Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Femmes, masculin-féminin > Eve, aveugle, battue, violée

Eve, aveugle, battue, violée

Ecrit le 16 mars 2005 :

  Eve : une enfance aveugle et maltraitée

JPEG - 165.5 ko
Eve (et Danie)

Parmi les « cadeaux de rêve » remis par le Rotary-Club le 8 mars 2005, le « synthé » est particulièrement bien venu, venant apporter de la joie à EVE et à DANIE.

Eve. Une mise au monde heurtée. Aveugle de naissance. Famille perturbée par l’alcoolisme. La fillette ne se développe pas normalement. A six ans on la met dans un institut médico-éducatif. Premiers drames « Je pleurais pour ne pas quitter ma famille » dit-elle mais finalement « là j’ai appris le piano. J’en suis heureuse. Mais pour les études, c’est resté très insuffisant. Je m’en suis mordu les doigts depuis. C’est en grandissant qu’on comprend ».

20 ans, le bel âge paraît-il. Pour Eve il n’y a pas de structure d’accueil. Retour chez les parents. Plus aucun soutien psychologique et pédagogique. « Je suis restée assise ou couchée pendant 6 ans ».

 Nue, battue

Et puis l’espoir d’une autre vie. Une famille qu’elle connaît propose de prendre la jeune fille chez eux. Par sympathie ? Non, parce qu’elle a une allocation d’adulte handicapé. Elle le saura trop tard.

« Ce fut le désastre », dit Eve. Dijon, puis Châteaubriant, lotissement proche d ela rue de Montherlant. La jeune fille est séquestrée dans sa chambre, volets fermés, interdiction de les ouvrir. Eve est nue, presque toute la journée. Les sévices se multiplient. Impossible à raconter. Les voisins sont-ils au courant de la présence de la jeune fille et de ce qui se passe ? Oui ? Non ? ils ne diront rien. Le médecin non plus.

Eve dépérit. Déprime, plus la force de manger. Elle ne contrôle plus son corps, elle vomit, elle défèque sous elle. La « famille » la fait interner. Pont Piétin. Pouancé ensuite. Les services psychiatriques remarquent que la jeune fille ne semble pas atteinte de maladie mentale.

Mais elle ne dit rien. Elle a peur. « On » a tant exercé de menaces contre elle.

Les services psychiatriques comprennent qu’il ne faut pas la remettre dans le milieu « familial ». A Châteaubriant, justement, Danie a fait une formation pour être « accueillant familial » . Après un mois d’essai en mai 2004, Eve est accueillie par Danie depuis juin 2004.

« Tout de suite nous nous sommes comprises » dit Danie, qui est chargée de protéger Eve, de l’aider à se construire. « Et moi je n’ai jamais été aussi heureuse de ma vie » ajoute Danie avec élan.

« Nous sommes heureuses toutes les deux » dit Eve avec un sourire chaleureux.

Danie et Eve, inséparables, font de la marche à pied, participent aux thés dansants, passent de la musique à la maison. Eve a sa chambre, elle s’habitue peu à peu aux lieux, commence à trouver son indépendance pour un certain nombre de tâches.

Malgré sa cécité, Eve sait se servir à boire, elle commence à utiliser le téléphone (avez-vous remarqué que la touche 5 comporte un point en relief ?). Elle suit très bien les émissions à la télé : une bonne ouie compense les yeux qu’elle n’a jamais eus.

Mais les journées sont longues quand même. Danie, et une voisine, se démènent pour elle, trouvent des livres en braille, lui offrent un lecteur de CD... La jeune fille rêve de reprendre le piano.

C’est alors, heureux concours de circonstances, que le Rotary propose de satisfaire des « rêves ». Coup de chance, Eve l’apprend et, avec Danie, elle explique sa situation, et son désir.

8 mars, journée de la femme. Au milieu du « beau monde », Eve apprend qu’elle a gagné un synthétiseur. L’émotion l’envahit. « Je vais mettre le CD à la chaîne et puis jouer. Je joue souvent à l’oreille, je laisse mes doigts trouver la note juste. Ca vient tout seul ».

C’est une belle histoire, non ?

Danie qui, de son côté, a connu aussi une vie difficile, et Eve, la jeune fille martyrisée, sont peu à peu en train de construire une nouvelle vie.

« Nous nous sommes trouvées » disent-elles.

Bientôt la musique qu’elles créeront manifestera leur joie, haut et fort.

Jamais sans doute cadeau ne sera mieux tombé. BP  .

(PS : c’est une histoire d’argent qui a fait « chuter » la famille : après avoir mis Eve à Pont-Piétin, elle a continué à se servir de son carnet de chèques sans savoir que celui-ci était automatiquement bloqué par l’hospitalisation. Chèques sans provision. Plainte de commerçants castelbriantais. Eve accepte de porter plainte à son tour, pour faire comprendre sa situation. Effarement des gendarmes. Ce n’est qu’au bout de longs mois qu’Eve finit par révéler ce qu’on lui a fait subir. L’affaire passera prochainement au tribunal).


Note du 14 janvier 2011

JPEG - 88.5 ko
Eve - Le procès
Article Ouest-France
14.01.2011

Lors de l’audience, l’accusée, qui comparaissait libre, a rejeté beaucoup des faits reprochés sur feu son mari, auteur des viols, et sur son fils, âgé de dix ans au début de la période étudiée.

Le verdict : 10 ans de prison : http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Assises-condamnee-a-10-annees-de-prison-pour-barbarie-sur-sa-niece-aveugle_-1655182------44109-aud_actu.Htm

JPEG - 160.2 ko
Ouest-France 15.01.2011

Pour en savoir plus sur l’horreur humaine, lire ici : http://maitremo.fr/2011/01/07/noel/. Mais attention : c’est à en faire des cauchemars.


Ecrit le 31 mai 2006

 Servir

JPEG - 122 ko
Rotary - Prix Servir
Eve, Danielle, Célestin

Le Rotary-Club de Châteaubriant a décerné le prix « Servir » à Madame Danièle Guerrault de Châteaubriant qui, après une carrière dans le commerce, a suivi une formation pour devenir Accueillante familiale. A ce titre, elle loge à son domicile depuis mai 2004 une jeune adulte non-voyante, Eve Wiseur.

Eve a été confiée à Danièle Guerrault après avoir connu des conditions de vie peu enviables dans une famille qui ne voyait en elle qu’une allocation d’adulte handicapée à exploiter. Désintérêt, séquestration, mauvais traitements physiques et psychologiques l’avaient conduite vers la maladie et la dépression. Depuis qu’elle est chez Mme Guerrault, Eve a retrouvé le goût de vivre grâce à des conditions normales d’existence dans une atmosphère chaleureuse

Selon Le Président Célestin Deroche, le Rotary a voulu illustrer, par ce prix, « ce que l’on peut faire à l’intention de son prochain en matière de sens de l’humain et d’offre de son amitié »

Note du 20 septembre 2012

 La tante tortionnaire est condamnée