Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Enseignement, formation > d. Lycées > Grèves : avis de grand frais au lycée, 1700 € à la poubelle

Grèves : avis de grand frais au lycée, 1700 € à la poubelle

Ecrit le 27 octobre 2010

 A la poubelle ! A la poubelle !

« Avis de grand frais » dit la météo marine quand la mer porte des rainées d’écume, quand les lames sont déferlantes, quand, sur la côte, tous les arbres s’agitent. On n’est pas loin du fort coup de vent.

C’est lundi 25 octobre au lycée Guy Môquet. Les élèves qui bloquaient la grille d’entrée ont levé le camp, il reste les personnels notamment pour le grand ménage. Le cuisinier se rend compte qu’il lui reste une certaine quantité de produits frais : kiwis, bananes, 10 kg de dés de jambon, camembert, crèmes dessert, un cageot de batavia, 20 kg de frites et plus de 2500 yaourts (oui 2500). Date de péremption : 4 novembre. Trop juste pour les donner aux élèves le 4 novembre lors de la rentrée. Qu’en faire ? Des associations caritatives auraient été heureuses d’en profiter : elles les auraient distribués dès le lendemain. Mais non, mais non ! A la poubelle, a dit le directeur !

Les agents, en le racontant, en avaient encore la chair de poule ! Certains en ont pleuré, dans les frigos, de voir ce gâchis. Coût : 1700 euros environ ! Bravo !

Les jours de ménage les agents de service apportent leur gamelle pour manger le midi. Ils n’ont même pas eu le droit de prendre un de ces fruits qu’ils jetaient !

Avis de grand frais, on n’est pas loin de la tempête. Quelle bonne ambiance pour tenir encore 8 mois au lycée. Et vous les élèves, numérotez vos abattis !

Suite de la grève : don des lycéens au resto du cœur


Ecrit le 17 novembre 2010

 Mathieu Orphelin

Et ça continue ! Les parents d’élèves de l’école primaire de la Sablonnaie à Nort-sur-Erde sont mobilisés depuis plus d’une semaine, en raison du remplacement assez soudain d’un professeur remplaçant par un professeur stagiaire pour enseigner dans une classe de CP.

Pour Matthieu Orphelin, élu régional Europe Ecologie, « il s’agit là d’un « cas d’école » des conséquences de la politique appliquée par le gouvernement. Encore 16 000 postes en moins dans l’éducation nationale pour cette rentrée ! Ce sont principalement des postes de remplaçants qui sont supprimés et remplacés par des jeunes professeurs stagiaires qui n’ont pas encore été formés à la pratique devant les élèves. Comme si l’on pouvait enseigner sereinement dans ces conditions ! »


Ecrit le 6 juillet 2011

Au lycée Guy Môquet, le Conseil d’administration du 28 juin 2011 n’a pas eu lieu, faute de participants : parents et enseignants protestent contre le fait de n’avoir pas encore obtenu les compte-rendus des trois dernières réunions. Ambiance ! Prochaine réunion : 6 juillet.