Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances - juin 2010

Mée-disances - juin 2010

Ecrit le 2 juin 2010

 Les mauvaises notes d’Acadomia

Libération.fr du 27/05 : L’entreprise numéro 1 du soutien scolaire en France, Acadomia, a été sérieusement épinglée par la Commission nationale informatique et libertés. En novembre 2009, un contrôle de la CNIL a permis de relever, parmi d’autres manquements à la loi informatique et libertés, la présence dans ses fichiers de milliers de commentaires excessifs, voire injurieux, tels que « gros con », « saloperie de gamin », « cancer du poumon tant mérité » ou encore « élève retourné en prison » ». En passant par les détails sur la vie privée des personnes fichées (« a fait trois tentatives de suicide »). Sur ce dernier point, la Commission s’étonne de voir dans les fichiers des informations sur l’état de santé des élèves et des professeurs et sur les condamnations qu’ils auraient subies.

La délégation a relevé 212 occurrences du terme « conne », 10 du terme « salope » et 15 occurrences du terme « crétin » dans les fichiers de la société.

D’autres manquements ont été constatés et notamment la conservation de données sans limite de durée ou l’absence d’autorisation de la Cnil pour constituer des fichiers nominatifs sur les enseignants qui postulent. […]

La Cnil précise avoir « informé le parquet des manquements susceptibles de constituer des infractions pénales. »

Ndlr : c’est Cacadomia !

 Interdit de se suicider

Libération.fr du 26/05 : Foxconn Technology, fournisseur taiwanais de composants d’Apple, est confronté à une vague de suicides dans son usine du sud de la Chine. Un nouvel employé s’est tué hier en se jetant d’un immeuble de Foxconn, c’est le dixième suicide en Chine depuis janvier au sein du premier fabricant de composants électroniques au monde.

Le président et fondateur du groupe, Terry Gou, a présenté des excuses pour les suicides : « Je présente mes excuses pour l’impact que cela a eu sur la société » ; « Je ferai de mon mieux pour sauver des vies ». Il a cependant défendu les pratiques de management du groupe et laissé entendre que certains suicides étaient plus liés à des problèmes personnels.

[…] La direction du groupe a demandé aux employés de s’engager par écrit à ne pas attenter à leurs jours et à accepter un traitement psychiatrique « si leur état physique ou mental est anormal ».

En juillet, un premier suicide chez Foxconn avait fait grand bruit en Chine, celui d’un employé qui avait été tenu pour responsable de la disparition d’un exemplaire de l’iPhone d’Apple, produit par son entreprise, et avait fait l’objet d’une enquête interne « humiliante », selon ses confidences à un ami juste avant sa mort. Apple, qui prépare le lancement mondial de son iPad, a indiqué qu’il évaluait les efforts entrepris par Foxconn pour éviter tout nouveau suicide.

Ndlr : à transmettre à France-Télécom.

 Ryanair carbure aux subventions

Courrier international du 25/05 : La compagnie irlandaise à bas coût profite de généreux subsides dans bon nombre des 200 aéroports régionaux où elle est présente. Les journaux français évaluent le montant de ces subventions à 35 millions d’euros pour la France et 660 millions d’euros pour l’ensemble de l’Europe, en attendant la conclusion des enquêtes européennes sur de possibles subventions illégales.

Plusieurs aéroports français financés par les impôts locaux et régionaux, offrent tellement de subventions et de services gratuits à Ryanair que la compagnie irlandaise ressort toujours bénéficiaire de ces accords, […] contre la promesse de figurer sur le site Internet et les magazines de vol de Ryanair.

A Bergerac, Ryanair a reçu 2,3 millions d’euros de subventions de la part de l’aéroport, lequel a lui-même dû demander 500 000 euros d’aide à la Région afin d’éviter la banqueroute.

Le conseil régional de Poitou-Charentes, qui gère l’aéroport d’Angoulême, a accepté, en 2008, de payer près de 1 million d’euros à Ryanair. Alors qu’il rassemblait les 225 000 derniers euros dus pour cette année, il a reçu une nouvelle demande de la compagnie à bas coût exigeant 175 000 euros supplémentaires. L’aéroport n’avait pas d’autre choix, semble-t-il, que de payer ou de voir l’entreprise plier bagage.

