Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Commerce-artisanat > Commerce à Châteaubriant : situation 2010

Commerce à Châteaubriant : situation 2010

Ecrit le 3 novembre 2010

 Réunion de la Chambre de Commerce à Châteaubriant

Une réunion de la Chambre de Commerce à Châteaubriant : manifestement cela attire du monde : une centaine de personnes à l’invitation du « Conseil Territorial » L’exposé liminaire a mis en évidence l’importance du commerce et de l’industrie dans le Pays de Châteaubriant   : 1550 établissements, 10 800 emplois salariés en 2007, en progression de 11 % depuis 1999). Hélas la crise financière est passée par là ….

Des enjeux ? Le tram-train annoncé pour 2013, les contournements de Treffieux et Châteaubriant, l’extension des parcs d’activité de l’Oseraye à Puceul. Et peut-être un jour la zone d’intérêt départemental portée par le Conseil Général …

Plus important encore pour le Pays de Châteaubriant   :
– La mise en réseau des acteurs économiques pour densifier les pôles de Châteaubriant, Nozay, Derval
– Le futur SCOT   (schéma de cohérence territoriale) qui devra définir les équilibres économiques.

Les délégués territoriaux ont souligné deux nécessités :
– Renforcer la professionnalisation des commerces
– Dynamiser le commerce itinérant (commerçants de marché)

Ils ont regretté le manque de lisibilité des actions des trois Com’Com’   du Pays, et notamment de la Com’Com’   du Castelbriantais. Ils ont expliqué que 16 « Chartes d’orientation commerciale » sont lancées sur 23 Com’Com’   de Loire-Atlantique, pour « réfléchir à un développement équilibré du territoire ». Nozay et Derval en ont compris l’importance. Châteaubriant n’en voulait pas mais il semble que son maire, peut-être, éventuellement, accepterait ...

Comment travailler ensemble ? L’exemple a été donné par M. Alexandre de Nozay où une réflexion a été menée autour des atouts du commerce de cette petite ville, « avec la volonté de montrer que nous existons et d’inciter les gens à consommer sur place ». Un journal est réalisé quatre fois par an, avec des infos pratiques, annonce des actions, espace de publicité pour la quarantaine d’adhérents. Dix-sept commerçants-artisans sont entrés dans une démarche de qualité.

M. Fatin de Châteaubriant a montré que le comportement de la clientèle a changé, qu’il y a moins d’évasion commerciale.

JPEG - 94.3 ko
Commerce - dessin de E
06 23 789 305

Pascal Bioret est intervenu pour regretter que le centre-ville, où les difficultés de livraison sont récurrentes, soit envahi par des banquiers et des assureurs. « Avec l’arrivée prochaine du tram-train, il faudra penser à créer des commerces attractifs autour de la gare : pain, alimentation, pressing, halte-garderie ou crèche etc, cela entraînera des évolutions du commerce en ville »

Bruno Gorrée a surtout parlé de la compétitivité des entreprises : ouverture sur de nouveaux marchés, promotion des savoir-faire, recherche de partenaires de proximité. Didier Elin a mis l’accent sur le développement de l’export, sur la nécessité des activités de recherche & développement, sur la nécessité de travailler ensemble (exemple du cluster Apportech) et sur les opportunités offertes par les VIE (volontaires internationaux export) financés presque à 100 % par la région Pays de Loire.

 De multiples idées

De multiples idées ont été abordées :
– Une signalétique homogène sur le territoire
– Un renforcement des échanges entre la CCI, l’ADIC et les associations de commerçants
– Des actions pour que les salariés « se plaisent chez nous et aient envie d’y rester »
– Une charte du bon accueil des jeunes en stage.

Une grande absente ce soir-là : l’association ACTION (Châteaubriant) qu’on n’a guère entendue. Il semble que l’association se cherche. De jeunes commerçants veulent faire bouger les choses pour lutter contre l’atonie du centre-ville.

 Site pollué

A propos, le site internet de l’association est totalement pollué : on n’accède pas à la liste des commerçants mais à des vidéos de YouTube : les Gars des Landelles, des photos de plongée, 300 vues de la braderie de Lille en 2009 et 1728 vues de la braderie glanerbug. Il y aurait sans doute moyen d’arranger ça !