Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > Diverses communes > Pourquoi faire simple quand on peut faire ch...

Pourquoi faire simple quand on peut faire ch...

Ecrit le 13 octobre 2010

Cuisine scolaire : M. l’Inspecteur n’aime ni le son ni le ton

Chaises musicales

A l’Inspection Académique, à Nantes, quand il y a du bruit, on change des pions de place. Voilà l’histoire.

St Vincent des La

A St Vincent [des Landes], il y avait une institutrice en congé de maternité. Elle était remplacée par Mme A. Tout allait bien et les parents étaient contents. D’autant plus qu’un important travail en amont, pendant les vacances, a permis à Mme A d’assurer la continuité des apprentissages et des méthodes de travail.

A Sion [les-MInes], depuis la rentrée de septembre, il manquait une institutrice. Les parents, pas contents, ont fini par se fâcher et prévenir la presse. Ah la la, c’est ce qu’il ne fallait pas faire car M. L’inspecteur d’Académie déteste le bruit.

L’article paru dans Ouest-France samedi 2 octobre a fait écho à Nantes le 4 octobre. Aussitôt, ce matin-là, à 10h30, Mme A, a été priée de se rendre im-mé-dia-te-ment prendre le poste de Sion. Et une remplaçante, Mme B, a été promise pour St Vincent. M. L’Inspecteur d’Académie est réactif !

Peut-être que cela aurait été aussi simple d’envoyer directement Mme B à Sion ?
Les parents de St Vincent, stupéfaits, ont alerté la mairie. Le Conseil Municipal a écrit à M. l’Inspecteur d’Académie le soir même en lui disant que « ce procédé cavalier dénote une gestion légère du personnel ; il a pour nom : déshabiller Pierre pour habiller Paul. Il est en outre significatif du mépris à l’égard des enseignants et du dédain à l’égard de ces élèves de l’Ecole Publique qui verront en 5 mois défiler quatre enseignants. Est-ce là l’égalité des chances tant claironnée par les instances gouvernementales ? ». Ah la la, M. l’Inspecteur d’Académie a répondu qu’il n’aimait pas le ton de cette lettre !

Les parents ont manifesté le 5 octobre et occupé l’école le 7 octobre, fait des banderoles, prévenu la presse. La municipalité a demandé un rendez-vous le 7 octobre à l’Inspecteur d’Académie. Celui-ci a appelé le maire au téléphone. Pour discuter du problème des remplaçants baladés ? Non. Pour lui dire : « la gestion du personnel ne vous regarde pas » et lui faire comprendre qu’il n‘était pas pressé de discuter de ce petit jeu de chaises musicales !

Ironie du sort, cette affaire s’est produite juste le jour du coulage des fondations de la nouvelle école publique que l’Inspecteur d’Académie proposait de classer en « école à favoriser »….

Et le 8 octobre, voyant la détermination des parents et le bruit que faisait cette affaire, M. l’Inspecteur d’Académie a annoncé le retour de Mme A à St Vincent et l’affectation de Mme B à Sion. Enfin une mesure de bon sens. Vendredi prochain, 15 octobre, ce sera la fête à l’école de St Vincent. Et peut-être que les oreilles de M. l’Inspecteur d’Académie siffleront un peu.

Attention, M. l’Inspecteur d’Académie n’aime pas le son ….