Ndlr : vous avez dit « low cost » ?

 Violences policières

Dans son rapport annuel mondial 2010, publié jeudi 27 mai, Amnesty International s’inquiète des cas de violences policières ayant entraîné au moins un décès en 2009 en France. L’organisation de défense des droits de l’Homme, basée à Londres, déplore dans la partie France de ce rapport « des cas de mauvais traitements et d’usage excessif de la force par des responsables de l’application des lois » qui, dans un cas au moins, ont entraîné la mort d’un homme, Ali Ziri, un Algérien de 69 ans « mort après son interpellation le 9 juin à Argenteuil ».[…]

L’organisation estime qu’en France « ni les procédures disciplinaires ni les poursuites pénales contre les responsables présumés de tels actes » ne sont « conformes aux normes internationales de protection des droits humains ».[…]
 
« Outre la lenteur de leur progression, les enquêtes sur ces allégations menées par les organes chargés de l’application des lois et par les autorités judiciaires semblaient souvent manquer d’indépendance et d’impartialité », ajoute l’organisation.

Amnesty s’inquiète également des « droits des migrants, des réfugiés et des demandeurs d’asile ».

Ndlr : France, terre d’asile et des droits de l’homme ?

 Notes salées

Le Parisien.fr du 26/05 : Un père a été condamné à deux mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Poitiers pour avoir fait manger à son fils collégien son bulletin de notes, qui n’était pas bon, et l’avoir frappé ensuite. Voyant l’élève revenir avec un œil tuméfié et une lèvre coupée, l’établissement scolaire avait donné l’alerte auprès des services concernés. […]

A l’audience, le père a déclaré : « Ça se passe mieux. Depuis cette histoire-là, je ne l’ai plus frappé ». Il devra également payer un euro de dommages et intérêts à son fils.

 Merci maman !

Pierre Bachelot sera « Chargé de développer une stratégie d’influence ou de lobbying, notamment auprès du Parlement, et de veiller à ce que la santé soit intégrée dans toutes les politiques » annonce Bakchich.info.

Selon ce site d’information et WK pharma, le fils de Roselyne Bachelot, ministre de la Santé, est désormais chargé de mission directement rattaché à la directrice générale de l’Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé (Inpes).

(sélection faite par R Le Gall)


Ecrit le 9 juin 2010

 Collège des Infiltrés

La dépêche .fr du 04/06 : Le collège Dom-Bosco-Saint-Projet qui avait fait scandale dans le documentaire des Infiltrés le 27 avril dernier, n’aura plus d’élèves à la rentrée. Le Recteur et l’Inspecteur d’Académie de Bordeaux ont annoncé qu’ils allaient mettre en demeure les parents d’élèves d’inscrire leurs enfants dans d’autres établissements pour la rentrée prochaine. « Nous ne faisons qu’appliquer le Code de l’Éducation, qui ne nous permet pas de fermer directement un établissement hors contrat ». […]

Selon l’inspecteur d’Académie, l’école Saint-Projet et le collège Dom-Bosco-Saint-Projet ont été contrôlés une première fois le 26 mars dernier, et des « observations constatant des carences dans de nombreux domaines ont été effectuées, avec un courrier à la direction ». Des améliorations ont été constatées dans l’école mais pas au collège où un deuxième contrôle a eu lieu le 7 mai.

« Cet établissement ne respecte pas les obligations très précises du socle commun de compétences prévu par la loi, sur les connaissances et les attitudes à acquérir, et qui fondent la République » précise le Recteur. Ainsi « il n’y avait pratiquement pas de sciences de la vie, et l’histoire était enseignée de façon scientifiquement décalée, à travers un miroir déformant ».
« Le socle commun est le ciment de la Nation. Il a aussi l’exigence de la laïcité, de l’ouverture à l’autre et du respect de soi et d’autrui » ajoute-t-il. […]

Ndlr : il ne faut pas confondre boîte à bachot et boîte à facho.

 Outrage au drapeau français

Lepoint.fr du 04/06 : La ministre de la Justice va proposer un décret punissant d’une amende de 1.500 euros l’outrage au drapeau français, y compris dans un cadre artistique. Une décision qui fait suite à la vive polémique, après la diffusion d’une photo montrant un homme s’essuyant le postérieur avec le drapeau français.

