Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances - janvier 2011 (1)

Mée-disances - janvier 2011 (1)

Ecrit le 5 janvier 2011

 Merci Copé !

Marianne du 21/12 : Contrairement aux préjugés, il existe une droite qui refuse le tout carcéral et la répression à tout va.[…]. Un premier amendement au projet de loi organique relatif à l’élection des députés prévoyait une peine de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende pour les députés fraudeurs ayant « sciemment » omis de déclarer des éléments de leur patrimoine ou en ayant fait une « évaluation mensongère » à la Commission de transparence financière de la vie politique. […]

Ce à quoi s’opposaient Copé et Jacob qui ont déposé un amendement supprimant cette disposition. Cet amendement a d’abord passé la commission des Lois le 20 décembre mais en séance de nuit, tout s’est compliqué. En effet, jusque dans les rangs de l’UMP, on a refusé un tel laxisme. Jean-Luc Warsmann, président UMP de la Commission des Lois, a même estimé qu’ « On ne peut pas envoyer le message que lorsque quelqu’un fraude délibérément, il ne se passe rien ! ». Face à une telle fronde, Copé et Jacob ont dû retirer leur amendement.

Mais leurs collègues leur ont offert une porte de sortie honorable. Un nouvel amendement du rapporteur UMP Charles de la Verpillère, cosigné par Jacob, a été présenté. Il maintient la peine de 30 000 euros d’amende mais supprime les deux ans de prison. Il a été adopté. La gauche et le Nouveau Centre ont voté contre.

Le député Lionel Tardy, opposé à l’amendement Copé-Jacob, rappelle « l’engagement de François Fillon en septembre 2009 de mettre en place des sanctions pénales contre les fausses déclarations ». Et il fustige l’hypocrisie de la situation : « le commun des mortels peut avoir une peine de prison ferme pour un vol simple mais un député en cas de déclaration sciemment erronée n’a rien » ajoutant qu’« on ne peut pas mettre les députés au-dessus des lois ».

Ndlr : l’amendement passé à la Verpillère !

 Champagne scientifique

Libération.fr du 27/12 : Verser le champagne bien frappé et en douceur dans une coupe inclinée est la meilleure façon de retenir une effervescence optimale et de préserver toute sa saveur, ont déterminé des chercheurs français. […] Ils ont pour la première fois confirmé scientifiquement l’importance de servir le champagne froid, 4 degrés étant la température idéale pour en optimiser le goût. […] La manière de verser le champagne dans la coupe a un effet important sur son niveau de CO2, et de ce fait sur sa qualité.
[…] Verser le champagne en inclinant le verre pour obtenir un flot plus lent permet de préserver jusqu’à deux fois plus de bulles de CO2 qu’en versant tout droit directement dans la coupe.

Ndlr : la science vient de faire un grand bon en avant !

 Le médiateur de l’Elysée

Le Canard du 29/12 : depuis que « Libération » a révélé que Sarkozy avait été l’avocat du laboratoire Servier, le Mediator empoisonne l’Elysée. Le chef de l’Etat redoute une réédition de l’ « affaire du sang contaminé » et que le scandale ne se transforme en « affaire Sarkozy ».

L’embarras présidentiel était perceptible au conseil des ministres du 22 décembre. Selon son porte-parole, Sarko a prôné la « transparence la plus totale » sur ce dossier. Mais il n’a pas eu un mot de compassion pour les victimes ni émis de critique envers le labo Servier et son patron, avec lequel il est lié. Un silence très remarqué.

Devant ses proches, avant ses vacances à Marrakech, Sarko a résumé sa situation personnelle : « j’ai été l’avocat de Servier, a-t-il reconnu, comme je l’ai été pour d’autres clients. Je n’ai rien à me reprocher en ce qui concerne mon travail de conseil (...). et Servier n’a jamais été condamné ».

Pour l’instant.

