Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances - décembre 2010 (2)

Mée-disances - décembre 2010 (2)

Ecrit le 15 décembre 2010

 Piètres résultats

Alors que la France décroche à peine la moyenne au PISA, le Programme international pour le suivi des acquis des élèves, les réactions des acteurs de l’école ont ponctué la journée de mardi 7 décembre.

Seul le ministère semble rester campé sur ses réformes en cours au lendemain de ce classement, qui fait de l’école française l’une des plus inégalitaire des pays développés et montre qu’elle laisse sur le bord du chemin un élève sur cinq, en mathématiques comme en maîtrise de la langue.

Pour toute réponse, le ministre Luc Chatel propose de développer un « plan sciences » qui visera « à faire en sorte que tout au long de leur scolarité, les élèves soient davantage inspirés par les sciences et aient plus de possibilités de s’engager dans ces filières ». Ce plan palliera-t-il les très graves lacunes de 20% des élèves qui, arrivés en fin de collège, voire en début de lycée professionnel, maîtrisent trop peu les maths pour faire autre chose qu’appliquer des formules, et trop peu la lecture pour comprendre un texte ?

L’étude de l’OCDE souligne l’incapacité du système éducatif français à réduire les inégalités de naissance. « Le système fonctionne bien pour les élèves les plus favorisés et écarte les élèves en difficulté de manière extrêmement forte », regrette le secrétaire général de l’UNSA-Education. Et la FSU, première fédération, de préciser que « si l’on veut que l’écart ne se creuse pas davantage, il faut rompre avec la politique actuelle de ghettoïsation et de ségrégation sociale et scolaire ».

Aucun bilan global de la libéralisation du choix des collèges et lycées n’a été publié depuis 2007 par le ministère de l’éducation, mais tous les travaux de chercheurs et les enquêtes des proviseurs montrent qu’on construit peu à peu un système à deux vitesses avec des établissements en grande difficulté qui n’accueillent que les élèves qui ne peuvent les fuir.

 Ange gardien

Forumactif.com du 02/12 : Le sénateur Carle est un récidiviste. Déjà illustré avec une loi imposant aux maires de financer la scolarité des élèves de leur commune que leurs parents choisissent d’inscrire dans une école privée hors commune, Iil poursuit son travail de sape de l’École publique en faisant adopter par le Sénat une rallonge budgétaire de 4 millions d’euros en faveur de l’enseignement privé. Cerise sur le gâteau, cette manne est puisée sur des crédits prévus pour l’École publique.

Au moment où l’on contraint l’École de la République à des sacrifices destructeurs, cette démarche est indécente et injuste. D’autant plus qu’une nouvelle fois, dans le budget 2011, le privé ne supporte que 10 % des suppressions d’emplois alors qu’il représente 17 % des effectifs scolarisés. Mais cela ne suffit pas au sénateur Carle qui souhaite, sans vergogne, « compenser » les suppressions prévues en faisant voter cette obole de 4 millions.
Pour le CNAL (comité National d’Action Laïque), cette nouvelle offrande est une provocation inacceptable. Il appelle les parlementaires à soutenir sans ambages l’École de la République en rétablissant les crédits qui lui étaient alloués.

 Bettencourt / Woerth ?

La réconciliation entre Liliane Bettencourt et sa fille va mettre un terme à bon nombre des procédures lancées dans cette affaire tentaculaire. […] Ne restent quasiment que les volets susceptibles d’inquiéter l’ancien ministre Woerth.. […]

Lors de son entretien télévisé du 16 novembre, le chef de l’Etat avait justifié le départ du gouvernement de son ministre du Travail à l’occasion du remaniement par la nécessité, pour la nouvelle équipe gouvernementale, de ne pas avoir « à gérer les rendez-vous judiciaires inévitables dans la situation qui est la sienne. » Ce à quoi l’intéressé avait répondu, le 24 novembre, qu’il n’avait « pas d’aigreur ». […]

De plus, Eric Woerth est soupçonné de favoritisme dans l’affaire de l’hippodrome de Compiègne : l’ancien ministre, qui est aussi le maire de Chantilly, aurait bradé en mars 2010 pour 2,5 millions d’euros une parcelle de la forêt de Compiègne comportant un golf et un hippodrome, lorsqu’il était ministre du Budget. Les journalistes n’auraient probablement pas mis leur nez dans le passé d’Eric Woerth si son nom n’était pas apparu dans les enregistrements du maître d’hôtel de l’héritière de L’Oréal. 

