Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances : janvier 2011 (2)

Mée-disances : janvier 2011 (2)

Ecrit le 19 janvier 2011

 Défenseur des droits : un mauvais coup ?

leJDD.fr. du 12/01 : Le défenseur des droits, dont le projet de loi instituant la création est actuellement débattu à l’Assemblée Nationale, remplacera bientôt des institutions considérées comme des contre-pouvoirs. Il rassemblera les missions jusqu’à présent exercées par le Médiateur de la République, le Défenseur des enfants, la Halde, la Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS) et le Contrôleur général des lieux de privation de liberté. L’opposition et les associations ne cachent pas leurs inquiétudes : le Défenseur des droits va-t-il diluer les autorités concernées dans une instance fourre-tout aux moyens d’action limités ? Ce « super médiateur » sera-t-il à lui tout seul doté du pouvoir de décision ? Marque-t-il une reprise en main par l’exécutif ?

 Super-loto partagé

C’est l’histoire de deux amis que l’argent n’a pas séparés. A Noël, ils avaient joué ensemble au loto, à Arles. En vain. Pour le Nouvel An, seul l’un des deux a rejoué les mêmes numéros. Bingo, il a remporté la cagnotte du Super-Loto : 10 millions d’euros. Il a demandé 5 € à son ami avant de lui annoncer qu’il voulait partager son gain avec lui. « C’est normal car c’est un copain de 22 ans » a dit le gagnant.

Ndlr : il est bien plus partageux que les vedettes du CAC 40 !

 Areva vous désinforme

20minutes.com du 11/01 : La campagne publicitaire du groupe nucléaire Areva, un film d’animation qui retrace « l’épopée de l’énergie » de l’Antiquité à nos jours, fait grincer des dents chez les écologistes, au point que certains veulent la faire interdire. L’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) devait être saisie par l’eurodéputée Corinne Lepage et l’avocat en droit de l’environnement Arnaud Gossement, qui travaille avec elle.

Pour Arnaud Gossement, ancien porte-parole de France Nature Environnement (FNE), ce film de soixante secondes, déjà diffusé dans les cinémas, « est un exemple de désinformation ». « Il met sur le même plan, sur le même visuel » des centrales nucléaires, l’énergie éolienne et solaire, a-t-il expliqué à l’AFP. « C’est une allégation mensongère ». Cela « fait croire, même de manière subliminale, que le nucléaire est une énergie renouvelable, alors qu’on ne peut pas les mettre sur le même plan », ajoute-t-il.

En 2009, les Verts avaient obtenu, après plainte auprès de l’ARPP, la suspension de la précédente signature publicitaire d’Areva : « L’énergie au sens propre ». Le nouveau film a été réalisé pour les dix ans d’Areva par l’agence de publicité Euro RSCG avec un budget d’achat d’espace de 15,5 millions d’euros.

Ndlr : quand on aime, on ne compte pas !

 Savoir-faire

Libération.fr du 13/01 : Critiquée devant l’Assemblée Nationale par l’opposition sur l’extrême retenue de la réaction française face à la répression en Tunisie, Michèle Alliot-Marie, la ministre des Affaires étrangères, a répondu : « On ne peut que déplorer qu’il puisse y avoir des violences qui concernent ces peuples amis », ajoutant : « la priorité doit aller à l’apaisement après des affrontements qui ont fait des morts ».

Et de proposer le savoir-faire français à la police tunisienne pour « régler les situations sécuritaires ». « Nous proposons effectivement aux deux pays de permettre dans le cadre de nos coopérations d’agir pour que le droit de manifester puisse se faire en même temps que l’assurance de la sécurité. »

Plusieurs voix de l’opposition ont dénoncé le peu de réaction du gouvernement français face à la répression par les autorités tunisiennes des manifestations sociales qui agitent le pays depuis bientôt un mois et ont fait plusieurs dizaines de morts.

Ndlr : MAM a le sens de l’à propos.

