Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Conseil Municipal Châteaubriant > Conseil Municipal 15 mars 2008- 15 mars 2014 > CM 2010 > Conseil Municipal du 14 décembre 2010

Conseil Municipal du 14 décembre 2010

Ecrit le 22 décembre 2010

 Ce n’est pas la question !

Dernier Conseil Municipal de l’année à Châteaubriant, ce 14 décembre 2010. Dès l’entrée Bernard Gaudin rappelle que, « non non, nous n’avons jamais été informés des projets d’aménagement de l’immeuble Bordage  » contrairement à ce qu’affirmait le maire au conseil précédent. De même que, dans la suite de la séance, il sera demandé aux élus de ce prononcer sur l’inventaire des zones humides … sans avoir vu cet inventaire !

B. Gaudin demande aussi à avoir l’une des deux places de titulaire au Conseil d’Administration du Lycée Môquet/Lenoir. « Mme Bigot ou M. Machard sont-ils prêts à nous laisser leur place ? ». Pas de réponse.

Office de Tourisme   : comme il en a été décidé lors de la réunion du 12 octobre de la Com’Com’   du Castelbriantais, l’Office de Tourisme   de Châteaubriant deviendra Office de Tourisme   intercommunal. Denis Prodhomme intervient : « les missions confiées à cet office de tourisme   chevauchent en partie celles de l’ADT  , association pour le développement du Tourisme  . En avez-vous parlé à l’ADT   ? » - Réponse : non. D.Prodhomme continue : « Cette reprise en mains nous inquiète. Y a-t-il un risque de voir disparaître l’ADT   ? Pouvez-vous nous garantir que l’ADT   ne disparaîtra pas ? »- Réponse : ni oui ni non, juste une phrase : « Ce n’est pas le sujet à l’ordre du jour » . B. Gaudin insiste : « Nous sommes là pour exprimer les inquiétudes qui se manifestent » . Allons, passons à autre chose.

JPEG - 114.7 ko
Remparts
à Châteaubriant

Immeubles rue du Château : la ville a déjà acheté et démoli deux maisons au pied des remparts du château : elle a acheté deux autres maisons, et poursuit ses acquisitions en achetant les immeubles des 9 et 11 rue du château. « Nous arrivons à 770 000 € d’achats d’immeubles dans cette rue du château » commente l’opposition, « sans compter les frais de démolition. La municipalité s’aventure dans une telle opération immobilière pour un projet qui n’est même pas défini ». Réponse : aucune sur le projet, « on vous demande seulement de voter sur l’acquisition de ces deux maisons ». L’opposition vote contre.

Ndlr
Ndlr : dégager les remparts du château, c’est une bonne idée pour l’esthétique de la ville. Mais l’esthétique ne fait pas tout. Au pied du château il n’y aura pas la mer, comme à St Malo, ni une belle place comme à Vannes. La rue du château est quasiment vide de commerces et il faudra une politique commerciale et des animations très soutenues pour attirer durablement du public dans cette rue. Tout ceci mérite d’être réfléchi dans une large concertation incluant le Conseil Général propriétaire du château. On n’en prend pas le chemin.

Vente d’un terrain  : Un habitant dispose d’un terrain enclavé, à proximité du parking Pasteur. La ville accepte de lui laisser créer un accès sur le parking, à condition qu’il réalise lui-même la passerelle nécessaire sur le Rollard et deux places de stationnement.

Occupation du domaine public : dans la perspective d’aménagement de la Place de la Motte, la mairie annonce l’institution d’une charte d’occupation pour les terrasses, jardinières, paravents, garde-corps, etc. « pour assurer un équilibre entre animation commerciale, respect du piéton et harmonisation du paysage urbain », pour renforcer le dynamisme commercial et améliorer la qualité des espaces publics. En échange les commerçants ne paieront pas de redevance pendant 3 ans.