Victime : « A cause des intempéries, le dossier n’a pas pu être acheminé à Bordeaux. Il devrait être envoyé en tout début de semaine prochaine ». dit le procureur de Versailles.

Ndlr : quel sort sera réservé à toutes ces enquêtes ? Ira-t-on vers un étouffement de l’ensemble des affaires ?

 Arrestation arbitraire

Nouvelobs.com du 09/12 : Les déplacements du président de la République sont très bien organisés. La commune de Mayet-de-Montagne compte moins de 2.000 habitants et, ce 25 novembre, quelque 400 policiers et gendarmes, ainsi qu’une quinzaine de manifestants venus protester contre la visite présidentielle et la réforme de retraites. Frédéric Le Marrec n’a pas pu les rejoindre, prié d’accompagner les gendarmes qui l’attendaient à la sortie de son travail, à 9h30, au moment où il s’apprêtait à retrouver ses camarades pour manifester. Les gendarmes l’ont interrogé au sujet d’un collage d’affiches, pendant moins d’une heure. Une fois le sujet réglé, le syndicaliste se préparait à s’en aller lorsqu’un gendarme lui a glissé : « On vous déconseille de partir ». « Le préfet vous en veut ». Afin d’éviter que la situation ne s’aggrave, F. Le Marrec est resté. Il n’a quitté la gendarmerie que 5 heures plus tard, juste après le départ de Sarkozy. […]

Le syndicaliste a porté plainte contre X pour « arrestation arbitraire ». Le commissariat de Vichy dément de son côté avoir enregistré cette plainte.

Ndlr : et en plus, ça se passe à Vichy !

 Patron trop social

Claude Goudron est un patron proche de ses salariés. Alors, quand l’un ou l’autre a un souci financier, il n’hésite pas à mettre la main à la poche, mais « seulement dans les cas exceptionnels, qui sont malheureusement plus nombreux depuis le début de la crise » […] Ces trois dernières années, il a prêté, sans intérêts, des sommes comprises entre 200 et 3 000 euros à sept de ses vingt-trois salariés, en échelonnant les remboursements sur plusieurs mois en fonction des capacités de chacun. […]
Ces gestes, il les pratique depuis trente ans, sans que l’Urssaf y ait jamais rien trouvé à redire. Mais, en juillet, un inspecteur du recouvrement s’est présenté. « L’absence d’un intérêt d’emprunt est un avantage bénéficiant au salarié, a-t-il constaté dans sa lettre d’observations. Il convient donc de réintégrer dans l’assiette de cotisations les intérêts des prêts accordés à vos salariés ». Soit 2 596 euros de charges sociales pour l’ensemble des prêts consentis (soit 10 200 euros sur 3 ans). Ce vérificateur zélé n’a pas oublié d’appliquer une pénalité à ce chef d’entreprise à la fibre trop sociale... […]

Mais...avec une grossière erreur dans le calcul des intérêts, sur un taux annuel et non pas mensuel. « Le résultat est délirant : L’Urssaf a évalué à 5 152 euros le montant des intérêts ! Pour le seul prêt de 3 000 euros, les intérêts sont de 3 410 euros, soit un taux de 68 % par an. C’est dix fois le seuil fixé par la loi ! ». Claude Goudron a, contesté le redressement. « Les éléments que vous avancez ne me permettent pas de revenir sur ma décision, et je me vois dans l’obligation de maintenir ma position », lui a répondu l’inspecteur du recouvrement en évoquant la possibilité de saisir la Commission de recours amiable. Son dossier doit être examiné début 2011. Le 8 octobre, il a néanmoins reçu une mise en demeure de payer... avec une majoration de 270 euros pour pénalité de retard.

