Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Enseignement, formation > d. Lycées > Lycée de Châteaubriant : à l’abordage !

Lycée de Châteaubriant : à l’abordage !

Ecrit le 15 octobre 2010

12 octobre

Quelques élèves du lycée Lenoir ont manifesté le 12 octobre. Noyés dans la masse on les a peu vus. Jeudi 14 octobre, dès 8h, ils ont décidé de ne pas aller en cours et sont descendus en ville (dommage : les poubelles en ont fait les frais !). Cette fois leur parcours n’était pas pré-établi : les gendarmes ont dû jouer aux devinettes ! Mais somme toute le défilé était plutôt tranquille sauf que ….

… selon le proviseur, M. Dubroca, « il était impossible d’avoir une relation raisonnée et raisonnable » avec les élèves. Cette affirmation surprend : j’étais présente à la porte du lycée ce matin-là, je n’ai vu aucune proposition de dialogue de la part de la Direction ! [Il faut dire que le proviseur est un homme qui fuit le contact]. Le proviseur, dans une lettre aux parents, écrit : « j’ai fait appel aux forces de l’ordre et le lycée aidera au dépôt de plaintes ». Par ailleurs, craignant des blocages aux portes du lycée lundi 18 octobre au matin, le proviseur a décidé de fermer l’établissement les 18-19 octobre. Bon moyen d’amplifier le mouvement !


 Communiqué du proviseur aux personnels du Lycée Guy Moquet Etienne Lenoir à Châteaubriant :

« Jeudi 14 , quelques élèves ont créé des désordres importants en ville. Ces jeunes à la descente des autocars, après avoir allumé un feu de détritus et de plastiques dans la rue, sont partis en ville pour commettre des dégradations et des actes de vandalisme . Il était impossible d’avoir une relation raisonnée et raisonnable avec eux. J’ai fait appel aux forces de l’ordre et le lycée aidera au dépôt de plaintes à l’encontre des coupables .

D’autres élèves nous ont fait part de leur intention de créer des blocages aux entrées du lycée lundi matin. Ces comportements ne peuvent que mener à des heurts et des violences entre élèves et contre les biens et les équipements publics.

En conséquence pour éviter de nouvelles violences, je suspends les cours
lundi 18 & mardi 19 octobre
et je demande aux familles de ne pas envoyer les enfants au lycée ces jours-là.

Les examens routiers auront lieu ainsi que les cours de STS ; en conséquence le service de vie scolaire sera présent
– pour permettre un bon fonctionnement de l’hébergement et de la restauration
– pour assurer la surveillance de l’aire du lycée

De même le personnel de restauration sera au travail avec un effectif adapté, nos collègues de la maintenance assureront pour leur part une veille et une présence vigilante.

Je compte sur la solidarité de tous car le crédit de l’établissement est bien entamé et la sécurité des biens et des équipements réclame toute notre attention.

Soyez assuré , Madame et Monsieur, de mon souci d’assurer la sécurité des personnes. »

Courrier du Proviseur
aux par

 Communiqué de l’AG des personnels enseignants à la presse locale :

Les agents et personnels éducatifs du lycée Polyvalent Guy Môquet – Etienne Lenoir tiennent à apporter quelques éclaircissements sur les évènements survenus cette semaine à l’occasion de l’entrée des lycéens dans le mouvement d’opposition à la réforme des retraites.

Bien entendu, nous condamnons fermement les débordements dont se sont rendus coupables une poignée de jeunes lors de la manifestation improvisée de jeudi.

A l’aborda
Dessin d e Moon - 06 87 32 77 47

Par-dessus tout, nous réprouvons l’attitude de la direction de l’établissement tout au long de la semaine. Dès mardi, le proviseur, monsieur Dubroca, a multiplié les pressions sur les élèves grévistes. Le lendemain, un courrier était envoyé aux familles les prévenant, assez maladroitement, que les internes et demi-pensionnaires qui s’absenteraient pour manifester se verraient interdire l’entrée du self et de l’internat. Ces menaces ont été mises à exécution le lendemain, jeudi, le proviseur s’opposant personnellement au passage des élèves. Nous nous interrogeons sur la légalité de cette exclusion.

