Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > Conseil de Développement (ex CBE) > 2010 : Conseil de développement, l’attente

2010 : Conseil de développement, l’attente

Ecrit le 30 juin 2010

 Attendre encore jusqu’à octobre

Le Conseil de développement du Pays de Châteaubriant   a une longue histoire puisqu’il est la suite du Comité de Bassin d’Emploi créé en juin 1990 (20 ans déjà) à la suite d’une longue réflexion entamée dans les années 1957-58 qui s’est toujours heurtée au refus du maire de Châteaubriant de l’époque, Xavier Hunault. Refus ? Non, il ne disait pas non. Mais il n’a jamais dit oui….

Un conseil de développement, c’est un élément de démocratie participative organisée (mal vue dans l’actuel Pays de Châteaubriant  ). C’est une force de proposition auprès des élus qui disposent, eux, du pouvoir de décision. C’est le lien privilégié entre la société civile et les décideurs politiques.

Conseil_de_developpement

Lors de l’assemblée générale du 17 juin 2010, le Président Jean Paul Pierrès a expliqué que le Conseil de Développement a été amputé d’un certain nombre de ses missions, notamment la gestion des fonds européens LEADER, ce qui a entraîné une réorganisation de l’équipe. « Nous avons eu l’ambition de donner à ce Conseil de nouvelles bases pour la décennie à venir, de remobiliser les acteurs du territoire pour devenir un véritable outil de proposition et de réflexion à l’échelle du Pays »

Première tâche : réformer les statuts. Une équipe y a travaillé assidûment (11 réunions de travail), dans l’objectif de renouveler les acteurs du Conseil de Développement. « Mais les nouveaux statuts n’ont pas reçu de la part de certains élus l’accueil favorable que nous espérions ». [Ndlr : en tant qu’association loi 1901, le Conseil est libre d’adopter les statuts qu’il souhaite. Il est cependant allé les présenté aux élus du Pays de Châteaubriant   : il a été fort mal reçu !].

Deuxième tâche : « améliorer la lisibilité du Conseil de Développement ». C’est ainsi qu’un nouveau logo a été créé.
Troisième tâche : lancer un cycle de conférences (4 ont déjà eu lieu) pour réfléchir en amont de la préparation du SCOT   (schéma de Cohérence Territoriale) [Ndlr : ces conférences n’ont pas plu   aux autorités locales qui ont tenté de les interdire ! Rien que ça !]

Les quatre premières conférences portaient sur l’aménagement du territoire, l’Europe, l’énergie et le climat, l’eau. Sujets subversifs, évidemment ! Les prochaines s’intéresseront à l’économie de proximité, aux déchets et à la construction d’une dynamique territoriale. Des groupes de travail thématiques vont être mis en place en fonction des préoccupations exprimées dans ces conférences.

  Nouveaux statuts

Le Conseil de Développement s’appuiera sur 4 collèges de 18 membres chacun :
– Collège du monde économique
– Collège Education, Insertion, Santé et Action Sociale
– Collège du Cadre de vie
– Collège des élus

Chaque collège désignera 6 membres au Conseil d’Administration, celui-ci élira un bureau de 10 membres. Le président devra être membre des trois premiers collèges « privés », mais pas du quatrième, ce qui fâche certains élus du Pays de Châteaubriant  . En revanche un élu, membre des trois premiers collèges, pourra être président ! Pour autant le Conseil de Développement tient beaucoup à la présence d’élus pour que les discussions ne soient pas coupées des choix municipaux et des possibilités des communes.

Guy Lehembre a beaucoup insisté sur une nouveauté : l’existence de membres associés qui, sans être membres titulaires des quatre collèges, sans être responsables d’associations, pourront participer aux groupes de travail, facilitant ainsi le renouvellement des idées et des militants du territoire.

Contacts : 02 40 28 36 64

Voir le site : http://www.paysdechateaubriant.com/

(1) certains élus voudraient bien tirer toutes les ficelles, à la fois du côté des décisions et du côté des réflexions. L’idée que des citoyens puissent donner un avis autonome leur est insupportable !