Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > CCRN - Com Com de Nozay > CCRN - 2011-2012 > Voeux 2011 : la CCRN fait son cinéma

Voeux 2011 : la CCRN fait son cinéma

Ecrit le 26 janvier 2011

  Les voeux de Jacqueline Segalen

Plus de cérémonie des vœux où chacun se dandine d’un pied sur l’autre en attendant que les discours se terminent : cette fois la Com’Com’   de la région de Nozay s’est installée dans la belle salle de projection du Nozek   pour regarder d’abord … un petit film de présentation de la CCRN  .

Puis Mme Segalen a prononcé quelques mots de remerciement adressés à M. Trioulaire, sous-préfet : « nous avons travaillé en confiance et il a su faire « bouger les lignes », nous engager dans la définition du périmètre de SCOT   et fait avancer la réalisation du PER1, pousser en avant le dossier PER2 et il a été présent au plus fort moment de la crise économique auprès des entreprises et des salariés du territoire et a facilité ce moment autant que faire se pouvait ». (1)

 Statut impopulaire

Abordant la réforme territoriale, et la réforme financière introduite par la suppression de la taxe professionnelle, Mme Segalen déclare : « La Taxe professionnelle unique qui dynamisait nos ressources a disparu, elle a été remplacée par diverses taxes et la seule dynamique que l’Etat nous laisse est de lever l’impôt sur les ménages. Pour le moment et jusqu’en 2012, nos ressources sont constantes et nous ne savons pas comment évolueront ces ressources après 2012 puisque le mécanisme de régulation n’est pas étudié pour le moment. Seule la part de taxe d’habitation évoluera de par les augmentations que nous déciderons, Ce qui fait que les structures intercommunales relativement inconnues du grand public vont passer, comme le disait une collègue de Normandie, du statut inconnu au statut impopulaire ! »

 Les choses bougent

Les choses bougent, dit Mme Segalen : « deux équipements structurants vont arriver sur le nord du département :
– le tram train Châteaubriant–Nantes : il va modifier nos habitudes, notre schéma mental du territoire et être une colonne vertébrale coté Est.
– l’aéroport Notre Dame des Landes, équipement controversé s’il en est, va profondément modifier la région. L’arrivée des employés en nombre va nous obliger à réfléchir à leur accueil temporaire mais long. La stratégie d’installation des entreprises va anticiper cette structure, très prochainement et il faut être en capacité de les recevoir. Mais il faut aussi que nous soyons vigilants et déterminés sur le volet agricole, richesse de notre partie rurale du département. Pour cela, notre engagement dans l’élaboration du SCOT   doit devenir une priorité pour l’action de Pays ».(1)

Mme Segalen évoque ensuite la démarche de mutualisation des services entreprise dans la Com’Com’  , le projet de Maison de Santé qui réunira 19 professionnels, les inquiétudes sur le financement de la Maison de l’Emploi, le développement des zones artisanales à Nozay et Abbaretz et les aides que la Com’Com’   apporte à AIRE (association d’insertion, logée gratuitement dans un bâtiment neuf) et à Mobil’Actif.

A côté de la Maison de Santé, le Conseil Général va construire un bâtiment regroupant ses services du Nord du département : une trentaine d’agents des centres médico-sociaux de Nozay et Derval, des services d’aide à l’enfance de Blain et Nort sur Erdre, ainsi que l’Unité Emploi.


Ecrit le 26 janvier 2011

 Les voeux de Gilles Philippot

Le Conseiller Général Gilles Philippot dresse ensuite un bilan de l’année 2010 : « une année de difficultés et d’exigences pour beaucoup de citoyens avec la persistance de la crise économique et sociale. On retiendra également la très forte mobilisation dans la rue sur la réforme des retraites, mais aussi l’inquiétude des élus sur la réforme territoriale, autant de débats et de mobilisations, qu’ils soient politiques ou sociaux, qui ont fait que cette année n’aura pas été de tout repos. Alors bien sûr, avec cette nouvelle année, nous souhaiterions tous pouvoir afficher un peu plus d’optimisme que les années passées. Néanmoins 2011 ne s’ouvre pas sous les meilleurs auspices. Chômage, exclusion des jeunes, vieillissement, crise du logement… les syndromes de la crise ne s’estompent pas et la demande sociale, face à laquelle le Conseil Général est le premier interlocuteur, va continuer à augmenter en 2011 ».