Il nous semble qu’un minimum de dialogue avec les jeunes aurait permis d’apaiser la tension et d’éviter les dérapages que nous regrettons tous. Au lieu de cela, le proviseur vient de nous annoncer
la fermeture du lycée (« suspension des cours ») pour lundi et mardi au prétexte que la décision des élèves de bloquer l’établissement ne peut « que mener à des heurts et des violences ». Nous sommes convaincus que les lycéens sauront répondre avec sang-froid à ce coup de force administratif.

Quant à nous, nous continuons la lutte en prenant part aux journées d’action et manifestations prévues samedi et mardi prochain à Châteaubriant comme dans le reste du pays.

A Châteaubriant le 15 octobre 2010


 Assistants en grève

Les assistants d’éducation du Lycée Lenoir sont partis en grève pour une semaine à compter du 12 octobre 2010. L’ambiance « délétère » qui règne dans l’établissement les pousse malheureusement à prendre cette mesure qui ne sera pas sans grave incidence financière pour eux, qui gagnent 1000 € par mois. L’équipe aime son boulot mais les conditions ne sont plus réunies pour créer un climat de confiance. En particulier les assistants d’éducation se plaignent d’attitudes de suspicion et de flicage qui créent un climat de tension. Ils regrettent de ne pouvoir rencontrer la direction : le proviseur adore son bureau et déteste apparemment rencontrer les personnels ou les élèves !


Ecrit le 22 octobre 2010

 A l’abordage ! Tuez-les tous !

Lycée-occupa

Malgré la fermeture du lycée Môquet/Lenoir, les 18-19 octobre, la mobilisation des lycéens n’a pas faibli. Dimanche 17 octobre au soir, des tentes ont été installées par une vingtaine de jeunes en perspective du blocage qu’ils avaient projeté et dont ils avaient prévenu, par lettre, la Direction du Lycée, la municipalité, la police et la gendarmerie.

Lundi 18 octobre vers 10 h, lors de son arrivée, le Proviseur a déclaré qu’il allait porter plainte et il a incité les jeunes à se dénoncer. Mais les jeunes ont gardé leur calme et poursuivi le blocage. Le mardi ils ont empêché les surveillants de rentrer dans l’établissement. Le Proviseur a déclaré alors que les surveillants seraient considérés comme grévistes. Devant la protestation des jeunes, il a reculé.

Le mercredi, même chose avec le personnel enseignant et le personnel d’entretien. Il a de la suite dans les idées, le bougre ! Un vote à bulletins secrets, portant sur 176 élèves présents, a donné 96 % de favorables à la suite du blocage.

Le blocage s’est poursuivi sans échauffourées, avec la présence, pour la forme, de quelques gendarmes, bien conscients du caractère pacifique de cette opération.

Et voilà que, vendredi 22 octobre, le Proviseur est revenu à la charge ! Un communiqué des enseignants explique :

« Ce matin [vendredi 22 octobre 2010], le blocus filtrant du lycée Guy Môquet-Etienne Lenoir était encore en place, empêchant l’accès aux personnels, à l’exception de l’équipe de direction, des personnels du GRETA  , des candidats aux examens et des personnes résidant sur le site.

Le proviseur a pris la parole sur le parking. Tout en comparant les élèves bloqueurs à des « milices », il a enjoint aux personnels de passer en force. Par ailleurs, l’intendant a évoqué de possibles retenues sur salaire pour ces personnels, alors que depuis le début de la semaine aucun pointage valide ne peut être effectué.

La grande majorité du personnel s’est opposé au passage en force, refusant d’exacerber les tensions ».

Le blocage est levé ce vendredi soir, en raison des vacances scolaires.


Sénat, sur l’emploi des flash-balls :
http://www.youtube.com/watch?v=nvAryuxs2Gc&feature=player_embedded#!