Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Presse, radio, télé, médias > L’Eclaireur a 60 ans

L’Eclaireur a 60 ans

Ecrit le 6 mai 2009

 L’Eclaireur est né le 11 décembre 1948

L’Eclaireur

Un numéro spécial de 52 pages célèbre les 60 ans du journal L’Eclaireur, en faisant une rétrospective sur la presse à Châteaubriant (de 1834 à 1948) avant la naissance de l’Eclaireur, le 11 décembre 1948 sous l’impulsion de Roger Cloteau. Les souvenirs donnent, et c’est normal, une large part à la famille Cloteau-Bourdel (et à la famille Hunault) qui a joué un rôle important dans cet hebdomadaire. Ils retracent aussi, à grands traits, les événements de ces 60 ans, de façon assez équilibrée.
– L’évolution de la ville et de ses bâtiments
– La vie économique (Huard, la FMGC et d’autres) avec ses créations et ses fermetures, sans oublier les manifestations syndicales. Et en donnant la parole à Gérard Riflet.
– La vie politique avec les différents maires et députés, sans oublier ni Bernard Lambert, ni Martine Buron.
– La Foire de Béré, en donnant la parole à Célestin Deroche.
– L’abattoir et le foirail
– L’agriculture en donnant la parole à Henri Baron
– Les faits divers tragiques
– Les personnages illustres venus dans la région
– Les sports
Un oubli : Mai 68. Mais il n’était sans doute pas possible de parler de tout. Cela fait un bon numéro, avec un certain nombre de repères chronologiques, dû notamment au travail d’un jeune stagiaire : Benjamin Chenevière.

En vente partout 3 €


Ecrit le 26 septembre 2012

 Manuel Rodriguez s’en va

Photo ! Manuel Rodriguez

Un départ à l’Eclaireur : le rédacteur en chef, Manuel Rodriguez, quitte Châteaubriant pour la Roche sur Yon. Toute la rédaction lui a rendu hommage pour son ouverture d’esprit, pour son sens du travail en équipe, pour sa volonté de refléter la vie du pays, aussi bien du côté Gauche que du côté Droit, pour avoir osé aborder des sujets sensibles, comme les relations entre le curé catholique et l’imam musulman.... Bonne route, Manu !

Manuel Rodriguez