L’affaire du Médiator : plus grave que celle du sang contaminé : http://jeanmarcelbouguereau.blogs.nouvelobs.com/archive/2011/01/13/l-affaire-du-mediator-plus-grave-que-celle-du-sang-contamine.html

Lire aussi le rapport de MM. Debré et Even : http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2458704&rubId=4076 et http://www.scribd.com/doc/50801924/Rapport-Mediator

 Prime à la casse

Lemonde.fr du 20/12 : Pour la première fois cette année, les recteurs d’académie vont recevoir une prime au mérite, en fonction de « la réalisation des objectifs qui leur seront assignés », selon des textes publiés au Journal officiel. Jusqu’ici, la prime annuelle des trente recteurs, qui sont aussi chanceliers des universités, était de 19 000 euros, un montant fixe.

Depuis novembre, leur prime comporte, à partir de cette année scolaire, deux volets : une part fixe de 15 200 euros, et une « part variable » dont le montant pourra aller jusqu’à 45 % de la part fixe. Au total, un recteur pourra avoir jusqu’à 22 000 euros.

En mai dernier, le ministère avait diffusé aux recteurs une douzaine de pistes — parmi lesquelles notamment l’augmentation du nombre d’élèves par classe.— pour supprimer des postes de 2011 à 2013, dans le cadre de la politique de non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite,

Le ministère de l’Education nationale vient de boucler la répartition par académie des 16.000 nouvelles suppressions de postes d’enseignants prévues au budget 2011.
Après déjà 16.000 postes en moins cette année, 13.500 en 2009 et 11.200 en 2008, à la rentrée prochaine il faudra faire avec 8967 postes de moins en primaire, 4800 en collèges et lycées dans le secondaire et 600 administratifs. Sachant que dans le même temps on attend 8900 nouveaux élèves en primaire et 48.500 dans le secondaire.

Le ministère de l’éducation nationale s’est refusé à tout commentaire.

 Milliardaires radins

L’initiative   « The Giving Pledge » (« La promesse de don ») lancée en juin par le fondateur de Microsoft Bill Gates (54 milliards de dollars) et par le financier Warren Buffett (47 milliards de dollars) ne semble pas faire des émules chez les milliardaires français, observe Libération dans son édition du 27 décembre. Il y a six mois les deux hommes se sont engagés à donner au moins la moitié de leur fortune à des œuvres caritatives et ils tentent depuis de convaincre les autres milliardaires, figurant sur la liste de la revue Forbes, de faire le même don. Interrogés par Libération, rares sont les milliardaires français qui ont accepté de répondre à la question « Seriez-vous prêt à redistribuer la moitié de votre patrimoine, comme Buffett et Gates s’y engagent ? »

Exception notable, Arnaud Mulliez, président d’Auchan France déclare : « A la différence de personnalités comme Warren Buffett, Gérard Mulliez a créé et développé une entreprise et non un fonds de pension ». Marc Ladreit de Lacharrière, fondateur du groupe Fimalac, explique lui qu’« aucun Européen » n’a été contacté par Gates ou Buffett. « Les Américains ne s’intéressent qu’au classement du magazine Forbes qui compte à peine dix Français ».

A l’heure actuelle, le site internet de « The Giving Pledge » dénombre 58 promesses de milliardaires.

 Assurances : Projet enterré

Nouvelobs.com du 21/12 : Guillaume Sarkozy, délégué général du groupe de prévoyance Malakoff Médéric, avait l’ambition de créer avec la Caisse nationale de prévoyance (CNP) une grande société spécialisée dans la retraite complémentaire qui devait voir le jour au 1er janvier 2011.

Le projet a d’abord été suspendu par l’Autorité de contrôle prudentiel, une autorité de régulation sous la tutelle de la Banque de France en raison d’une solidité financière insuffisante. La CNP a ensuite décidé d’enterrer le projet.

