Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Conseil Municipal Châteaubriant > Conseil Municipal 15 mars 2008- 15 mars 2014 > Conseil Municipal 9 février 2010

Conseil Municipal 9 février 2010

Ecrit le 17 février 2010

 C’est oui ou merde ?

Faut-il être grossier pour être entendu dans cette ville ? Le Conseil Municipal du 9 février 2010 à Châteaubriant a été un « modèle » dans le genre « la démocratie je me la mets où je pense ».

Selon les projets de délibération soumis par la mairie, la subvention pour enfants handicapés passera de 150 à 160 € soit + 6.7 %. La subvention pour enfants en difficultés passera de 900 à 910 € soit + 1.1 %. « Quelle est la logique de cette augmentation ? Pourquoi pas le même pourcentage ? », interroge Danièle Catala. Le silence plane, aucune réponse, ni oui, ni merde. Et on passe au vote.

A part ça, amusons-nous un peu : le chef de police municipale qui était « de classe supérieure » devient « de classe exceptionnelle ». Ça fait bien sur une carte de visite ? En tout cas cela correspond à une augmentation de salaire

 Boulodrome et lotissement privé

Le boulodrome est en cours d’achèvement, il aura coûté 295 000 € HT  , rien que pour les travaux, et en tout 370 000 € pour 50 licenciés. L’opposition redit son opposition à ce sujet. Il paraît que l’équipement pourra servir au moment de la Foire de Béré « mais pas pour y mettre des animaux ». Il a pourtant été question de souris. Un souridrome ?

La voirie du lotissement du « Domaine de Paluel » (celui qui se trouve entre la rue des Anciens Combattants et les services techniques de la ville) sera classée dans le domaine public. Bernard Gaudin s’étonne de voir lancer un lotissement privé, dans la rue Amand Franco, face à l’entrée de la Fonderie. « Comment est-ce possible alors que les riverains se plaignent des nuisances de l’entreprise ? ». Le maire ne répond pas, il demande simplement le nom des plaignants.

 Hyper U : non à une extension

Une bande de terrain de 8 mètres de large sera vendue au magasin « Hyper U ». « afin de faciliter la circulation des camions de livraison ». L’opposition s’étonne : « on peut faire tourner des camions sur une bande de 8 mètres ? Ce magasin n’aurait-il pas un projet d’extension ? ». Là le maire répond : « Si la demande en était faite, nous refuserions dans la situation actuelle » - Et dans la situation future ? La situation actuelle c’est le bel ensemble de magasin appelé « Forum St Aubin », toujours vide ! Il ne faudrait donc pas qu’Hyper U fasse concurrence.

Syndicat d’eau : la ville devra participer pour 325 000 € aux travaux nécessaires et on apprend qu’un élu municipal siègera aux instances de décision de ce syndicat. « Cet élu sera-t-il désigné en Conseil Municipal ? » interroge l’opposition. Le silence plane, aucune réponse, ni oui, ni merde. Et on passe au vote.

Des travaux seront faits chaque année sur le réseau d’eau de la ville depuis qu’un contrat a été signé avec Veolia disant que cette entreprise ne s’occupe plus des extensions du réseau et du remplacement des canalisations. « Pour quel montant annuel ? » demande l’opposition. Cette fois il y a une réponse : « fallait poser la question en commission ». Finalement Rudi Boisseau, qui n’est pas le plus « c.. » des élus, lâche « 70 000 à 100 000 € par an ». Cependant que Danièle Catala rétorque : « J’ai posé cette question en commission. St s’il faut faire l’ordre du jour de la commission, je veux bien, y compris pour les commissions qui ne se sont réunies qu’une fois depuis le début ». En effet la commission Handicap-insertion ne s’est réunie qu’une seule fois en 23 mois, et la commission Culture : deux fois.

[Ndlr : quand on ne veut pas répondre, il y a un moyen bien commode, soit : « On vous a déjà dit ça en commission », soit « Vous auriez dû demander ça en commission » soit le silence, tout simplement]

 Pollution

L’entreprise « Chaillous » encore appelée « Plaques et découpe » rejette les eaux usées liées à son activité de découpe et de traitement de surface, directement dans le réseau d’assainissement. Pour ne pas perturber le fonctionnement de la station d’épuration, elle devra rejeter des eaux d’une température inférieure à 30°C, ne contenant ni graisses ni substances corrosives. La « convention de rejet » n’est qu’une régularisation de ce qui se fait depuis des années. Sur une question de l’opposition, M. Garnier répond « Sept entreprises sont dans le même cas à Châteaubriant. Nous pensons qu’il n’y en a pas d’autres » Une convention analogue sera signée avec Keolis pour le rejet des eaux ayant servi au lavage de ses véhicules. Une station de pré-traitement, présente sur le site, assure la séparation des hydrocarbures.

