Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Conseil Municipal Châteaubriant > Conseil Municipal 15 mars 2008- 15 mars 2014 > CM 2010 > Conseil Municipal, juin 2010 : vidéo-surveillance

Conseil Municipal, juin 2010 : vidéo-surveillance

Ecrit le 9 juin 2010

 C’est pas de la vidéo-surveillance … c’est de la vidéo-protection

Vidéo-surveill
Dessin de Moon - 06 87 32 77 47

Conseil municipal à Châteaubriant le 2 juin 2010, le précédent datait du 30 mars.

A l’ordre du jour : l’appel d’offres lancé pour un système de vidéo-protection : des caméras placées en divers endroits de la ville, des films qui seront gardés 15 jours et qu’il sera possible de consulter pour voir ce qui s’est passé. Voici quelques éléments de discussion entre la majorité et la minorité :

Les POUR :

1) ces caméras auront un rôle dissuasif : les malfaiteurs y regarderont deux fois avant de commettre des incivilités.
[Ndlr : la prison est censée aussi avoir un rôle dissuasif, mais n’empêche rien du tout !]

2) Châteaubriant est une ville attractive, il importe de savoir ce qui s’y passe.
[Ndlr : les incivilités se produisent la nuit, et dans les rues de Châteaubriant, la nuit, ya pas un chat !]

3) Des événements récents en France ont montré l’importance de la vidéo-surveillance : une jeune femme, policière municipale, mère d’un enfant de 14 mois, a été tuée.

[Ndlr : comme dit Nathalie Orrière : tout meurtre est horrible, quelles que soient les circonstances ] (Mais à part ça, c’est l’ADN du meurtrier qui a mis sur la piste de l’agresseur !].

Les CONTRE

Il y a eu récemment une tentative d’homicide dans une maison rue de la Vannerie, une agression rue des Acacias, une course poursuite dans les quartiers de la ville. Les caméras n’auraient rien pu faire !

Les caméras permettront peut-être de repérer quelqu’un APRES, mais n’empêcheront pas les actes délictueux

70 000 à 80 000 € d’investissement, c’est cher ! Alors que rien n’est fait pour accompagner les familles et empêcher les adolescents de basculer dans la délinquance.

 Les CHIFFRES

La minorité a demandé sur quels chiffres de la délinquance s’appuie cette proposition de vidéo-protection. Mais aucun chiffre n’est fourni ….

– Ou bien les chiffres sont mauvais : alors à quoi a servi le doublement du nombre de policiers municipaux ? Pascal Bioret a parlé d’échec à ce sujet, ce qui a vexé le maire !

– Ou bien les chiffres sont corrects : alors à quoi serviront ces caméras ?

Comme dit encore Pascal Bioret : « Tant qu’on parle de sécurité, on ne parle pas de la situation économique »

 Les gènes

angelisme

Réflexion de Georges Garnier à l’adresse de la minorité : « Vous faites de l’angélisme : c’est dans vos gènes ! ». Denis Prodhomme l’a remercié d’avoir ainsi levé le voile sur son patrimoine génétique !

 Alors, où les caméras ?

– Devant la mairie
– Derrière la mairie
– Parc de Radevormwald
– Place Charles de Gaulle
– Parking Pasteur
– Place de la Motte
– Parking du Poste de Police Municipale

On peut rigoler de voir des caméras au poste de police, sachant qu’il y a la police le jour et que tout est fermé la nuit. Ce ne serait pas plutôt pour surveiller la sortie de secours du bowling ?

On peut se réjouir de voir qu’il n’y aura pas de caméra dans les quartiers HLM C’est donc que, aux yeux de la mairie, il n’y a aucun problème ! CQFD !

On peut s’étonner de constater qu’il n’y aura pas de caméra rue Aristide Briand et dans les rues commerçantes. C’est pourtant là que se commettent les incivilités.

Signalons qu’il y aura aussi des caméras dans le passage sombre de la médiathèque   et à la déchetterie (où, c’est vrai, il y a du vandalisme) : mais c’est la Com’Com’   qui paiera.

 La même réunion

Alain Hunault et Bernard Gaudin étaient à la même réunion. Alain Hunault a retenu que le Procureur de la République est favorable à l’installation de la vidéo-protection et que ça ferait baisser la délinquance de 30 à 40 %. Bernard Gaudin a entendu un Procureur plus nuancé, disant que les études d’efficacité sont contradictoires et qu’il est très attentif aux actions de prévention du CLSPD (comité local de sécurité et de prévention de la délinquance)

En effet, le risque, c’est d’installer des caméras (qui coûtent fort cher), uniquement par paresse politique, pour montrer que l’on fait quelque chose. Pas pour résoudre les problèmes.
L’article 17 A a été proposé par M. Eric Ciotti à la Commission des Loirs où siège Michel Hunault (jumeau de not’maire). Quant à M. Philippe Goujon, autre député UMP, il propose, lui, le terme de « vidéo-tranquillité ». C’est beau la sémantique !