Le giratoire des dadas : et revoilà le giratoire à construire sur la route de Fercé, au niveau du Bois de la Galissonnière. Le maire dit « c’est pour assurer la sécurité et la fluidité de circulation ». L’opposition exprime son scepticisme (sans rappeler que ce giratoire servira surtout à l’hippodrome). « Aucun comptage n’a été fait sur cette route depuis 2008 » dit B. Gaudin. Coût du rond-point : 168 000 € HT  , hors frais liés aux effacements ou déplacements des réseaux et à la rémunération du maître d’œuvre. L’opposition demande qu’une liste des points dangereux soit faite en ville et que des priorités soient établies

 DOB : débat d’orientation budgétaire

Et voilà le débat d’orientation budgétaire Enfin, débat, c’est son nom mais ce n’est pas une réalité. L’adjoint aux finances fait voltiger les chiffres et répond aux observations de la minorité par des insultes.

JPEG - 38.2 ko
Investissements 2010
à Châteaubriant

Concernant le bilan provisoire de 2010, on note que le budget prévoyait 8,4 M€ (millions d’euros) de dépenses et que, au 24 novembre 2010, seuls 4,9 M€ ont été engagés ou mandatés. De ce fait, la municipalité a différé l’emprunt de 1,5 M€ qui était prévu. Alors bien sûr, l’endettement de la ville diminue, pour la première fois depuis 2003, soit 884 € par habitant au lieu de 1001 € en 2009. Mais pour 2011 un emprunt de 2 M€ est en prévision.

Quelques chiffres (TTC)

- le boulodrome a coûté 371 178 €
- poste de police municipale : 447 168 €
+ parking : 96 050 €
- ensemble ex-Bordage : achat 152 496 € + aménagement 103 500 €
- réfection du stade route de Vitré :
174 380 €
- réseau informatique et téléphone de la mairie : 112 850 €. Il permet de relier facilement (ce qui n’était pas le cas) l’hôtel de ville, les services techniques et le poste de police

 Impôts locaux

La municipalité va baisser de 2,5 % de taux d’imposition de la taxe d’habitation (14,49 % au lieu de 14,86 %) - et le foncier non bâti (37,90 % au lieu de 38,87 %). « Nous aurions préféré une baisse ciblée sur les ménages les plus modestes » a dit l’opposition.

 Projets 2011 ?

La place de la Motte, enfin. Pour un montant de 1 800 000 €.

Pour le reste il y aura poursuite de ce qui est engagé sur l’église de Béré, le réseau de chaleur, la voirie (notamment un plateau surélevé devant le collège Ville aux Roses, et le rond-point des dadas).

Ndlr : rien n’est officiellement prévu pour reloger l’ORPAC   et SOS Femmes  . Mais l’adjoint aux finances a déclaré, en conférence de presse, qu’il pourrait y avoir des aménagements de bâtiments communaux

La surtaxe-eau va passer de 0,17 à 0,20 €uros/m3 soit une hausse de 17,6 %. Mais pour un usager consommant 120 m3/an, cela ne fera guère que 3,60 €/an. C’est minime. Cependant, comme dit B. Gaudin : « en renégociant le contrat d’affermage de l’eau, vous nous aviez annoncé une baisse de 21 %. La hausse de la surtaxe grignote cette baisse : on n’est plus qu’à 11 % ». L’adjoint affirme qu’en 2018 les Castelbriantais paieront l’eau moins cher qu’en 2008. Pari sur 10 ans ? Risqué !

Enfin le bowling coûtera encore 35 000 € à la ville (le remboursement des emprunts, moins les loyers perçus).

Les tarifs publics communaux augmenteront environ de 1,5 %. « Pourquoi augmenter les tarifs municipaux et baisser la taxe d’habitation ? » interroge l’opposition.

Enfin deux contrats sont signés avec les Ateliers de la Mée pour entretien des espaces verts et ruisseaux de la ville, pour 93 558 € HT  .

 Vous n’avez rien dit !

« En commission finances, vous n’avez rien dit sur le document d’orientation budgétaire » assène l‘adjoint aux finances.

L’opposition précise : « Nous recevons environ 10 jours avant les commissions municipales des convocations pour ces commissions mais sans aucun document, nous avons juste l’ordre du jour. En commission, nous sont remis les documents qui seront présentés en conseil. Il est bien évident que nous ne pouvons pas, en un clin d’œil, commenter des pages et des pages de chiffres ! ».

De toutes façons, quoi que fasse l’opposition, elle est en tort : soit parce qu’elle n’a rien dit, soit parce qu’elle a dit quelque chose en commission et qu’on veut l’empêcher de redire la même chose en public. Ah c’est dur, l’absence de démocratie !

BP