Cette photo faisait partie des « coups de cœur » du jury d’un concours photographique organisé par la Fnac de Nice le 6 mars et avait été publiée en tant que telle dans un quotidien gratuit le 19 mars. Trois thèmes étaient proposés à l’imagination des photographes amateurs, dont celui du « politiquement incorrect ».

La garde des Sceaux avait alors été alertée par un député UMP, Éric Ciotti, qui avait qualifié la photo « d’outrageante ». Le ministre de la Défense Hervé Morin était, lui aussi, monté au créneau, « condamnant fermement cet acte inadmissible qui porte atteinte aussi bien à la liberté de création qu’à l’honneur de notre drapeau ».

Ce projet de décret prévoit « une contravention de cinquième classe, punie de 1.500 euros d’amende, qui permettra de sanctionner d’une part le fait de dégrader ou d’utiliser de façon indécente le drapeau tricolore dans un lieu public ou ouvert au public, et d’autre part de diffuser par tous les moyens la représentation de ces faits ».

Il existe déjà dans le Code pénal français un article sanctionnant « le fait, au cours d’une manifestation organisée ou réglementée par les autorités publiques, d’outrager publiquement l’hymne national ou le drapeau tricolore ». Mais, en 2003, le Conseil constitutionnel avait exclu du champ de la loi « les œuvres de l’esprit »

 Trop sexy

Info.sfr.fr du 04/06 : Une New-yorkaise de 33 ans, Debrahlee Lorenzana, a porté plainte contre son ex-employeur Citybank pour l’avoir licenciée parce qu’elle était trop « sexy ».

Des yeux de braises et une plastique de rêve. A première vue, Debrahlee Lorenzana a tout pour plaire. Et pourtant. La vie de cette jeune femme de 33 ans a basculé le jour où son employeur Citybank l’a renvoyée parce qu’elle était trop belle ou plutôt trop sexy ! Aujourd’hui, cette mère célibataire poursuit la branche new-yorkaise du groupe pour licenciement abusif, raconte le journal « The Village Voice ».

La raison invoquée par Citybank ? La jolie brune déconcentrait trop ses collègues masculins y compris son propre patron. Dans un premier temps, la direction lui a interdit de porter des tailleurs trop cintrés, des pull à col roulé « en raison de ses formes ». Elle refuse alors catégoriquement de changer sa manière de s’habiller. « Mes clients ne semblent pas avoir de problèmes avec mes vêtements », a répondu la banquière d’origine Italo-Portoricaine. "

Malheureusement pour Debrahlee Lorenzana, sa plainte n’a aucune chance d’aboutir. Une clause de son contrat stipule que tout litige doit être tranché à l’amiable. Sa requête finira donc devant une commission d’arbitrage.

 Salon de beauté

Info.sfr.fr du 04/06 : Des millions de Haïtiens se sont retrouvés à la rue après le tremblement de terre qui a secoué leur île en janvier dernier. Il y aurait autour de 1300 camps de fortune à Haïti. Parmi ceux qui ont tout perdu, certains trouvent quand même l’énergie de relancer leur petite entreprise…

C’est le cas de Julie. Elle vient de relancer son institut de beauté, sous une tente… pour le plus grand bonheur de ses clients !

Pour voir la vidéo : http://info.sfr.fr/monde/videos/Haiti-elle-rouvre-son-salon-de-beaute-dans-un-camp-de-fortune,732853/

 Pékin monte le Smic à 115 euros

A Pékin, le salaire minimum mensuel va être relevé de 20% à 960 yuans (115 euros) à partir du 1er juillet, rapporte le quotidien Global Times.

La hausse est deux fois plus importante que l’augmentation traditionnellement annoncée chaque année (10,02%) depuis que la capitale a introduit un salaire minimum en 1994.[…]

Après une hausse récente, la métropole de Shanghai offre le salaire minimum le plus élevé du pays, à 1.120 yuans par mois, soit 134 euros, selon le journal officiel.

Ces hausses interviennent alors que les dures conditions de travail de millions de salariés font débat en Chine, à un moment où la 3e économie mondiale a renoué avec une croissance à deux chiffres.