 En Angleterre

Surveiller les rues avec des caméras fait-il baisser la délinquance ? La Grande-Bretagne est le pays en pointe en matière de vidéosurveillance des lieux publics. Et il y existe une vraie culture de l’évaluation. Or, depuis quinze ans, toutes les études britanniques disent la même chose : la vidéosurveillance n’a aucun effet sur les délits et les crimes les plus graves, notamment les agressions et les violences aux personnes. Pour les vols et les dégradations, la vidéo peut contribuer à une baisse, à condition que d’autres mesures soient prises en parallèle.

Vidéo-surveillance Ou vidéo-protection ?

Le maire dit que ce n’est pas la même chose. En réalité il y a eu depuis quelques années un glissement du vocabulaire. Initialement, les caméras de « vidéosurveillance », étaient destinées à lutter contre le terrorisme. Peu à peu elles sont devenues un outil de lutte contre « la délinquance et le sentiment d’insécurité ». La surveillance (synonyme d’atteinte aux libertés) est devenue « protection » : terme plus rassurant ! Mais c’est la même chose !

Nicolas Sarkozy, spécialiste de la répétition des discours, disait en effet ceci, en mars 2009 à Gagny :
« Je regrette les réticences de certains maires à s’engager dans la voie de la vidéosurveillance. La vidéosurveillance ne menace pas les libertés. Elle défend, elle protège la liberté de se déplacer et d’aller et venir dans son quartier en toute sécurité. »

Et, trois mois plus tard, le 28 mai 2009, presque mot pour mot :
« Je déplore les réticences de certains élus à s’engager dans la voie de la vidéoprotection. La vidéoprotection ne menace pas les libertés, la vidéoprotection protège la liberté de se déplacer et d’aller et venir dans son quartier en toute sécurité. »

C’est mantique !

Et le 27 janvier 2010, le rapport de la Commission des Lois, en page 159, propose l’article 17A (nouveau) ainsi rédigé :

Remplacement du terme « vidéosurveillance » par « vidéoprotection » :
« cet article est issu d’un amendement du Gouvernement. Dans les articles17 et 18, celui-ci a choisi de remplacer la dénomination de « vidéosurveillance » par celle de « vidéoprotection ». En conséquence, il est nécessaire de procéder à ce changement sémantique dans l’ensemble des textes législatifs et réglementaires, ce à quoi procède cet article ».


Suite du Conseil Municipal

 Théâtre

Les tarifs de la saison culturelle au Théâtre de Verre   à Châteaubriant sont quasiment inchangés. Bernard Gaudin a demandé le bilan des années passées. Il a proposé aussi que la commission municipale « culture » réfléchisse : « comment faire pour attirer un nouveau public » - Il est vrai que ce n’est pas seulement une question de tarif. Le théâtre est plus cher que le cinéma, mais surtout trop de gens considèrent encore que c’est un loisir réservé à une certaine classe sociale.

 Compte administratif

Le Conseil Municipal a entendu les rapports concernant les comptes de l’année 2009. Des chiffres, des chiffres … Ce qui a été fait :
– Halle de Tennis Maurice Deniaud
– rénovation de la Maternelle RG Cadou
– aménagement de voirie place Barbotin
– poste de police municipale
– poursuite des travaux église St Nicolas
– travaux à la piscine et salle de squash

Selon Bernard Gaudin, qui s’appuie sur la page 3 du Compte Administratif 2009, la ville de Châteaubriant est endettée à hauteur de 13 068 654 € alors que, pour des villes de taille comparable :

Vitré : 			7 897 000 €
	Ancenis 		2 600 000 €
	ChâteauGontier	8 100 000 €

« L’endettement de Châteaubriant est important et supérieur à la moyenne des villes de même importance » relève-t-il.

1001 €/ hab à Châteaubriant
	  941 €/hab en moyenne de strate

En même temps, les recettes réelles de fonctionnement sont faibles à Châteaubriant par

1079 €/hab à Châteaubriant 
	1255 €/hab en moyenne de strate

Lorsqu’on a un endettement de 1001 € pour des recettes de 1079 €, on peut s’inquiéter !


Ecrit le 16 juin 2010

 Comment peut-on aller plus loin dans la surveillance ?

