Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Chômage, emploi > Crise 2008 à 2015 > Le timbre : de La Poste à la NOME

Le timbre : de La Poste à la NOME

Ecrit le 19 mai 2010

 Hausse partout

Bon anniversaire M. Sarkozy : 3 ans sont passés et, vraiment, le pouvoir d’achat des Français va aller en s’améliorant.

Tenez, une bonne nouvelle pour l’été : le prix du timbre va augmenter, passant de 0,56 à 0,58 €. Soit + 3.6 %. Plus que le coût de la vie ! Les frais d’expédition de votre journal préféré vont encore en prendre un … coût ! Mais on s’en fout car beaucoup de gens écrivent par internet. Sauf que … (voir plus loin)

 Iter et la Nome

Autre bonne nouvelle : ITER double. Vous savez bien : ITER c’est le Réacteur Thermonucléaire Expérimental International, basé à Cadarache dans le Sud de la France. Il ne produira pas de l’électricité, il veut seulement montrer qu’on pourra se servir de l’énergie du soleil, durant la seconde moitié du XXIe siècle. Et tout ça en produisant, en l’espace de 6 minutes, quelque 500 millions de watts (MW) de chaleur à partir de 50 MW « d’énergie injectée ». Eh bien sa construction devrait coûter deux fois plus cher que prévu et l’Union européenne devrait y mettre 7.2 milliards, sur les dix prochaines années au lieu de 2.7 milliards. Voui, mais si ça marche, nous aurons de l’énergie à bon marché.

A bon marché ? Voire ! Car voilà la « NOME » : Nouvelle Organisation du Marché de l’Electricité, qui a été déjà présentée au Conseil des Ministres en France.. Figurez-vous qu’on nous a dit que l’électricité produite par le nucléaire est la moins chère, ce qui avantage EDF par rapport à ses concurrents. Mais c’est pas bien, ça ! Alors la « nome » prévoit d’obliger EDF à vendre un quart de la production de son parc nucléaire à ses concurrents (GDF Suez, Poweo, Direct Energie...), afin de permettre à ces derniers d’accéder à une électricité à bas coût tout en renforçant la concurrence sur le marché français !

 Tarifs EDF en hausse

Et alors ? Eh bien il paraît que, de ce fait, les tarifs pour les particuliers et les petits professionnels devraient être relevés de 11,4 % une fois la loi votée et de 3,5 % par an entre 2011 et 2025. Pour les entreprises, la hausse serait de 14,8 % initialement puis de 3,7 % par an entre 2011 et 2025.

Non, non, c’est pas vrai, dit le gouvernement. Non, non, c’est pas vrai, dit EDF. Si si, c’est vrai, dit la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Quelques semaines après l’annonce d’une hausse des tarifs du gaz pour les particuliers de 9,7%, la nouvelle inquiète.

 et même internet

Et c’est là que la boucle se boucle ! Car la hausse des tarifs de l’électricité inquiète bigrement les fournisseurs de services internet. Car il faut de l’électricité pour faire tourner les ordinateurs et encore plus pour refroidir les quelque 80 000 serveurs qu’utilise, par exemple, l’hébergeur OVH.

Donc Internet va devenir de plus en plus cher. Et le pov’client va se trouver coincé entre le prix du timbre-poste, qui augmente, et le prix d’internet, qui augmentera bientôt.

Sans oublier, bien entendu, tous ceux qui doivent utiliser de l’électricité pour cuisiner et se chauffer. On nous a dit et répété que la concurrence avantage les consommateurs … Ah oui ?


Ecrit le 1er décembre 2010

 Nome… mais l’électricité va augmenter de 25 %

L’assemblée nationale, jeudi 25 novembre 2010, a adopté la loi « Nome », censée favoriser la concurrence dans le marché de l’électricité. « Ce texte (...) va mécaniquement faire exploser » les tarifs d’électricité, a dénoncé l’association de consommateurs UFC-Que Choisir.

NOME cela veut dire Nouvelle Organisation du Marché de l’Electricité, un système inédit qui va obliger EDF à vendre jusqu’à un quart de la production de ses centrales nucléaires à ses concurrents : GDF Suez, Poweo, etc.

L’idée est de faire profiter les nouveaux fournisseurs d’énergie, qui ont du mal à trouver leur place sur ce marché, des bas coûts de production d’EDF. Et kicéti qui va en pâtir ? Les consommateurs ! A l’horizon 2015, la loi devrait conduire à réévaluer les tarifs d’électricité pour les particuliers d’environ 25%. pour permettre à la concurrence de se développer.

On nous a dit et répété que la concurrence est bénéfique aux consommateurs. Ah oui ? « La loi NOME est une étape supplémentaire vers la déstructuration complète du secteur électrique, sous le prétexte fallacieux de permettre la sacro-sainte concurrence, qui dans le domaine de l’électricité (...) fait augmenter les prix », a dénoncé la CGT de l’Energie.