Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances - avril 2011

Mée-disances - avril 2011

Ecrit le 4 avril 2011

 Pénurie d’eau en 2050

Selon National Academy of Sciences : « Plus d’un milliard d’habitants de la pla-nète, surtout dans les villes, vont manquer d’eau d’ici à 2050 alors que le change-ment climatique accélère les effets de l’urbanisation ».

 A l’eau Maman, bobo ...

Iode radio-actif. Selon l’exploitant Tepco, le 31/03 : un taux d’iode radioactif en hausse, 4.385 fois supérieur à la norme légale, a été mesuré dans l’eau de mer prélevée à 300 mètres au sud de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima (nord-est du Japon. Il s’agit du plus haut niveau mesuré d’iode 131 depuis le début de la catastrophe déclen-chée le 11 mars par le très fort séisme suivi d’un tsunami. Explication : depuis le début de l’accident, toujours en cours, la centrale japonaise a rejeté de nombreux produits radioactifs, principalement de l’iode et du césium (dont les propriétés sont actives pendant 300 ans), sans doute aussi du plutonium (dont la durée de vie est de ... 373 000 ans…), transportés par les milliers de tonnes d’eau qui ont été déversées par les secours pour refroidir les installations et dont une partie a né-cessairement ruisselé dans le Pacifique tout proche.

A 120 kilomètres au nord des installations nucléaires en péril de Fukushima, une autre centrale atomique, également frap-pée par le séisme et le tsunami du 11 mars, inquiète désormais ses riverains, certains envisageant même d’abandonner les lieux.". A Onagawa, située dans une baie de la péninsule d’Ojika (nord-est du Japon), le tsunami a atteint 15 mètres de haut, pulvérisant les habitations et allant jusqu’à faire dérailler les trains.

 Surprise

Manifestement, la pollution radioactive des mers prend de surprise le monde scientifique français. A l’Ifremer, personne n’a travaillé sur cette hypothèse. A l’Agen-ce de Sûreté Sanitaire qui possède une cellule de crise environnement, on renvoie à l’IRSN qui cherche un expert. Et le CNRS cherche aussi.

 Vaches innovantes

On n’arrête pas le progrès : le grand ga-gnant des trophées de l’agriculture dura-ble est un couple de paysans finistériens, Erwan et Laurence Le Roux, qui se sont lancés dans l’agriculture innovante : ils nourrissent leurs 90 vaches avec de l’her-be ! Ce n’est guère moderne ! Il fallait oser ! depuis 10 ans, ils ne pratiquent qu’une seule traite par jour, métissent différentes races de vaches, synchroni-sent la production avec la pousse de l’her-be...

Leurs priorités : dégager un revenu suffi-sant, conserver du temps libre pour la famille, respecter l’environnement et res-ter maîtres de leurs choix.

 Petite tête !

Après Roselyne Bachelot avec une grosse seringue, après Michèle Alliot-Marie, c’était au tour du président de la Républi-que de prendre la grosse tête de la carica-ture pour le Carnaval d’Angers, une gran-de fête populaire où, par tradition, le peu-ple se moque des puissants. Mais la poli-ce n’a pas apprécié et « Zozo Doué » a été confisqué.
Finalement « la grosse tête » de Nicolas Sarkozy a été rendue aux protestataires la veille du carnaval, par la procureur de la République d’Angers, Brigitte Angibaud, se référant à une décision de la Cour Eu-ropéenne des Droits de l’homme qui avait estimé, dans une affaire similaire, qu’il y avait ingérence dans le droit de l’artiste à s’exprimer.

 Gants blancs

Pamphlet ou propagande pour Nicolas Sarkozy ? Le film « La Conquête » qui retra-ce l’accession au pouvoir de Nicolas Sar-kozy sera à coup sûr le film événement du mois de mai. Pour ou contre le chef de l’Etat, il est trop tôt pour le dire mais une chose est sûre : il fera couler beaucoup d’encre. L’œuvre, centrée sur la période 2002-2007 et la dernière élection prési-dentielle, se situe entre fiction et réalité. Denis Podalydès joue le rôle de Nicolas Sarkozy, Cécilia Attias est incarnée par Florence Pernel, Claude Guéant par Hip-polyte Girardot, Jacques Chirac par Ber-nard Lecoq, Dominique de Villepin par Samuel Labarthe et Rachida Dati par Sai-da Jawad.

Dans les bandes annonces on entend N. Sarkozy dire à ses ministres : « N’oubliez pas, j’suis une Ferrari. Quand vous ou-vrez le capot, c’est avec des gants blancs ! ».