Dix employés du groupe taïwanais Foxconn se sont suicidés ces derniers mois dans le sud de la Chine, apparemment victimes de stress élevé au travail et un 11
est mort d’épuisement dans une autre usine du groupe de composants électroniques, dans le nord de la Chine.

Foxconn a annoncé alors une hausse des salaires de 30% de ses employés chinois.

Par ailleurs, les employés d’une usine de pièces détachées du constructeur japonais Honda se sont mis en grève pour exiger de meilleurs salaires la semaine dernière. Toute la production a été paralysée avant que les salariés obtiennent satisfaction avec une hausse de 24% de leurs salaires, pour les porter à 1.910 yuans (228 euros).

Malgré une croissance économique spectaculaire, la rémunération du travail a chuté par rapport à la richesse produite depuis le lancement des réformes économiques en Chine : elle représentait 56,5% du produit intérieur brut en 1983, mais 36,7% en 2005, affirmait récemment un responsable syndical.

Ndlr : les Chinois deviendraient-ils maoïstes ?

(sélection faite par R le Gall)


Ecrit le 16 juin 2010

 Etrange disparition dans le dossier Boulin

Le Figaro.fr du 08/06 : Le parquet général s’est opposé à une nouvelle demande de réouverture de l’enquête sur la mort de l’ancien ministre Robert Boulin qui, selon la thèse officielle, s’est suicidé en 1979. Surtout, le procureur général a révélé à cette occasion qu’une partie des scellés judiciaires de cette affaire a tout bonnement disparu.

Fabienne Boulin, la fille du ministre disparu, soutenant la thèse d’un assassinat maquillé en suicide, avait formulé en mars dernier sa troisième demande de réouverture de l’enquête. A l’appui de cette requête, de nouveaux témoignages et, surtout, la possibilité d’effectuer des analyses ADN. […]

Reste que la disparition des scellés est inexplicable. Et suspecte. Au nombre de huit, les lettres [de Robert Boulin] étaient conservées avec leurs enveloppes dans le dossier judiciaire de l’enquête. Mieux, ce dossier était, de source judiciaire, placé à l’abri dans un coffre-fort, comme d’usage dans le cas de dossiers sensibles.

« C’est non seulement scandaleux mais au surplus ça alimente incontestablement les accusations d’un véritable complot pour empêcher que toute la vérité soit faite sur les circonstances de la mort de Robert Boulin », s’est insurgé Me Olivier Morice, l’avocat de Fabienne Boulin. Pour lui, pas de doute : les lettres « ont disparu parce que nous demandions des explications ».

L’avocat a donc immédiatement annoncé qu’il allait assigner l’Etat pour dysfonctionnement du service de la justice. Avant de déposer dans la foulée une nouvelle plainte pour assassinat. […] En attendant, le parquet général assure que « les recherches se poursuivent activement » pour retrouver les éléments manquants.

Ndlr : la justice garde bien mal ses sceaux !

 L’affaire Boutin met la droite dans le pétrin

Libération.fr du 10/06 : Officiellement, les membres du gouvernement et ses amis politiques soutiennent l’ex-ministre du Logement, prise dans une tourmente médiatique déclenchée par la mission fort bien rémunérée qui lui a été confiée par Nicolas Sarkozy. Mais, derrière les déclarations solidaires, on sent poindre l’embarras de certains.

Ainsi du ministre du Travail Eric Woerth, qui envisage de « rendre non cumulable » la retraite de parlementaire et une rémunération liée à une fonction publique, et va demander à Christine Boutin de renoncer au cumul de ses deux revenus. […]

Le soutien le plus affirmé à Christine Boutin est venu de son ex-collègue, le ministre de l’Immigration Eric Besson, qui a déclaré sur LCI que la polémique déclenchée autour de la mission octroyée à Christine Boutin était « excessive » et « injuste », soulignant qu’il lirait « avec plaisir », si elle le lui envoyait, le rapport que ferait l’ex-ministre du Logement dans le cadre de cette mission sur les conséquences sociales de la mondialisation.

Ndlr : Judas au secours de Christine !

