Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Chômage, emploi > Crise 2008 à 2015 > Merveilles et décadence

Merveilles et décadence

Ecrit le 29 septembre 2010

 Roms : la Halde muselée

Selon bakchich.info du 21/09, depuis l’arrivée de Jeannette Bougrab à la tête de la Halde (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations), les discriminations dont sont victimes les Roms et les Gens du voyage ne sont plus traitées. Sur consigne du Premier ministre. « Les dossiers sur les Roms et les Gens du voyage sont volontairement écartés. On les place au-dessous de la pile où ils commencent à s’accumuler » dit un cadre de la Halde.

Voilà qui jette en tout cas un éclairage intéressant sur l’embrasement de cet été contre les Roms. Loin d’être un coup de chaud d’un président aux abois, il semble au contraire que l’idée d’un plan concernant les Roms ait vu le jour au lendemain des régionales. Le fait divers de la gendarmerie de Saint-Aignan servant juste de déclencheur médiatique.

 Faute grave

Une entreprise agroalimentaire bretonne (Kerguelen), qui souhaitait fermer son site de production à Lamballe a préféré licencier sa cinquantaine de salariés pour faute grave fictive plutôt que de proposer un plan social. Il y a même un salarié qui a été licencié pour abandon de poste … . Le licenciement pour faute grave dispense du paiement des indemnités de licenciement et de préavis. L’affaire a été portée devant les Prud’hommes.

 Des exclus exclus

Le tarif EDF dit de première nécessité (TPN) a été mis en place par le gouvernement Jospin en 2000 mais n’est appliqué que depuis cinq ans. Il permet aux personnes en difficultés qui perçoivent la CMUC (couverture maladie universelle complémentaire) de bénéficier d’une réduction de 30 à 50% sur une partie de leur facture d’électricité. Mais le nombre des bénéficiaires de ce tarif ne cesse de chuter. Le médiateur de l’énergie accuse EDF de mal appliquer les règles d’attribution en privant du tarif social 6000 foyers chaque année. De 940 000 bénéficiaires fin 2009 on est tombé à 650 000 mi 2010

 Bidouilleurs

Avec la dématérialisation du traitement des chèques (grâce à l’ordinateur), les banques font des économies de personnel, mais en même temps elles placent l’argent moins longtemps et trouvent donc qu’elles y perdent ! Comme quoi les banques font du bénéfice sur notre dos.

Malignes, elles avaient mis en place une « commission d’échange image chèque », une taxe de 4,3 centimes d’euro sur 80 % des chèques échangés en France !

L’Autorité de la concurrence a sanctionné 11 banques à hauteur de 384,9 millions d’euros pour avoir mis en place, de façon concertée, ces commissions non justifiées. Parmi ces banques : Crédit Mutuel, Crédit Agricole, Banques Populaires, Caisses d’Epargne, Banque Postale, BNP, Société Générale, CIC …. Presque toutes !

En France, les patrons adorateurs du marché déploient des trésors d’ingéniosité pour échapper à l’enfer de la concurrence : téléphonistes, déménageurs, sociétés d’intérim, et autres, négocient entre eux une « juste » répartition des contrats passés avec l’Etat ou de grandes entreprises. Des fois l’Autorité de la Concurrence publie un rapport et sanctionne.

Il n’y a que le client qui, en bout de chaîne est bon pour payer des sommes indues et n’être remboursé de rien. Vive la concurrence !


Ecrit le 29 septembre 2010

 Austérité

JPEG - 83.8 ko
Jeunes à la m

En réaction aux mesures d’austérité en vigueur dans de nombreux pays européens, la Confédération européenne des syndicats (CES) organise une grande journée de mobilisation européenne le 29 septembre prochain, soutenue par l’ensemble de ses organisations membres. Environ 100 000 personnes sont attendues dans les rues de Bruxelles tandis que plusieurs mouvements de protestation seront organisés au niveau national.

Faut-il rappeler en effet que la crise actuelle n’est pas due au gaspillage des citoyens mais à l’irresponsabilité spéculative de certaines institutions financières. Et maintenant « les marchés » exigent que les gouvernements fassent payer les dégâts à tout le monde … Les syndicats sont particulièrement préoccupés par le chômage et l’augmentation des inégalités. Face à la précarité grandissante, la priorité doit être accordée à l’emploi de qualité

Parallèlement à l’Euro-manifestation de Bruxelles, une grève générale aura lieu en Espagne et des mouvements de protestation seront organisés au Portugal, Italie, Pologne, Roumanie, France et Irlande.