 Débat DOB

Et l’on passe au débat d’orientation budgétaire (DOB). Là ça chauffe ! Le ton monte des deux côtés. On ne s’entend plus.
« Vous allez contenir la masse salariale de la ville. Mais l’aide de la ville aux personnes en difficulté, il n’en est nullement question » dit Bernard Gaudin. « Et puis nous ne sommes pas d’accord avec certains de vos investissements : le boulodrome par exemple ne nous semble pas prioritaire. La destruction d’immeubles dans la rue du Château, non plus : le résultat n’est pas esthétique ».

 Impôts

Danièle Catala enchaîne : « dans votre programme aux dernières élections, vous aviez promis de baisser les impôts locaux de 10 %. Or, depuis deux ans, vous ne baissez rien »‘. Ce à quoi le maire répond que cela sera fait d’ici 2014, et sans doute en bloc, « pour que cela se voie, et pour qu’on voie que les autres collectivités, elles, augmentent leurs taux ». Ce à quoi Pascal Bioret rétorque : « les hausses des autres financent les subventions que nous recevons ». Et Danièle Catala complète « Pour nous il y a d’autres choix à faire, par exemple en construisant une nouvelle école publique en centre-ville, pour dynamiser le centre-ville »

La municipalité promet de maîtriser la dette. Celle-ci sera de 999 € en 2010, au lieu de 1001 € en 2009 soit une baisse de 2 euros par habitant. Le capital de la dette 2010 sera ainsi de 13 084 287 € (prévision au 31 décembre 2010). Mais pour Danièle Catala, si les impôts n’augmentent pas c’est que la commune de Châteaubriant tire un important bénéfice de son adhésion à la Com’Com’   du Castelbriantais. En effet, Châteaubriant bénéficie de la médiathèque  , du conservatoire  , de la voie verte, etc, construits avec la participation des autres communes.

 Que fera la commune pour 2010 ?

– Une étude sur la Place de la Motte, une étude sur la rue du Château. Une étude pour la restauration du bras sud de l’église de Béré. Ca ne fait pas des réalisations, ça.
– Finir le boulodrome, finir le poste de police. Les chiffres sont portés au budget 2010, comme en 2009. Mais ça ne fait rien de nouveau, ça.
– Alors, on fera quoi ? Des travaux dans les bâtiments communaux pour préparer le raccordement au réseau de chaleur.

Il y aura sans doute aussi des travaux de voirie. A propos, il y a eu un gros programme de voirie fait en 2009 pour 857 000 € alors qu’au budget il était prévu 200 à 600 000 euros. Cela rattrape les restes-à-réaliser de l’année 2008. Mais il reste beaucoup à faire. Par exemple on aurait bien voulu entendre parler de réfection des trottoirs autour de la Poste. Mais non. Mais cela se fera peut-être quand même …Qui sait ?

Enfin Danièle Catala commente : « pourquoi ne pas faire des choix humains, des projets sociaux, développer les services aux personnes, la vie associative. On ne discute jamais de ce genre de projets ». Pas de réponse.

 Bowling

Dernier sujet, polémique, le bowling. La société Frame-bowling a perdu la boule et c’est M. Huet qui a signé un bail dérogatoire avec la ville, du 9 décembre 2009 au 31 mars 2010, avec un loyer mensuel de 1000 € HT  . Rappelons en outre que la ville verse au bowling une subvention de 45 000 €/an. En dehors de cette subvention, le résultat de fonctionnement est en déficit de 3 401,39 € et le résultat d’investissement est en déficit de 37 011,61 €.

« On dit que vous avez l’intention de vendre le bowling et d’embaucher le gérant actuel, qu’en est-il ? » a interrogé Pascal Bioret ne s’attirant qu’une réponse : « Après le 31 mars, on verra, et ce ne sera pas pour 4 mois seulement ».