Alors, dit-il, cette nouvelle année exigera du Conseil Général le même engagement que l’année précédente « alors même que de nombreuses incertitudes demeurent sur ses finances et vous connaissez le litige qui oppose les Départements et les Régions à l’Etat sur la compensation des transferts de compétences ».

« Mais face à l’ampleur des sommes en jeu, les économies de gestion ne suffisent plus. Nous avons donc voté un relèvement de la fiscalité, en augmentant la taxe foncière sur le patrimoine bâti, dernier impôt à la disposition du Conseil Général.

Cependant, la réalité qui attend la plupart des départements, c’est la menace d’un probable déséquilibre financier d’ici 2015, avec pour conséquences la mise sous pression de bon nombre de politiques volontaristes qui fondent l’action publique départementale et nos partenariats .

Petit à petit c’est l’esprit de la décentralisation qui tend à se vider de son sens ».

Malgré tout, il nous faut regarder devant, sans excès d’optimisme, mais avec espérance car la Loire-Atlantique a de nombreux atouts, il ne faut pas les oublier !

« C’est un département jeune et dynamique qui voit sa population croître chaque année de 13500 habitants, moitié par accroissement naturel, moitié par attrait de personnes extérieures . Certes ce phénomène bouleverse nos territoires, mais il apporte des forces vives, de l’énergie et des ressources qu’il nous faut savoir inscrire dans notre vision de l’avenir

Et notre département n’attire pas que les populations : de nombreuses entreprises décident aussi de se développer ou de venir s’implanter. La région de Nozay, par sa localisation favorable et par le dynamisme et l’ouverture de ses décideurs doit tirer partie de cette attractivité ».

Pour Gilles Philippot, comme pour Yves Daniel, la conjoncture économique s’améliore un peu « jamais Airbus n’a enregistré autant de commandes que cette année. L’horizon tend également à s’éclaircir sur les chantiers navals STX. Les chiffres de trafic du port et de l’aéroport montrent une reprise de l’activité que les industriels confirment sur leurs carnets de commandes. La transformation des activités vers des activités durables et renouvelables, notamment les secteurs de la construction et des énergies est très prometteuse en Loire-Atlantique. L’économie de proximité, semble se ressaisir. Cette forme d’économie très présente dans nos territoires parce que plus ancrée, mise sur un consommateur averti recherchant la confiance et la qualité du service à travers la proximité territoriale. A nous d’accompagner ce mouvement ».

 Un abattoir à l’Oseraye

Une ombre au tableau cependant : l’agriculture et notamment l’élevage qui est dans une tourmente jamais connue. Alors que plus que d’autres, cette activité a besoin de stabilité des prix et de maitrise des volumes, la politique libérale de dérégulation et d’abandon de l’intervention publique laisse les marchés et les spéculateurs décider. « Il faut remettre de la proximité dans le débouché des produits agricoles. Nos agriculteurs et nos territoires souffrent aujourd’hui. Et demain des populations souffriront de la faim en raison de la libéralisation des marchés des matières premières alimentaires ».

Gilles Philippot annonce donc que le Conseil Général s’engage dans le projet d’abattoir multi-espèce envisagé à l’Oseraye : le département portera l’investissement tandis que les professionnels agriculteurs et artisans travaillent de concert pour élaborer une offre d’exploitation de l’outil.

(1) SCOT   : schéma de cohérence territoriale. Rappelons que le 15 décembre 2008, la Com’Com’   du Castelbriantais a décidé la mise en place d’un SCOT  . Et depuis ?? Eh bien … rien !

PER1 et PER2 : pôle d’excellence rurale.