Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Politique générale > Le petit mot de Fernando

Le petit mot de Fernando

Ecrit le 19 septembre 2007

Sarkolande, pays où notre cher président est toujours en vacances, tous les jours nous avons une carte postale. De partout on ne voit que lui, on ne parle que de lui, même le roi soleil serait jaloux. Quel dynamisme, il court, il court pour faire quoi ? Pour faire gagner quelle France ???

 La dictature démocratique

Les démocraties lieux de luttes contre toute forme de répression, d’injustice, d’accaparement de richesses et de cultures, sont toujours inachevées et n’ont pas permis d’en finir avec l’exclusion. Les riches sont de plus en plus riches, et les pauvres de plus en plus pauvres, les travailleurs de plus en plus précarisés. Alors à quoi ça sert la démocratie ? Mais surtout à qui profite-elle ? Ca existe la démocratie ? Se résume t-elle à pouvoir parler de quoi, de qui ?.

 Et vive la liberté

Dans la presse un seul homme existe Sarkozy. Je n’ai jamais entendu autant parler d’un président comme maintenant. Il est vvrai que les patrons de presse ont mis en place dans la plupart des journaux, radios et télévisions, des fidèles directeurs.

On ne parle que de « lui » ou parfois de ses adversaires, mais pas tous : certains partis ou hommes politiques n’ont plus le droit à la parole. Ca s’appelle fourvoyer la démocratie. Peu à peu nous serons formatés pour un régime autoritaire.

 Les régimes spéciaux

.

Quelle est la question, et quelle est la réponse aux régimes divers et variés de retraite ?

La question est : qu’est ce que je gagne avec la réforme ? Aurai-je le même niveau de retraite avec les mêmes années de cotisations ? Est-il justifié que les règles ne soient pas les mêmes pour tous ?

L’important n’est-il pas que la réforme intègre des minimums basés sur le S.M.I.C pour une carrière complète pour un travailleur payé toute sa vie au salaire minimum légal.

De même pourquoi ne négocie-t-on pas des maximums, toutes retraites confondues ?

A partir du moment où les retraités ne contribuent plus au système productif, et que leur salaire en activité était établi par rapport à leurs compétences, rien ne justifie des écarts de retraites importants. Soyons égaux comme des retraités !

Fernando


Ecrit le 19 septembre 2007

 Un jour sans ...

Une association lance pour le 30 novembre, « une journée sans Sarko » : pas un mot sur lui, ni à la télé, ni à la radio ou dans les journaux ! Pourquoi le 30 novembre : parce que c’est l’anniversaire de sa déclaration officielle de candidature à la Présidence de la République.