A un an de la Présidentielle, le film sera peut-être celui de la dégringolade.

 Sauveur

Selon Marianne du 02/04, Sarkozy s’en est allé au Japon pour parler à la commu-nauté française. Rassurant, il a parlé de la « catastrophe » du tsunami du 11 mars, et « l‘accident » nucléaire de Fukushima. Un accident, c’est moins grave qu’une catas-trophe ! Il a d’ailleurs précisé aussitôt : « Vous devez accepter de vivre avec cette situation pendant plusieurs semaines voi-re plusieurs mois. » Plusieurs mois ?

La catastrophe de Fukushima a des conséquences séculaires sur l’environne-ment de la région.

Et voici ses solutions : « Le problème est un problème de norme de sûreté plus que de choix de l’énergie nucléaire, pour la-quelle il n’y a pas d’alternative à l’heure actuelle, poursuit le locataire de l’Elysée, appelant à la mise en place de règlements internationaux. « Il est absolument anor-mal que ces normes de sûreté internatio-nales n’existent pas (...) ce qui compte, c’est qu’avant la fin de l’année il y ait des normes internationales. Le nucléaire n’est possible qu’avec des normes de sûreté exceptionnelles. ».
S’il y avait eu des normes, sûrement que le tsunami aurait hésité à frapper.

 Pisté

Selon Eco89 du 31/03, Malte Spitz, poli-cier responsable des Verts, en Allemagne, a poursuivi son opérateur téléphonique en justice pour obtenir toutes les données récoltées grâce à son téléphone portable.
Le résultat ? Une carte interactive à la fois fascinante et effrayante, puisque les don-nées ont permis de reconstituer une bon-ne partie de sa vie.

Sur le fichier Excel fourni par T-Mobile, Malte Spitz a découvert qu’il avait été lo-calisé au total 35 831 fois entre août 2009 et février 2010, soit environ 200 fois par jour. Ce profil révèle quand Spitz a mar-ché dans la rue, quand il a pris le train, quand il a pris l’avion. Il montre où il se trouvait exactement dans les villes dans lesquelles il se rendait. Il montre quand il travaillait et quand il dormait, quand il était joignable par téléphone ou non. Il nous quand il préférait parler au téléphone ou envoyer des SMS. Il nous montre quels bars il fréquentait quand il avait du temps libre. En somme, il révèle toute une vie.

 Bulle sociale

La société Bruckert Finance dans sa Newsletter de mars 2011 attire l’attention des investisseurs sur l’éventualité d’une irruption brutale du « social » dans leur horizon.

En remarquant que « Le Portugal a refu-sé les conditions imposées » pour prix de l’aide financière européenne, et que « même les Britanniques, si paisibles et civiques, se mettent à protester. Il n’est pas certain que leur estomac puisse en supporter beaucoup plus ». La question que doit se poser l’investisseur est la sui-vante : sommes-nous devant une grogne sociale qui passera ou assistons-nous aux prémices d’un véritable tremblement de terre ?

Xavier Bruckert poursuit « L’Europe est en apparence un paisible continent qui repose sur une plaque tectonique jusque-là stable : celle des classes moyennes » et rappelle que « …cette tectonique ré-serve des secousses aussi brutales qu’ir-résistibles. ». Il conclut en s’interrogeant sur la solidité de « nos édifices sociaux et financiers ».

Berlusconi renversé par Giuseppe Verdi : http://mobile.agoravox.fr/actualites/europe/article/silvio-berlusconi-renverse-par-91522


Ecrit le 11 avril 2011

 Le débat-débâcle

Selon Le Point du 6/04 : « Un débat-débâcle qui fait polémique depuis des semaines et qui finit en eau de boudin. Le 5 avril, de 16 heures à presque 20 heures, 200 journalistes et 300 élus et militants se sont retrouvés dans la salle de conférence surchauffée d’un hôtel parisien pour écouter des intervenants pérorer sans vraiment débattre. Il est vrai que Jean-François Copé avait dès la veille bouclé les 26 propositions de l’UMP. Les conclusions étant établies avant même la tenue du débat, rien de ce qui a pu être dit dans cette enceinte n’avait vraiment d’importance. Il n’y a même pas eu de dérapages : la députée Chantal Brunel, qui était présente, n’a pas déclaré une nouvelle fois qu’il fallait remettre les immigrés dans les bateaux. Éric Zemmour n’était pas là. Et Claude Guéant, qui a assisté à une partie du débat, a eu l’excellente idée de rester silencieux. Bref, rien d’horrifiant. Rien de stigmatisant. Tout le monde a sagement exprimé le souhait, policé, de bien vivre ensemble. (…) Il faut bien voir que ce débat a accéléré la fracture de la droite. Cette salle aveugle, c’était l’endroit où être, pour les uns. Et, pour les autres, c’était à l’inverse l’endroit où ne surtout pas être ».