Ndlr : il y a des coups de pied à l’UBU-RSSAF qui se perdent !

(sélection faite par R.Le Gall)


Ecrit le 22 décembre 2010

 Jugement disproportionné

Du Canard enchaîné du 15/12 : les sept flics condamnés à de la prison ferme ont, en réalité, bénéficié d’une bonne manière de la justice. Après s’être acharnés sur lui, ils avaient faussement accusé un automobiliste d’avoir renversé l’un d’entre eux, falsifiant le procès verbal au risque d’expédier le malheureux derrière les barreaux pour 15 ans…Le Code pénal appelle cela « faux en écriture publique, violences volontaires aggravées ».

Un « crime » qui relève de la cour d’assises. Or c’est devant un tribunal correctionnel que les poulets menteurs ont été traduits, par la seule volonté du parquet et avec l’accord tacite du tribunal, qui pouvait, à tout instant, se déclarer « incompétent » et renvoyer tout ce petit monde aux assises.

La justice est décidément trop laxiste, même si « les policiers doivent être irréprochables ».

 Produits laitiers

La Tribune.fr du 16/12 : La Federal Trade Commission (FTC) oblige Danone à arrêter d’indiquer qu’Activia et d’autres produits laitiers de la marque française aident à prévenir les rhumes et à apaiser les problèmes digestifs.

Dannon, la filiale américaine du géant français de l’agroalimentaire Danone, a accepté un règlement à l’amiable aux Etats-Unis pour mettre fin à plusieurs enquêtes ouvertes à la suite d’accusations de publicité mensongère sur les bienfaits pour la santé de son yaourt Activia et de ses boissons lactées DanActive et Actimel. Dannon, versera 21 millions de dollars pour faire cesser ces poursuites.

Toute allégation santé ne lui est toutefois pas interdite. La FTC « autorise Dannon à continuer à promouvoir les bienfaits généraux de ses produits, à savoir qu’Activia aide à réguler le système digestif et que DanActive stimule le système immunitaire » selon un communiqué du groupe.

Ndlr : nous voilà rassurés !

 Quand l’adultère mène au licenciement

Lexpress.fr du 16/12 : la Cour Européenne des droits de l’homme a confirmé le renvoi de Michael Obst, un cadre de l’Eglise mormone en Allemagne, pour avoir trompé sa femme. Elle a estimé qu’un employeur dont l’éthique est fondée sur la religion ou une croyance philosophique peut imposer à ses employés des obligations de loyauté spécifiques. 

L’affaire démarre en 1993 : l’homme, qui travaille dans l’organisation depuis 1980, confesse que son mariage bat de l’aile et qu’il a rompu ses vœux de fidélité, l’un des principes fondamentaux chez les mormons. Cinq jours plus tard, il est licencié sans ménagement. Aucune faute professionnelle à l’horizon mais son contrat de travail prévoit qu’il « s’engage à s’abstenir de fumer, de boire de l’alcool ou du café en grains ou de consommer des stupéfiants dans les locaux de l’Eglise et à proximité de ceux-ci, ainsi que lors des déplacements ou événements professionnels. En cas de manquement grave, l’employeur peut prononcer un licenciement sans préavis ». 

Après plusieurs années de procédures, la Cour Européenne des droits de l’homme a estimé que le licenciement était nécessaire pour la préservation de la crédibilité de l’Église mormone, son poste de directeur des relations publiques pour l’Europe étant incompatible avec son comportement.

