Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Femmes, masculin-féminin > Il n’y a plus de femmes à droite

Il n’y a plus de femmes à droite

Ecrit le 2 mars 2011

 Charte européenne de l’égalité des femmes et des hommes dans la vie locale

Depuis le mois de janvier 2011, le Conseil Général de Loire-Atlantique est signataire de la charte européenne de l’égalité des femmes et des hommes dans la vie locale. Sa mise en œuvre sera déclinée dans toutes ses compétences : éducation, insertion, protection maternelle et infantile, culture, enfance, sports, transports, information et communication…

Le Conseil Général soutient financièrement plusieurs associations pour les droits et dignité des femmes : Espace Simone de Beauvoir, ADAVI, SOS femmes  , SOS Châteaubriant, CIDFF   de Nantes et Saint-Nazaire… (1)… mais pas celui de Châteaubriant

Dans le cadre de la coopération avec le Maroc, l’ensemble des actions, agricoles, touristiques, ou autres, sont encouragées à développer une approche sociale notamment en direction des femmes pour favoriser leur autonomie économique, leur droit à l’initiative  .

Le Conseil Général soutient également les centres de planification familiale répartis dans le département (Nantes, Ancenis, Saint-Nazaire, Châteaubriant) et qui concourent au contrôle des naissances, dans le but de permettre aux femmes et aux couples de choisir à quel moment ils auront un enfant.

Le Conseil Général finance enfin trois postes d’assistantes sociales qui interviennent au sein des commissariats de police et brigades de gendarmerie (dont celle de Châteaubriant) pour faciliter la mise en place de réponses directes et appropriées aux besoins des victimes de violence. Une sensibilisation aux violences conjugales a été faite auprès de tous les agents des délégations.

Et, dans l’année qui vient, la charte européenne de l’égalité va se décliner par :
– L’accompagnement de 50 femmes en insertion (RSA  ) à découvrir et expérimenter des activités « masculines » et de 50 hommes à investir des secteurs d’activité « féminins », et en faire le bilan en termes de réussite individuelle et de résistances rencontrées le cas échéant ;
– Des temps de sensibilisation / réflexion auprès des collégien-ne-s en lien avec les personnels enseignants et médico-sociaux et les représentants des parents d’élèves ;
– Un suivi spécifique des femmes créatrices de leur activité (soutien financier, soutien méthodologique…) et analyser régulièrement leurs parcours (réussites, échecs, freins…).

 Les femmes sont au Parti Socialiste

Où sont les femmes ? Au Parti Socialiste ! Les 29 candidat-e-s de « Loire-Atlantique à Gauche – l’énergie solidaire » pour les élections départementales des 20 et 27 mars prochains sont particulièrement fier-e-s de compter parmi elles et eux 13 femmes, soit 44 % des candidatures.

Le Parti Socialiste est ainsi la formation politique de Loire-Atlantique à présenter le plus grand nombre de femmes à ces élections. Aux 5 élues sortantes, s’ajoutent 3 candidates qui prennent la suite de conseillers généraux socialistes ne se représentant pas et 5 candidates de valeur dans des cantons qui peuvent basculer à Gauche (Annie Briand à Ancenis, Caroline Tahar à Orvault, Sophie de Saint-Amour à Pornic, Annaïg Cotonnec à Saint-Nazaire Ouest et Florence Le Coz à Saint-Philbert-de-Grandlieu).

Si les électeurs en décident ainsi, beaucoup plus de femmes pourront siéger dans l’assemblée départementale demain !

 A droite : 0 sur 17 et 4 sur 26

En comparaison, la Droite départementale UMP-Nouveau Centre–Divers droite qui ne compte aucune élue parmi ses 17 membres, a trouvé le moyen de ne présenter que 4 femmes sur 26 candidats (soit 15 % des candidatures) !
 
Mais l’égalité n’est pas seulement une question de nombre d’élues, elle doit aussi être un travail permanent de reconnaissance, de soutien et d’appui. Le Conseil Général de Loire-Atlantique, depuis 2004, a beaucoup fait pour la place des femmes 
 
C’est pour faire partager cet engagement féministe que le Parti Socialiste organise les « 44 heures avec les Femmes qui font la Loire-Atlantique à Gauche », les 5, 6 et 7 mars 2011.


Ecrit le 2 mars 2011

 Plus de CIDFF  

(1) mais voilà … plus de CIDFF   à Châteaubriant. Le CIDFF   (centre d’information sur les droits des femmes et des familles) dont la mission est d’agir en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes, est contraint faute de financement de mettre fin à son action d’accompagnement vers l’emploi des femmes du bassin de Châteaubriant.

Le Conseil Général avait soutenu financièrement la création de cette permanence emploi en 2006 mais s’est désengagé depuis 2008.

Le CIDFF   a malgré tout maintenu sa présence grâce au soutien de la Maison de l’Emploi de Châteaubriant. Mais celle-ci vient d’annoncer l’interruption de son financement pour 2011 pour des raisons budgétaires.

« Nous déplorons cet état de fait qui va porter préjudice aux femmes qui ne peuvent bénéficier d’un autre type d’accompagnement dans leurs démarches vers l’emploi car ni demandeuses d’emploi ni bénéficiaires du RSA   : femmes au foyer, en congé parental, salariées précaires, ...

Cette situation est d’autant plus regrettable que depuis plus de 4 ans, nous avons construit un partenariat local actif qui ne pouvait qu’être profitable aux femmes du territoire » dit le CIDFF   dans un courrier du 16 février 2011.

 Les femmes et la révolution arabe.

Note du 8 mars 2011 :

« Les femmes ont joué un rôle crucial dans le déclenchement des mutations en cours en Afrique du Nord. Dans un climat de violence, elles se sont engagées dans la lutte pour le changement. » Déclaration faite le 7 mars par la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, et la vice-présidente de la Commission européenne, Viviane Reding, à l’occasion de la Journée internationale des femmes qui se déroule aujourd’hui. « Nous espérons que le rôle crucial que les femmes ont joué jusqu’à présent sera pleinement pris en compte dans les changements institutionnels qui font déjà l’objet de discussions dans la région », ont-elle ajouté.