 Corruption

Le monde 15/01 publie une traduction d’un télégramme diplomatique américain disant notamment : « Si les Tunisiens digèrent déjà mal la corruption courante, les abus de la famille du président Ben Ali suscitent leur fureur. Alors que la population fait face à une montée de l’inflation et à un fort taux de chômage, l’étalage de richesses et les rumeurs persistantes de corruption ne font qu’alimenter son ressentiment. Le gouvernement a fondé sa légitimité sur sa capacité à assurer la croissance économique, mais un nombre croissant de Tunisiens trouvent que ceux qui occupent le sommet de l’échelle en gardent les bénéfices pour eux ».

 Débat sur les 35 h

La Tribune.fr du 11/01 : L’Assemblée Nationale a décidé ce mardi, à l’unanimité, de créer, dans le cadre du débat sur les 35 heures, une mission d’information parlementaire sur la compétitivité des entreprises et le financement social. […]

« Cette mission aura pour objectif de faire une analyse et une évaluation de la situation ». Présidée par Bernard Accoyer, elle sera composée de 32 députés : 17 UMP, 11 PS, deux NC et deux membres du groupe communiste et Verts. Elle aura deux rapporteurs, l’un appartenant à la majorité, l’autre à l’opposition.

Pour Patrick Artus, directeur des études économiques de Natixis : « les problèmes de la France n’ont rien à voir avec la durée du travail. Hors recours au temps partiel, on travaille autant en France que dans le reste de l’Europe ».

L’économiste replace la question du temps de travail dans celle de la compétitivité de la France. Où il ressort que le temps de travail pèse beaucoup moins lourd dans la compétitivité française qu’il n’y paraît. […]. Si les Allemands exportent tant, c’est que leurs entreprises innovent et grossissent, c’est que leurs entrepreneurs ne vendent pas leurs entreprises avant qu’elles n’aient grandi. C’est tout cela qu’il faut changer en France. Cela touche à la fiscalité, au financement des entreprises, au rapport à la recherche, au fonctionnement de la sous-traitance... Cela n’a rien à voir avec les 35 heures !

 Rantanplan

Du Canard enchaîné du 12/01 : « ils ne vont quand même pas me sortir un bâton merdeux par semaine. Ca commence à bien faire ! » Nicolas Sarkozy a fait les pieds au mur, la semaine dernière, quand il a appris que Christian Jacob, patron des députés UMP et premier lieutenant de Jean-François Copé, secrétaire du parti majoritaire, proposait de réfléchir à « la pertinence de l’embauche à vie des fonctionnaires ». Et ce à la veille de l’ouverture des négociations gouvernement-syndicats sur la précarité dans la fonction publique. De quoi égayer lesdites négociations…

Déjà, la semaine précédente, Copé avait allumé le feu en réclamant la fin des 35 h. Le chef de l’Etat avait, certes, accepté d’ouvrir le débat, mais devant ses conseillers il s’était montré formel : plus question de toucher aux 35 heures autrement qu’à la marge. Pour deux raisons au moins : la réduction du temps de travail est considérée par les salariés comme un acquis social important, et le Medef se cramponne aux allégements de charges y afférant.

En petit comité toujours, Sarkozy a affirmé qu’il faudra sans doute revoir un jour le statut des fonctionnaires, mais qu’il était pour le moins maladroit d’aborder le problème aujourd’hui.

« On dirait que certains veulent me pousser à la faute, a-t-il ajouté. Je ne tomberai pas dans ce panneau. Je n’ai pas besoin d’un conflit avec les fonctionnaires avant la présidentielle ».

François Fillon a, lui, une opinion encore plus tranchée : « Christian Jacob est le Rantanplan de la majorité, a-t-il lancé lundi dernier. J’ai rarement vu plus bête en politique. Il sera le boulet de Copé. »

Le Premier ministre n’a pas dit qui jouait le rôle de Lucky Luke. Ndlr : Joe Dalton (alias Frédo Lefebvre) est bien remplacé !