 Première Dame « utile »

20minutes.fr du 16/12 : En marge du traditionnel arbre de Noël de l’Elysée, l’épouse du chef de l’Etat, Carla Bruni-Sarkozy a expliqué qu’elle souhaitait se « sentir utile », via sa fondation. « J’ai envie d’en faire plus, de faire connaître le travail de ceux qui œuvrent tous les jours pour la fondation ou les programmes humanitaires auxquels je suis associée  », a-t-elle indiqué.

[…] « C’est bien de donner un sens à cette fonction de première dame. (...) On a un rôle, une influence, une puissance de tir qu’on doit mettre au service des gens. (...) A la fin du mandat de mon mari, j’aimerais qu’on dise que j’ai fait des choses utiles et pas seulement de la représentation ou de l’accompagnement ».

Ndlr : on peut lui suggérer les pièces jaunes avec un jeune judoka oublié !

 Sapin de Noël

Leparisien.fr du 15/12 : à Abou Dhabi, dans les Emirats, l’un des palaces de la ville a édifié pour ses clients l’arbre de Noël « le plus cher du monde », avec des décorations exceptionnelles, pour une valeur de onze millions de dollars. […] L’arbre coûte environ 10.000 dollars mais les bijoux plus de onze millions.

Selon le patron du palace, l’arbre restera en place jusqu’à la fin de l’année. Il ne pense pas qu’il puisse offenser la population musulmane locale : « C’est un pays très libéral ».
Pédophilie

Nouvelobs.com du 11/12 : La commission irlandaise chargée d’une enquête sur des abus sexuels a « offensé beaucoup de gens au Vatican » car les demandes irlandaises n’avaient pas respecté les procédures officielles, selon une note diplomatique américaine révélée par WikiLeaks.

Ndlr : espérons que l’enquête n’aura pas « beaucoup » offensé les victimes !

 Au bord du gouffre

Le Canard enchaîné du 15/12 : « les contribuables locaux que nous sommes ne peuvent payer seuls les surcouts d’une politique nationale. A force de nous transférer des charges sans avoir en face les recettes, il arrive un moment où le budget ne passe plus ! ». Le secrétaire général de l’Assemblée des départements de France et sénateur UMP Bruno Sido a tenu un discours d’opposition quasi révolutionnaire, le 9 décembre, lors de la session budgétaire du conseil général de Haute-Marne qu’il préside.

Un exemple : les dépenses de l’allocation personnalisée d’autonomie sont passées dans son département de 9 millions d’euros en 2002 à 21 millions en 2010…. Plus généralement, la différence entre les sommes dépensées par son conseil général et les recettes versées par l’Etat atteignent aujourd’hui 64 millions !

Et c’est un élu UMP qui le dit .

 Marine est là !

NouvelObs.com du 17/12 : Le président du Front national, Jean-Marie Le Pen, a ironisé, vendredi 17 décembre, sur sa satisfaction de voir que sa « filiation » était « confirmée », après le tollé suscité par les propos de sa fille, Marine Le Pen, qui a fait un parallèle entre les prières dans la rue et l’Occupation.

Interrogé, en marge d’une conférence de presse, sur les commentaires se multipliant sur une ressemblance « père-fille », Jean-Marie Le Pen a répondu : « Ca, c’est vrai, je dois dire que j’en suis plutôt satisfait ». […]

A 82 ans, Jean-Marie Le Pen passera la main lors du congrès du parti les 15 et 16 janvier, à Tours, à l’un des deux candidats qui remportera le vote des adhérents : Marine Le Pen ou Bruno Gollnisch.
 
Ndlr : il y a des gènes qui ne gênent pas !

 Paradis

Lemonde.fr du 12/12 : à St Barthélémy, territoire français à 230 km de la Guadeloupe, on recrute des chefs de rang, des pâtissiers, des lingères, des techniciens, des femmes de ménage, des cuisinières, des serveurs, des nounous… Bref, du personnel venu d’Europe pour servir les 8500 habitants de l’île, particulièrement les milliardaires qui viennent du monde entier. Y compris de France.