revendiqué cet attentat particulièrement meurtrier : plus de 250 morts et le bilan s’alourdit.

L’Obs 05/07 : trois kamikazes ont fait exploser leurs bombes lundi près de mosquées dans trois villes d’Arabie saoudite, dont la ville sainte de Médine, une vague d’attentats-suicides rare dans le royaume.

La ville de Médine est la deuxième ville sainte de l’Islam. Mahomet y a passé les dix dernières années de sa vie, il y est mort en 632 et il y est enterré. Cet attentat est un nouveau signe du mépris des terroristes pour tout ce que les musulmans considèrent comme sacré.

Lefigaro 07/07 : nouvelle attaque de terroristes au Bangladesh, ce 7 juillet, lors d’un rassemblement de fidèles, célébrant la fin du ramadan, dans le nord du pays.

Europe1 08/07 : Des membres de l’organisation Etat islamique (EI) ont attaqué dans la nuit un mausolée chiite au nord de Bagdad en Irak, faisant 30 morts, selon les forces de sécurité. Puis des kamikases se sont fait exploser sur un marché à proximité.

Ndlr : on comprend mal cet attrait de la mort pour des kamikases et leur désir de tuer massivement autour d’eux. Faut-il préciser une nouvelle fois que les premières victimes de ces tueries sont musulmanes. Et que ce sont majoritairement des civils, femmes et enfants.

 Condamnations

La JMFB (Jeunesse Musulmane de France en Bourgogne) condamne fermement cet attentat terroriste particulièrement sanglant. La Jeunesse Musulmane de France en Bourgogne appelle à l’unité dans cette dure épreuve qui touche une nouvelle fois la communauté nationale« , déclare Mohamed ATEB, président de la Jeunesse Musulmane de France en Bourgogne. »Des prières à la mémoire des victimes de cette attaque barbare« De son côté, le CFCM (Conseil français du culte musulman) »condamne avec la plus grande vigueur cette nouvelle attaque odieuse et abjecte qui vise notre pays le jour même de la fête nationale qui célèbre les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité.

Le CFCM transmet sa totale solidarité avec les habitants de Nice, exprime sa profonde compassion aux familles des nombreuses victimes et souhaite un prompt rétablissement aux blessés, dont plusieurs sont dans un état grave.

Le CFCM appelle également les musulmans de France à saisir l’occasion de la prière du vendredi pour élever des prières à la mémoire des victimes de cette attaque barbare", conclut El Mostafa Kerkri, président du CRCM de Bourgogne.

°°°°°°°°°

La Ligue des droits de l’Homme exprime son horreur face aux événements tragiques qui se sont déroulés à Nice dans la soirée du 14 juillet. Elle témoigne également toute sa solidarité aux familles des victimes de cet acte monstrueux.

Face à la violence et à la stratégie de la tension auxquelles nous sommes confrontés, elle appelle à résister à la tentation d’y répondre par une restriction de la vie démocratique et des libertés publiques. C’est bien la capacité de mobilisation de la société civile s’appuyant sur les principes de droits et de libertés qui constitue la meilleure garantie pour préserver les fondements de notre choix collectif de société.

°°°°°°°°°°°°

 Dessins

Des dessins du monde entier

Des traces de pneu noires sur un drapeau français, la morsure d’un requin sur une paisible carte postale de Nice, ou encore l’emblème de la ville en pleurs : du Mexique, du Canada, de Thaïlande, les dessinateurs de presse réagissent aux attentats de Nice de ce 14 juillet. Diaporama


 Déchirements

Article du journal Le Monde, 18 juillet 2016 : Trois jours après l’attentat de Nice et la course meurtrière de Mohamed Lahouaiej Bouhlel au volant d’un poids lourd sur la promenade des Anglais, le 14 juillet (84 morts), la classe politique se déchire. A l’approche de l’élection présidentielle de 2017 et de la primaire à droite, les 20 et 27 novembre, les ténors de l’opposition sont montés au créneau dès le lendemain de l’attaque, revendiquée par l’organisation Etat islamique. Vendredi soir, le président du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, Christian Estrosi, s’est ainsi vivement emporté contre le manque de policiers déployés à Nice le jour de la fête nationale. Le maire de Bordeaux, Alain Juppé, avait de son côté publié un communiqué dans lequel il affirmait qu’« aucun fatalisme ni aucune naïveté ne [pouvaient] être tolérés ».

Dimanche soir, sur le plateau de TF1, c’est de l’ancien président Nicolas Sarkozy qu’ont émané les plus vives diatribes : « Tout ce qui devait être fait depuis dix-huit mois n’a pas été fait », a insisté le président des Républicains, s’agaçant par ailleurs des discours faisant valoir la fragilité psychiatrique de l’auteur de l’attentat. Une avalanche de critiques face auxquelles le gouvernement fait front. « Aucun gouvernement n’a fait autant jusqu’à présent pour lutter contre le terrorisme », assurent dans un communiqué Manuel Valls et Bernard Cazeneuve, citant, entre autres, une augmentation des effectifs policiers, « un nouveau schéma national d’intervention des forces sur l’ensemble du territoire », la réforme des services de renseignement ou encore les trois lois antiterroristes « adoptées au cours du quinquennat ». Et de rappeler « la nécessité de l’unité nationale », alors que l’enquête sur l’attentat se poursuit et que l’identification des victimes est toujours en cours.

Le gouvernement défend ses actions

Les approximations

Le plaidoyer de Christiane Taubira : Ceux qui font commerce de la peur, de l’angoisse, de la douleur d’autrui et vocifèrent sans respect des larmes, la ‘’clique sinistre des chercheurs de basses flatteries’’ qui privilégient leurs intérêts partisans ou leur impatience à s’emparer du pouvoir d’Etat, continueront d’éructer. Nous, nous savons qu’une société d’exclusion et de rejet n’est qu’une immense et sordide promesse de malheurs.