Un tract de la CFDT de la Caisse nationale de prévoyance indique : "Suite à la décision du conseil d’administration de la CNP, l’ambitieux projet se retrouve réduit à une équipe d’une vingtaine de personnes chargées de mener un test du marché retraite pendant 18 mois. […] .

Selon les résultats du test sera prise la décision ou non de création début 2013 d’une entreprise joint-venture commune."



Ecrit le 12 janvier 2011

 Mediator

« Le Mediator, ce n’est que trois morts », a affirmé Jacques Servier, 88 ans, en présentant ses voeux, mardi 4 janvier, à ses salariés d’Orléans, rapporte Libération. « 500 est un très beau chiffre marketing, mais il ne s’agit que de 3 morts. Les autres avaient déjà des valvulopathies », a assuré le patron du groupe qui fabriquait le médicament. Il a également qualifié le produit de « médicament mineur mais qui rendait de grands services aux patients ».

D’autre part, Le Figaro s’est procuré un rapport commandité en juillet 2009 par le groupe Servier à un cardiologue de l’hôpital Bichat, à Paris, le professeur Bernard Lung qui conclut à un lien de cause à effet entre la prise de Mediator et les valvulopathies. Le médicament a été retiré du marché le 30 novembre 2009 en raison de ses autres effets secondaires : neuropsychiques, à type de confusion, agitation, hallucinations.

Le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, s’est dit « stupéfait » par les propos de Jacques Servier, réduisant le scandale du Mediator à « trois morts ». Lors d’une conférence de presse sur la médecine de proximité, il a ajouté : « Des études sérieuses ont été menées : avoir pris le Mediator présente des risques importants pour la santé. Les patients qui ont pris le Mediator doivent consulter leur médecin. »

Ndlr : ça n’a pas semblé troubler Servier !

 Les difficultés des professeurs débutants

Lemonde.fr du 07/01 : Si gérer une classe pour la première fois n’a jamais été de tout repos, l’exercice peut devenir périlleux lorsque l’enseignant n’a pas reçu de formation préalable. Voilà les conclusions d’un rapport de la direction des ressources humaines (DGRH) du ministère de l’éducation nationale, publié le 7 janvier par le site Internet Le Café pédagogique.

Ce rapport, établi à partir de réponses à des questionnaires envoyés aux académies, constate ainsi que les professeurs de collège et de lycée débutants rencontrent des « difficultés » depuis la rentrée. Avec la mise en place à cette date de la réforme de la formation des enseignants, les 8 604 professeurs débutants du second degré ont, pour la première fois, quasiment tous commencé à plein temps devant leurs classes, l’année en alternance en institut universitaire de formation des maîtres (IUFM) ayant été supprimée.

« Il ressort des questionnaires que ceux-ci commencent à connaître, en octobre, un état de fatigue. Il leur semble difficile de concilier, dans l’urgence, l’organisation de leurs classes (préparation des cours, gestion de la classe) et leur formation. Les stagiaires estiment manquer de méthodes et du recul nécessaire pour effectuer leur travail et l’apprentissage de leur futur métier », précise le rapport.

Début novembre, le rapport dénombrait soixante-cinq démissions (dont quinze dues à d’autres « opportunités professionnelles »), contre quarante-huit l’année dernière durant la même période chez les professeurs de collège et de lycée.

En primaire, pour les professeurs des écoles (7 159), le bilan de la prise en charge est par contre « globalement positif », juge le rapport. La réforme laissait cette année les débutants aux côtés d’un instituteur expérimenté, avant de les placer devant une classe entière après les vacances de la Toussaint, après la date de l’enquête, donc.

Ndlr : ne pas former les formateurs, en voilà une idée qu’elle est bonne !

