Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Chômage, emploi > Crise 2008 à 2015 > La crise économique expliquée par les ânes

La crise économique expliquée par les ânes

Ecrit le 22 décembre 2010

Voici l’explication de la « crise » donnée par un expert financier
Sachant de quoi il parle et trouvant les mots pour le dire …
(à la demande de la Scop “Le Pavé”) :

Un homme d’affaire arriva dans un village et offrit à ses habitants de leur acheter leurs ânes à 1000 euros pièce. Une grande partie de la population lui vendit ses animaux.

Le lendemain, l’homme revint et offrit 1500 euros pour chaque âne que l’on voulut bien lui vendre. Le surlendemain, il paya 3000 euros et acheta ainsi tous les ânes que l’on put trouver dans la région. Voyant qu’il n’y avait plus d’âne à acheter, il indiqua qu’il reviendrait la semaine suivante, et offrirait 5000 euros par âne.

En même temps l’homme paya le garde-champêtre, pour aller de maison en maison, expliquer aux villageois que, en faisant des affaires, ils pourraient vivre mieux et laisser du bien en héritage à leurs enfants. Il fit même installer dans les maisons des étranges lucarnes véhiculant le même message : investissez, osez prendre des risques, le bonheur sera au bout de vos efforts. Le message fit de l’effet rapidement.

JPEG - 61.4 ko
dessin de Eliby - 06 23 789 305

Un jour enfin, l’homme envoya son assistant au village avec les ânes qu’il y avait achetés. Celui-ci vendit les ânes au prix de 4000 euros pièce, aux villageois tout contents de l’argent qu’ils allaient gagner si facilement et qui ne manquerait pas de leur apporter le bonheur promis. Et ceux qui n’avaient pas les sommes nécessaires furent incités à aller les emprunter.

Bien entendu, ni l’homme d’affaire ni son assistant ne remirent jamais les pieds dans le village. Les lampions de la fête espérée s’éteignirent l’un après l’autre.

Résultat : le village se retrouva plein d’ânes et couvert de dettes.

Voyons ce qui s’est passé ensuite : ceux qui avaient emprunté l’argent ne pouvaient le rembourser. Ceux qui avaient prêté de l’argent allèrent se plaindre auprès du conseil municipal disant que, s’ils n’étaient pas remboursés, ils seraient ruinés, qu’ils ne pourraient donc pas continuer à prêter et qu’ainsi tout le peuple serait ruiné, et que le bonheur serait définitivement compromis.

Afin d’éviter la catastrophe, le maire décida d’intervenir. Mais au lieu de donner de l’argent aux villageois pour qu’ils puissent payer leurs dettes, il le donna aux prêteurs eux-mêmes. Une fois remis à flot, ceux-ci décidèrent de ne pas annuler leur dette et continuèrent d’en poursuivre, autant que possible, le recouvrement, avec intérêts.

JPEG - 96.5 ko
Dessin de Moon 06 87 32 77 47

En conclusion : le maire dilapida le budget municipal et la commune se retrouva également endettée. Le :maire demanda alors l’aide d’autres communes qui la lui refusèrent, considérant que son niveau d’endettement ne lui permettrait pas de les rembourser. Les prêteurs se retrouvèrent convenablement renfloués et à la tête de nombreuses créances leur permettant de saisir des ânes dévalués dont le prix de vente n’en couvrait pas la totalité et continuèrent longtemps de percevoir remboursements et intérêts. La population du village se retrouva sans âne et endettée à vie dans une commune ruinée.

Au final : L’homme d’affaire envoya un autre assistant offrir son aide, et un prêt, au conseil municipal afin de sauver le village et les villageois, en fixant ses conditions : que la commune réduise ses dépenses et lui verse des intérêts très élevés.

Le maire expliqua alors aux villageois que tout était de leur faute, que le moment était venu pour eux de faire de nouveaux efforts. Il augmenta les taxes, supprima des emplois, cassa les services publics .... Et le peuple s’appauvrit encore et resta endetté pendant plusieurs générations, sans même imaginer qu’il aurait pu se rebeller et mettre en place un autre système économique.

Allez, passez un Joyeux Noêl

(auteur anonyme)


Ecrit le 21 décembre 2010

 Infos sociales

SMIC sans plus

Le smic horaire brut sera de 9 euros au 1er janvier 2011, soit une augmentation de 1.6%. C’est ce qu’a annoncé le ministre du Travail, Xavier Bertrand, lors de la réunion de la Commission Nationale de la Négociation Collective (CNNC). L’éventuel « coup de pouce » n’a donc pas eu lieu et seuls les critères légaux ont été appliqués. Le ministre a justifié sa décision en indiquant qu’une hausse plus importante risquait « de compromettre la compétitivité de notre économie et donc la reprise de l’emploi ».

Le smic mensuel brut s’élèvera donc à 1 365 euros dès le 1er janvier prochain. L’augmentation représente 0,56 € nets par jour . Il y a 3 millions de salariés payés au Smic en France

 A vos mouchoirs !

Le salaire moyen des patrons du CAC 40 a baissé de 20 % pour atteindre 3 millions d’euros en 2009, soit 230.769 € par mois, sur treize mois. Un grand patron gagne donc 190 fois le SMIC, mais plutôt moins qu’un bon joueur de foot qui évolue en Ligue 1.

 Jean-Pierre Jouyet

Le patron de l’Autorité des marchés financiers (AMF), Jean-Pierre Jouyet, pourra donner des leçons aux patrons qu’il doit surveiller. Il vient de mettre en œuvre, comme il l’avait promis, une réduction de son salaire d’environ 35 %. Celui-ci tombera à 150 00 euros par an. L’ancien ministre continuera néanmoins de toucher en plus son traitement de très haut fonctionnaire de 85 000 euros brut par an

 Assurances

De 3,5 à 8 % au 1er janvier 2011 : les tarifs d’assurance vont subir une importante augmentation pour l’habitation et la voiture. Mais ne parlez pas de hausse : il s’agit juste d’un « réajustement » !

 Mutuelles

Le prix des mutuelles et des complémentaires santé vont connaître une hausse d’environ 10% dès janvier. Depuis plusieurs années, les mutuelles subissent un nombre croissant de taxations et autres efforts dans le but de combler le déficit de la Sécurité sociale. Elles vont répercuter ces efforts sur les cotisations des assurés.

 Le fioul domestique

Selon la Direction Générale de l’énergie et du Climat (dépendant du ministère du développement durable), le prix du fioul domestique ne cesse d’augmenter. Le tarif pour 1000 litres :
– 662,70 € en moyenne en janvier 2010
– 741,40 € en moyenne en nov. 2010
soit une hausse de 11.9 % en onze mois.

 Electricité - tarif social

Une hausse en août dernier, une autre prévue en janvier prochain : le tarif normal de l’électricité ne cesse d’augmenter. Mais pour les foyers les plus modestes, le gouvernement a décidé de faire un petit geste : le tarif social va être abaissé à partir du 1er janvier prochain.

625 000 foyers en bénéficient en France, soit trois fois moins que ce qu’on pourrait attendre : des familles y ont droit mais ne le demandent pas. EDF propose, sur son site internet, un guide pour aider ses clients en situation de précarité. Il s’agit de personnes dont le quotient social du foyer est inférieur ou égal à 620,58 € par mois pour une personne seule. Renseignements par numéro vert (gratuit) au 0800 333 123

Les mots de la finance : http://www.lemonde.fr/economie/article/2011/10/03/les-mots-de-la-finance_1580330_3234.html