Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Santé, questions générales > Handicap > Nantes ville accessible. Et Châteaubriant ?

Nantes ville accessible. Et Châteaubriant ?

Ecrit le 23 février 2011

 Les mariés

APF-Association des Paralysés de France

Pour mesurer l’avancement de la mise en accessibilité de la France d’ici 2015, l’APF (association des Paralysés de France) publie cette année sa seconde édition du baromètre de l’accessibilité, en partenariat avec L’Express. Cet outil permet de mesurer l’avancement des travaux d’aménagement des communes françaises durant l’année 2010.

Si le constat général est encourageant, en particulier pour les villes de taille moyenne, de forts lobbies tentent de remettre en question le délai de 2015 notamment par la mise en place de dérogations !

L’APF en Loire-Atlantique s’est mobilisée le vendredi 11 février, date du 6e anniversaire de la grande loi handicap du 11 février 2005 : les Mariés de l’accessibilité , un an après…

Parmi les plus grandes difficultés que connaissent les personnes en situation de handicap, pour la déficience motrice, figure toujours l’accès à des services essentiels du quotidien.

En effet, 86 % des personnes estiment difficile d’accéder à des commerces de proximité accessibles. Comment faire en toute autonomie pour aller chercher sa baguette de pain, se rendre chez le boucher, ou trouver un coiffeur accessible ?

La question de l’accès aux soins demeure aussi dramatique, puisqu’on estime que 91 % des cabinets médicaux sont peu ou prou inaccessibles. Il s’agit d’un comble inacceptable pour des personnes particulièrement vulnérables sur le plan de la santé.

Le constat se réitère à degré moindre pour les cabinets paramédicaux avec le chiffre de 84 % de difficultés d’accès.

Le libre choix de son médecin, de son kinésithérapeute, de son ophtalmologue, ou encore de son gynécologue, n’existent pas pour les personnes en situation de handicap aujourd’hui en France. Déterminer son choix ne s’effectue alors qu’en raison du critère d’accessibilité, et non en fonction des compétences du professionnel.

A contrario, il faut noter une amélioration constante de l’accès à certains services, tels que par exemple les bureaux de poste, les piscines et les cinémas.

Pour les écoles, il faut savoir que la loi du 11 février 2005 prévoit qu’en cas d’inaccessibilité de l’école primaire la plus proche de son domicile, les frais de transports vers une école accessible doivent être pris en charge par la municipalité.

Dans la Com’Com’   du Castelbriantais, il y a une commission « accessibilité ». En principe elle doit faire un rapport annuel sur la situation. On n’a encore jamais eu un tel rapport en réunion de conseil communautaire. Il n’existe pas ? Ou il est secret ?

 Les demandes de l’APF

Association des Paralysés de France

Concrétiser l’accès à tout pour tous, pour une vie sociale ordinaire :

– · Un exercice de la citoyenneté avec des bureaux de vote accessibles
– · Un accès aux soins avec des cabinets médicaux et paramédicaux accessibles
– · Un accès à la scolarisation avec des écoles accessibles
– · Une liberté de déplacement avec des transports accessibles
– · Un accès au logement avec la construction de logements sociaux
– · Un accès à la culture avec des établissements accessibles
– · Un accès au tourisme  , au sport avec des équipements accessibles

Sans oublier l’accès aux informations communales avec des sites internet vraiment accessibles !

 La loi Blanc… et le brouillage !

Des députés cèdent aux lobbies et sacrifient les personnes en situation de handicap ! En effet, la proposition de loi du sénateur Paul Blanc a été adoptée le 16 février 2011 après de vifs débat dont la grande presse n’a pas parlé !

La loi a dit que les bâtiments NEUFS doivent être accessibles aux personnes handicapées. Mais les députés ont accepté qu’il y ait des « mesures de substitution » (ils n’ont pas osé dire « mesures de dérogation » mais c’est la même chose, c’est du brouillage politique !)

Pour l’APF (association des paralysés de France), les impossibilités techniques mises en avant par les architectes « illustrent seulement le manque de formation et le défaut de créativité de la majorité d’entre eux ! La problématique d’acculturation des architectes sur les principes d’accessibilité est très profonde mais pourtant ignorée des débats ! »

« De plus la Banque Mondiale a démontré qu’il n’existait aucun surcoût à l’accessibilité des bâtiments neufs ».

Selon une enquête de l’INSEE de 2001, 40 % de la population se déclare en situation de handicap dans un des gestes de la vie quotidienne. Si l’on y ajoute le vieillissement démographique, en estime que, en 2030, 40 à 50 % de la population sera touché par des problèmes de handicap.