 Sécurité aérienne privée

Lepost.fr du 07/01 : le reportage sur la sécurité privée diffusé dans Envoyé Spécial n’a pas vraiment plu   aux agents de sécurité aériens. Dans une séquence portant sur l’efficacité des systèmes de contrôle dans les aéroports, deux journalistes, après avoir disposé plusieurs morceaux d’un pistolet dans deux bagages à main, ont réussi à passer les portiques sans être inquiétés. […]

Autre moment fort du reportage : le témoignage anonyme d’une formatrice d’agents de sécurité, qui explique que les concours sont truqués et qu’on apprend aux candidats les réponses aux questions des tests d’évaluation.

Le même jour, les syndicats de police s’accordaient à dénoncer le criant manque de moyens et de formation des sociétés privées pour assurer au mieux la mission que l’Etat, seul responsable des formations, leur confie.

 Tracteur verbalisé

Leparisen.fr du 07/01 : Le policier parisien, responsable de la verbalisation d’un tracteur à Paris a toutes les chances d’être reçu avec les plus grands égards dans le petit village de Gouzougnat, fort d’une centaine d’habitants. Le maire délégué, heureux de la publicité faite à son village depuis que le tracteur de Patrick Pilat, un de ses administrés, a été verbalisé par erreur à Paris, a décidé de faire du policier à l’origine de la méprise l’invité d’honneur de la fête des 20 et 21 août 2011 au cours de laquelle tout le village sera, comme chaque année, déguisé en Gaulois.

Ces verbalisations s’expliquent par le fait que des automobilistes utilisent de fausses plaques d’immatriculation qui reprennent des numéros de véhicules existants. Ces verbalisations surréalistes se multiplient et font sourire le monde agricole comme dans le Gers où un agriculteur a reçu une amende de 33 € pour avoir mal garé son tracteur à ... Drancy, dans le 93.

 Omerta dans la police

20minutes.fr du 07/01 : Sihem Souid, ex-adjointe de sécurité à la Police aux frontières, devra attendre avant de pouvoir s’explique devant la justice. Son procès pour « violation du secret professionnel », prévu pour le 7/01, a été reporté au 18 mars, a indiqué le tribunal correctionnel de Créteil.

Dans ce livre de 265 pages, « Omerta dans la police » (Ed. Du Cherche-Midi), cette femme a raconté le quotidien de la police aux frontières d’Orly : Racisme à l’encontre des passagers (« Tiens, encore un avion de nègres » ), humiliation lors des contrôles d’immigration (une femme venant de Brazzaville filmée nue dans une cellule), homophobie, silence de la hiérarchie et corruption du grand patron… Un document accusateur.

Elle-même se dit victime de discrimination. « Je suis devenue une traître doublée d’une sale Arabe », confiait-elle à 20minutes.fr à la mi-octobre. Des accusations qui lui ont valu d’être suspendue, avant d’être réintégrée grâce à la Halde. Devant la justice, elle risque un an de prison, 15.000 euros d’amende et une suspension à vie.

 Promesse oubliée

Du Canard enchaîné du 05/01 : Sarkozy a oublié de parler, dans ses vœux télévisés, de sa promesse faite, il n’y a pas longtemps, après l’adoption de sa réforme des retraites, de doubler le nombre des contrats en alternance et autres contrats d’apprentissage. Il disait vouloir les porter à 1,2 million.

On comprend mieux ce silence en lisant, dans le Monde du 01/01, que Nadine Morano a annoncé le plus discrètement possible, la semaine dernière, que, pour tout un tas de bonnes raisons techniques et financières, elle sucrait les aides aux entreprises pour ces contrats destinés aux jeunes : le « zéro charges apprentis » tout comme les primes pour l’embauche d’un apprenti ou pour un contrat de professionnalisation.

Ça tombe bien : selon un sondage, les deux tiers des patrons veulent moins d’apprentis en 2011. En Allemagne, 60 % des entreprises embauchent des apprentis, contre seulement 33 % en France. Chez nous, le taux de chômage des moins de 25 ans est de 24 %, il est de 10 % en Allemagne