Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Chômage, emploi > Crise 2008 à 2015 > Faut pas croire : tout va bien !

Faut pas croire : tout va bien !

Ecrit le 10 novembre 2010

La Société Générale dépasse les attentes. Malgré l’affaire Kerviel, l’objectif d’un bénéfice net annuel de 3 milliards d’euros, fixé en début d’année, est d’ores et déjà dépassé sur les trois premiers trimestres de 2010, avec un profit cumulé de 3,04 milliards. La banque a annoncé qu’elle allait distribuer 40 actions gratuites à chacun de ses 161 000 salariés pour les associer au plan stratégique. C’est généreux : ce cadeau aux salariés représente 0,73% du capital actuel de la Société Générale.

BMW : le chiffre d’affaires du groupe au troisième trimestre, tiré par la croissance de ses ventes, a crû de 35,6 %, à 15,9 milliards d’euros, pour un bénéfice net multiplié par onze, à 874 millions d’euros.

BNP Paribas a déjà engrangé 6,3 milliards d’euros de bénéfice sur les neuf premiers mois de l’année. Elle s’attend à dépasser son résultat de 2007. Effacée, la crise ?

. Mais en Espagne  : le nombre des chômeurs a progressé de 1,7 % en octobre pour le troisième mois d’affilée, atteignant 4,085 millions, contre 4,017 millions en septembre, selon le ministère du travail.

Mais l’Irlande s’est engagée, le 4 novembre, à procéder à un tour de vis budgétaire de 6 milliards d’euros l’an prochain, dans le cadre d’un plan d’austérité de 15 milliards sur quatre ans, alors que sa capacité à juguler un déficit astronomique n’en finit pas d’alimenter l’anxiété des marchés. Ceux-ci doutent de la capacité du gouvernement à redresser la barre, alors même que le déficit du pays a explosé en raison du coût astronomique du sauvetage … des banques irlandaises.

En France, tout va très bien sans doute puisque Pôle emploi ann0nce la suppression de 1800 postes d’ici la fin 2011, en raison de ses difficultés financières. En effet l’Etat a transféré les personnels de l’AFPA   et la gestion de l’allocation spécifique de solidarité, sans transférer les fonds correspondants (soit 147 millions d’euros !).

Franchise et sécu en baisse

Il ne fait pas bon être malade et sans-le-sou, en France ! On sait que le gouvernement a imposé une franchise de 50 centimes appliquée sur les boîtes de médicaments depuis le 1er janvier 2008 pour inciter les Français à réguler leur consommation de médicaments. Eh bien seuls les patients pauvres ont réduit leur consommation de médicaments, pouvant les contraindre à renoncer à des soins utiles !
(étude de l’IRDES).

Et voici une nouveauté portant sur le calcul des indemnités de la Sécu en cas de maladie (décret n°2010-1305 quasiment passé inaperçu). Jusqu’à maintenant l’indemnité journalière était 1/90 du salaire brut des trois mois précédant l’interruption de travail. Ce qui revenait à calculer l’indemnité sur 360 jours de l’année. Le montant de l’indemnité sera dorénavant calculé sur 365 jours. Soit une baisse de 1.4 %. Pour quelqu’un qui touchait dans les 1500 euros bruts, la perte mensuelle sera de 20 euros. Pas de quoi en faire une maladie...

… Quoique. Faut-il rappeler qu’en 2008, près de 9 millions de Français se sont privés de soins par manque d’argent ? Non seulement l’Etat économisera entre 70 et 100 millions d’euros (*) sur le dos des malades, mais en plus, ceux-ci rechigneront à consulter en cas de nouvelle affection : et hop, il n’y a pas de petites économies ! Il n ‘y a que le bouclier fiscal auquel on ne touche pas !

Remaniement ministériel : tout ça pour ça ! http://www.lexpress.fr/actualite/politique/remaniement-le-bal-des-vampires_936205.html