Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Chômage, emploi > Crise 2008 à 2015 > Internet, c’est pas moral !

Internet, c’est pas moral !

Ecrit le 20 octobre 2010

 Internet, c’est pas bien !

Nicolas Sarkozy, lors de sa visite au Vatican, le 8 octobre 2010, a annoncé son intention de « réguler Internet pour en corriger les excès et les dérives ». Une déclaration qui s’inscrit dans la suite logique de sa politique sécuritaire.

Parlant d’impératif moral, le chef de l’Etat a évoqué : « l’absence totale de règles, la loi de la jungle, la loi du plus fort, du plus malin, du plus cynique, c’est le contraire de la liberté, de l’égalité, de la fraternité, c’est le contraire de la civilisation. » [Tiens, on croyait qu’il parlait du monde de la finance !]

En janvier 2010, Nicolas Sarkozy parlait déjà de « expérimenter des dispositifs de filtrage ».

« Plus que ’les dérives’ ou ’les excès’, ce qui gêne le plus Nicolas Sarkozy, c’est qu’Internet est devenu un formidable contre-pouvoir », avance Jean-Claude Vitran, responsable du groupe de travail Libertés et Technologies de l’Information et de la Communication à la Ligue des Droits de l’Homme (LDH).

Si un contrôle du net était mis en place, le gouvernement pourrait contrôler un site comme Mediapart qui révèle l’affaire Woerth-Bettencourt. Il pourrait nous empêcher de voir et revoir les déclarations d’un certain Sarkozy Nicolas au sujet de la retraite.
 
Internet est l’un des rares médias que Sarkozy ne peut pas contrôler « Après avoir nommé les directeurs de Radio France et France Télévision, supprimé la publicité, organisé le rachat du Parisien par Dassault, Nicolas Sarkozy cède à la tentation de vouloir maîtriser Internet » analyse Patrick Bloche, député PS.

« Une mutation de l’Internet se prépare », pronostique Aurélien Boch, membre de l’équipe dirigeante de la Ligue Odebi . « Si un jour le réseau devient contrôlé à l’image de la Chine, un nouveau réseau libre émergerait : le Freenet », Un réseau anonyme et décentralisé dans lequel un certain Google vient d’investir 18.000 dollars…"

Question : pourquoi vouloir réguler Internet quand on est incapable de réguler les flux financiers responsables de la crise mondiale ?

 Métro, boulot, caveau

Mais non, mais non ! Car, on vous le dit, le travail c’est la santé. Et le Figaro du 12 octobre n’hésite pas à sortir une étude de trois universitaires allemands ayant étudié un groupe d’hommes partis en pré-retraite à 55 ans au lieu de 58 pour les hommes, et à 50 ans au lieu de 55 pour les femmes.

Leur conclusion : pour les hommes, partir à la retraite un an plus tôt augmente de 13,4% les chances de mourir avant 67 ans Pour les femmes, en revanche, un départ à la retraite anticipé n’a aucun effet sur l’âge du décès. Et le Figaro conclut : « Partir plus tôt à la retraite peut nuire à la santé » ! De là à conclure qu’il faut partir plus tard …

Le Figaro aurait pu s’interroger sur les conditions brutales de licenciement à 55 ans ! On l’a bien vu à Châteaubriant lors des licenciements chez Huard, Focast ou Provost : les évictions prématurées sont cause de déstabilisation, de dépression. Ce n’est pas le fait de « partir » en retraite, c’est le fait d’être « jeté » ! Un licenciement prématuré, c’est comme une rupture sentimentale : ça fait des dégâts. Cela figurait dans le rapport sorti par le Figaro, mais le Figaro ne l’avait pas lu...

Des ministres privés de smartpĥone