Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Chômage, emploi > Crise 2008 à 2015 > Un bouton et 1000 milliards s’envolent

Un bouton et 1000 milliards s’envolent

Ecrit le 12 mai 2010

 Le monde est fou

Quel monde merveilleux que celui dans lequel nous vivons ! Pendant que des humains attardés manient encore la fourche, le fer à souder, le balai, le crayon et le couteau de boucher, des êtres super-intelligents ont compris qu’il suffisait d’appuyer sur un bouton.

 La bataille des algorithmes

Un bouton ! Hop ! Et la dette grecque change de note ! Aussitôt le gouvernement grec décide une cure d’austérité sans précédent. Des millions d’hommes et des femmes descendent dans la rue.

Un bouton ! Hop ! Les Bourses plongent ! Le 6 mai, entre 14h40 et 15h00, quelqu’un a fait une erreur et, d’un seul coup d’un seul, 1.000 milliards de dollars de capitalisation boursière se sont envolés en fumée. « La probabilité que les ordinateurs géants à grande vitesse suscitent de fausses transactions et créent le chaos a à nouveau refait surface aujourd’hui », a déclaré le sénateur démocrate Edward Kaufman dans un communiqué.

« La bataille pour les algorithmes » fait rage dans le monde. Ca fait tout de même mieux que la bataille pour un morceau de pain !

 La bataille des mots

En France, on se bat sur les mots. On parle de réduction des dépenses de l’Etat, sur trois ans. La presse parle de « tour de vis budgétaire », mais non,non,non, ce n’est pas de la rigueur aux yeux du gouvernement. Et Luc Chatel, porte parole du gouvernement l’a dit : « Bien sûr, il y a un caractère d’exemplarité. Il faut que tous les Français soient touchés. Ca a été évoqué à plusieurs reprises au cours du séminaire » de préparation du budget triennal 2011-2013. Il est question de faire 100 milliards d’euros d’économies en trois ans. On parle de réduire les aides sociales …
On parle aussi de réduire les aides à l’emploi et de continuer à supprimer des postes de fonctionnaires, sachant qu’il n’y a pas de travail dans le secteur privé. C’est pas de la rigueur, ça ?

Non, non, répond la ministre Christine Lagarde, c’est pas de la rigueur, « « C’est une politique responsable dans une situation difficile ». Ouf, on est rassurés !

 Pas de rigueur pour les plus riches

Et pendant ce temps-là le bouclier fiscal n’est toujours pas remis en cause. On parle de toucher un peu aux niches fiscales et sociales (notez bien : et sociales !) : 2,5 milliards sur 2 ans (soit 5 milliards en tout) : une p’tite goutte ! Mais cela touchera les quelques avantages sociaux des catégories les moins favorisées.

« Comme François Mitterrand en 1981, le chef de l’Etat a débuté son mandat en tenant ses promesses de campagne. Mais à la différence de son prédécesseur, l’ancien maire de Neuilly n’a pas distribué l’argent public aux classes les plus modestes mais à ceux qui paient le plus d’impôts. Il a réduit la pression fiscale pour les plus riches ». explique Le Nouvel Observateur.

 Prétextes

Selon John Monks, Secrétaire Général de la Confédération européenne des Syndicats, « Le système social et les normes du travail équitable sont tout aussi importants, et même plus importants que les banques, et ne devraient pas pouvoir être anéantis par les spéculateurs ».

Pour sauver les banques, les gouvernements européens ont émis près de 3 milliards de garanties de crédit. Les Etats membres qui subissent des attaques spéculatives devraient à présent recevoir des garanties de dette similaires à celles dont ont bénéficié les banques.

Pour sauver les banques, les gouvernements européens les ont renflouées à l’aide d’une masse de nouveaux capitaux. L’Europe doit à présent mobiliser les capitaux pour investir dans la relance européenne et les emplois en Europe.

Pour sauver les banques contre leurs propres politiques malencontreuses, les gouvernements européens se sont engagés à fermer les paradis fiscaux. L’Europe doit à présent coordonner la politique fiscale sur les revenus du capital, afin d’éviter que les riches et les puissants ne paient pas leur part des coûts de la crise en faisant circuler leur fortune autour de l’Europe.


Ecrit le 12 mai 2010

 La chasse aux niches

Obésité des ados français en recul : depuis que Sarkozy est élu les Français se serrent la ceinture ! maigre résultat …Selon le même rapport, les Français ont réduit leur consommation de sel et de sucre, pourtant j’ai l’impression que certains se sont sucrés sur le dos de la majorité et la note est plutôt salée !

La chasse aux niches fiscales bientôt ouverte par Sarko, Fillon et consort Umpiste … Dans le collimateur : les chèques déjeuner, chèques vacances et autres avantages de ces salauds de salariés qui n’ont qu’à la boucler et trimer jusqu’à 70 ans et crever ensuite ! Comme ça les caisses de retraite ne seront plus en déficit … Pour eux un bon retraité est sans doute un retraité mort ? Et bien sûr pas question de toucher au bouclier fiscal qui profite à leurs bons amis les riches qui s’engraissent sur les dos des Français. Vous avez dit Egalité ?

Depuis début mars des consignes ont été données aux grandes surfaces sur l’utilisation des chèques restaurant. Certains salariés les utilisaient pour faire leurs courses et cela a déplu aux restaurateurs qui auraient fait pression sur le gouvernement. S’ils croient que ça va leur rapporter des clients, ils se mettent le doigt dans l’œil !

Déremboursement de 594 nouveaux médicaments qui passent à 15 % : encore un sale coût pour les patients ! Au 1er janvier 2011 la consultation des généralistes passera à 23 €. Cette revalorisation correspond à une augmentation moyenne nette de charge de 5.500 euros par an par médecin, soit l’équivalent d’un treizième mois, a déclaré Mme Bachelot, soit environ 300 millions d’euros pour la Sécu. Certainement une catégorie qui en avait bien besoin dans cette période de crise.

Philou