Réponse

C’est Berlusconi qui le révèle : « il se peut qu’il y ait en Italie 10 millions de personnes espionnées, un chiffre sans égal dans le reste du monde« . »Le problème est grave : nous sommes tous espionnés", a ajouté M. Berlusconi, en affirmant que 150.000 téléphones sont sur écoute et que si chacun a 50 interlocuteurs on arrive déjà à 7,5 millions d’Italiens sous surveillance et facilement à 10 millions »

Nous voilà bien !.


Ecrit le 16 jui_n 2010

 Foot et rugby ... Rififi à l’OMS

Mercredi 9 juin, réunion à Châteaubriant de l’Office Municipal des Sports, sous la présidence de Serge Moreau (un grand ami du maire de la ville). Intervention d’Alain PILETTE, président du club de football de l’ALC, en direction de M. NOMARI (adjoint aux sports en remplacement de Maurice Deniaud) : « Est-il vrai que les Voltigeurs ont reçu une subvention exceptionnelle de 10 000 €uros ? » . M. NOMARi fouille ses papiers et bafouille « Euh euh, la ville a proposé au dernier Conseil Municipal une grille que je ne retrouve pas dans mon dossier. Aujourd’hui, nous soutenons le sport (etc) » – il n’était absolument pas convaincant et n’a pas véritablement répondu à Alain Pilette : « je ne peux pas te répondre, je ne retrouve pas la délibération…. ». Puis il repasse le micro à S. MOREAU. Finalement il retrouve la délib’ et redemande le micro. « Oui nous avons fait une grille et les Voltigeurs ont bien reçu une subvention de 10 000 € car ils évoluent en DH ».

Intervention de Luc Mourguye, rugbyman : « La ville a versé au SAC, [rugby], une subvention de 8 000 € et a promis selon nos éventuelles difficultés de nous aider !! Une autre subvention exceptionnelle pourrait nous être versée en janvier prochain ». Luc Mourguye ajoute : « il faut savoir que la Fédérale 3 (niveau de jeu du SAC suite à son accession) est supérieure à la DH des Voltigeurs …. » (Ndlr : on peut donc en conclure que les Voltigeurs auraient dû avoir 8 000 € et le SAC 10 000 €, enfin bon ….) 

Petit brouhaha dans la salle, commentaires des clubs qui ne trouvent pas cela très juste dans la répartition. Et drôle de façon de soutenir le sport ! Cette pratique de la Municipalité, qui s’apparente au favoritisme-à-la-tête-du-client ne va certainement pas permettre aux clubs d’être respectueux, solidaires et fraternels les uns envers les autres (valeurs sportives que défendent les sportifs et les bénévoles !!!).

Intervention de Serge MOREAU : « il n’est pas normal que la Ville verse directement des subventions aux associations sportives ; c’est remettre en cause notre fondement ; il serait plus juste que les subventions transitent par l’OMS et que, nous, nous les reversions selon des critères … plus justes et équitables et conformes au niveau d’engagement dans les compétitions sportives ». Wouah ! C’est bien dit !


Ecrit le 23 juin 2010

 Vidéo-surveillance

Une réunion de la Com’Com’   du Castelbriantais est annoncée pour le 1er juillet. Il y sera question de vidéo-surveillance. Deux caméras étaient prévues : médiathèque   et déchetterie. Majoritairement, en réunion de bureau (non publique), les maires n’ont retenu que la déchetterie. Georges Garnier va encore dit qu’il y a de l’angélisme dans l‘air !


NOTES:

La prison ne sert à rien

Il a 35 ans et un enfant de 10 ans qu’il adore. Après une vie chaotique, il a fait 5 mois de prison. Il en est sorti, sans un sou, sans logement. Il va percevoir le RSA mais les papiers demandent un certain délai. Il va pouvoir travailler dans une association d’insertion, mais les papiers du RSA, qui tardent, repoussent son inscription. Sûrement que, dans ces conditions, il va pouvoir retomber sur ses pieds de façon satisfaisante.

Il a 45 ans, déjà condamné 15 fois pour vol. Déjà plus de 20 ans de prison. Et pas méchant ! L’été dernier, il s’est introduit dans une maison où la fenêtre du premier étage était grand ouverte, il faisait si chaud. Il a volé … un bol, une petite boite de pâté qui était au frigo, un paquet de gâteaux commencé et un vieux couteau de table au manche cassé. La dernière fois, il s’est introduit dans une maison, par le toit. Il a volé des jouets d’enfant et un peu d’argent qu’il a dépensé en offrant à boire aux copains. Il est retourné pour un an en prison. Là il se sent bien. C’est un suivi social et psychologique qui lui faudrait. Mais il n’y a pas d’argent pour cela. Cela coûterait cependant moins cher que la prison !