Ecrit le 29 septembre 2010

 La menace démagogique

Pour tenter de reprendre la main, le Président Sarkozy agite l’épouvantail « Sécurité ». Il y a un an il s’agissait de la grippe A. Cette année voici une alerte terroriste maximale, ce qui veut dire « Dormez tranquille, on s’occupe de tout ». Manque de chance, les Français n’y croient guère, ils doutent de tout, même du pire, preuve du manque de confiance du pays vis-à-vis de ses dirigeants. Ils ont même rigolé devant le tintoin fait autour d’un paquet suspect qui ne contenait que du shampooing !

Shampooing
Boum !

Un petit paquet emballé dans du plastique. Du savon liquide, du papier essuie-tout., des fils, des piles (peut-être pour un rasoir électrique). Alerte. Train TGV arrêté. Service de déminage. C’était le 21 septembre 2010, du côté de Massy. L’histoire ne dit pas si la « bombe » a fait Pschittt...

Mais les Français prennent-ils garde à la menace démagogique ? C’est encore Maître Eolas qui tire la sonnette d’alarme. Le ministre de l’intérieur, ce cher Brice, vient de faire trois propositions judiciaires.

1 - Première proposition : placer des jurys populaires auprès des juges d’application des peines qui décident de l’aménagement des peines, si le condamné est encore libre, et des réductions de peines et libérations conditionnelles pour les condamnés incarcérés.

En 2009, d’après les statistiques officielles du ministère de la Justice, les cours d’assises ont traité 3 345 affaires. Dans le même temps, les juridictions d’application des peines ont rendu 80 490 décisions directement liées à la liberté d’un condamné à de la prison ferme. Les jurys populaires devraient donc pouvoir traiter 24 fois plus de dossiers ? Ce serait financé comment ? Quelle serait la formation des jurés à ce sujet ?

La proposition Hortefeux n’a donc rien de sérieux. C’est juste un effet d’annonce !

2 - Deuxième proposition : L’élection des juges d’application des peines (JAP).

Il existe déjà des juges élus en France, pour les tribunaux de commerce et les conseils de prud’hommes. L’abstention des électeurs est de l’ordre de 74 % et les candidats ne sont pas nombreux (faut dire qu’ils sont bénévoles !). Peut-on donc espérer élire des JAP et leur permettre de juger en fonction de la loi (qui a changé en 2004 et en 2009) et des éléments à prendre en compte : évaluer le comportement du condamné en détention, la solidité du projet de sortie (domicile, emploi, motivation du condamné, situation familiale), au vu des pièces produites par la défense, des rapports de l’administration pénitentiaire (dossier disciplinaire, activités, formation suivie) et parfois des expertises médicales (traitement suivi). 

3 - Troisième proposition : suppression de l’aménagement des peines de moins de deux ans. Comme dit le cher Brice : “Avoir quasiment l’assurance de ne pas effectuer sa peine de prison, quand on est condamné à moins de deux ans, est un dispositif parfaitement inadmissible pour les citoyens et totalement incompréhensible pour les policiers et les gendarmes”

Mais qui donc a décidé ça ? L’actuel gouvernement, loi du 24 novembre 2009 dite loi pénitentiaire, article 84, M. Brice Hortefeux étant Ministre de l’Intérieur.

Comme dit Maître-Eolas : « c’est inadmissible, la démission s’impose. Car pour ce qui est de se moquer du peuple, visiblement, l’impunité est de rigueur ».

Source : http://www.maitre-eolas.fr/

 Face de bouc

A force d’orienter les débats vers de faux problèmes à grands renforts de mises en scènes savamment calculées, à force de mensonges, de trafic de légion d’honneur, de despotisme, nombreux sont ceux qui ne croient plus en la parole de ce gouvernement. Sans parler du concert des Nations qui jette sur lui l’opprobre relativement à sa conduite vis-à-vis des minorités et plus particulièrement celle des Roms. Les Français dans leur grande majorité sont dans le doute.

Et pourtant la France est en danger, les menaces d’attentats sont réelles. Et, le 23 septembre, le pire est arrivé : des millions de Français ont dû survivre deux heures sans Facebook. Et le lendemain ce réseau était encore en difficulté. Le drame !