 Pauvreté

L’Humanité du 08/06 : A bout de souffle. Malgré leur engagement, les bénévoles n’arrivent plus à faire face. La semaine dernière, le Secours populaire   d’Angers (Maine-et-Loire) prenait la décision de fermer temporairement ses portes. En 2009, deux millions de personnes avaient fait appel à l’association. Un chiffre atteint en un seul semestre en 2010.

Toutes les organisations sont submergées. À l’occasion de leur dernière campagne hivernale, les Restos du cœur ont accueilli quotidiennement 40 000 personnes de plus que l’année passée. La Croix-Rouge constate également une hausse de la demande d’assistance. […]

Le président de la Croix-Rouge Française Jean-François Mattei, interpelle les pouvoirs publics et demande au « gouver-nement de considérer les dépenses sociales comme prioritaires ». « L’Etat doit prendre ses responsabilités. Ce ne sont pas les associations qui sont en crise, mais bien la société française, renchérit Jean-François Riffaud. Les besoins augmentent et les ressources baissent. Dans de très nombreuses régions, les collectivités locales rognent sur les aides qui nous sont attribuées. »

En 2009, les Français ont donné 397 millions d’euros. Selon le baromètre image notoriété réalisé par l’IFOP, les sommes collectées pourraient baisser en 2010. « Nos donateurs ont parfois eux-mêmes du mal à boucler leurs fins de mois », explique Marc Castille, du SPF. . […]

Dans beaucoup de structures, les frigos sont vides. Les dotations européennes attribuées à la France, d’un montant global de 78,1 millions d’euros, sont réparties entre le SPF, la Croix-Rouge, les Restos du cœur et la Banque alimentaire. Elles représentent une part importante de leurs ressources (50 % pour le SPF, 60 % pour la Croix-Rouge et la Banque alimentaire, 20 % pour les Restaurants du cœur). Or ces dotations commencent seulement à arriver. Et sont, de surcroît, de plus en plus menacées. Entre l’automne, où les aides de l’Union européenne sont attribuées, et le printemps, où les achats sont réellement effectués, il s’écoule plusieurs mois pendant lesquels les cours des aliments peuvent monter, entraînant une diminution conséquente des rations attribuées au final. […]

 Les écoles rurales vues par Luc Chatel

Libération.fr du 08/06 : Un document de travail du ministère de l’Education, qui a fuité la semaine dernière dans la presse, fait craindre le pire. Il est demandé aux recteurs d’académie de supprimer un maximum de classes, et même des écoles, à faibles effectifs, pour gagner des postes. La logique du ministère : « Une augmentation de un élève par classe en moyenne devrait se traduire, au niveau national, par une économie de près de 10.000 classes. ». Lusanger, par exemple, risque de perdre sa quatrième classe. (1)

Dans le viseur : les écoles rurales, qui ne font pas systématiquement le plein d’enfants d’une année sur l’autre. « Il est vrai que les petites écoles coûtent proportionnellement plus cher que les grandes puisqu’il y a souvent moins d’élèves. C’est donc un gisement de postes d’un point de vue comptable. Sauf qu’en pratique, on ne résout pas le problème par une simple division. On ne peut pas regrouper les élèves n’importe comment », insiste Robert Prospérini du syndicat des inspecteurs d’académie. […]

« En tant qu’inspecteur, on défend les regroupements d’écoles quand c’est dans l’intérêt des élèves. Sauf que là, personne n’est dupe. On sait tous que l’objectif premier c’est de faire des économies. Qu’au moins le gouvernement ait la franchise de le dire. Qu’on arrête avec ce faux discours : « on peut faire aussi bien avec moins de moyens » ».

Maintenant, le gouvernement va plus loin avec « faire mieux avec moins. » »

 Du sursis à se faire

Le Canard enchaîné du 08/06 : condamné le 6 juin pour injures raciales, Hortefeux n’a guère trouvé d’ardents défenseurs.

« La France est le seul pays qui a un ministre condamné pour injures raciales » a commenté un ministre aussi charitable qu’anonyme. Pour Fillon, « s’il est condamné définitivement, ce sera compliqué pour lui de rester place Beauveau ».

Ndlr : ce n’est pas le genre de la police d’abriter un raciste en son sein.

(sélection faite par R.Le Gall)

(1) Finalement, elle la conserve pour la rentrée de septembre 2010