 Ozone

Publiées par l’OMM (Organisation météorologique mondiale), les dernières mesures d’ozone au-dessus de l’Arctique effectuées depuis des ballons-sondes et des satellites, montrent pour cet hiver une déperdition de l’ozone. Autour du pôle Nord, la concentration de ce gaz, vers 20 kilomètres d’altitude, donc dans la stratosphère, s’est réduite d’environ 40% entre le début de l’hiver et la fin du mois de mars. C’est la plus forte diminution connue depuis le début des mesures de cette « couche d’ozone », qui absorbe fortement les ultraviolets, protégeant ainsi les organismes vivant à la surface du sol de ces rayons nocifs. Le précédent record était de 30% .

En cause, un hiver stratosphérique très froid, et la présence de molécules chlorées d’origine humaine. Mais on nous dit que tout devrait aller mieux vers 2050 - 2060. Ouf, on respire !

 Solidifier l’eau

Selon le journal de l’environnement du 08/04 : Personne ne sait quoi faire de l’eau radioactive, employée depuis près de quatre semaines pour le refroidissement des réacteurs de la centrale de Fukushima. Les responsables japonais estiment qu’ils ont déjà accumulé 60.000 m3 d’eau fortement radioactive. Et le volume augmente chaque jour puisque le refroidissement du réacteur continue.
 
Mais il faudra bien envisager, un jour, le stockage, le traitement et la solidification des éléments hautement radioactifs du liquide … Le problème le plus urgent pour les Japonais est de trouver comment stocker toute cette eau en attendant que le réacteur soit à nouveau maitrisé.
Les réservoirs de la centrale sont presque pleins. Pour faire de la place, Tepco a commencé en début de semaine à rejeter l’eau contaminée dans la mer. On ne sait pas si les poissons se plaignent.

 Les pieds dans le Tapie

Selon Agora-Vox du 6/04 : Rebondissement explosif de l’affaire Tapie : de nouvelles preuves viennent d’être établies attestant d’un véritable scandale d’Etat, qui pourrait coûter sa place à Christine Lagarde et peut-être ... à Nicolas Sarkozy ! Non seulement l’Etat n’aurait jamais dû admettre (encore moins favoriser) ni n’en avait le droit, une suspension de la justice en donnant un accord pour un arbitrage privé aux dépens des deniers publics, point sur lequel Christine Lagarde s’est défendue avec plusieurs mensonges , (…) mais il y a eu en plus falsification du compromis présenté au Conseil d’administration du CDR. Mais au dessus de Christine Lagarde, il y a le Président de la République, Nicolas Sarkozy, qui a reçu au moins 10 fois Bernard Tapie discrètement à l’Elysée (par la porte de derrière, selon plusieurs témoignages de journalistes), avant que les décisions soient prises.
Une question se pose donc : s’il est établi que Nicolas Sarkozy a commis une faute en donnant l’instruction de favoriser des intérêts privés aux dépens de l’Etat, des contribuables, donc un abus d’autorité et de bien social, peut-il être traduit en Haute Cour et être destitué ? Ce qui changerait encore la donne pour les prochaines présidentielles en 2012 ... D’ailleurs, même s’il n’était pas destitué, sa réputation serait trop compromise pour légitimer sa candidature.

 Sexe, starlettes et billets de banque

Selon L’express du 6/04 : Dans la villa d’Arcore, à proximité de Milan, les parties fines « se déroulaient dans une salle semblable à une discothèque, où les participantes se livraient à des danses érotiques et des strip-teases, se caressant entre elles ou caressant ou se faisant caresser leurs parties intimes par Silvio Berlusconi ».
A la fin de la soirée, le magnat milanais choisissait « une ou plusieurs femmes avec laquelle il allait passer la nuit pour une relation intime », en échange de billets ou de cadeaux coûteux. Mais pour Silvio Berlusconi, une seule d’entre elles pose véritablement problème : « Ruby », danseuse de boîte de nuit marocaine, qui n’avait que 17 ans lorsqu’elle aurait eu une relation sexuelle tarifée avec Silvio Berlusconi. Avoir une relation sexuelle en échange d’argent avec une mineure est considéré comme un crime en Italie.

Silvio Berlusconi nie toutes les accusations. Les cadeaux et l’argent qu’il distribuait aux jeunes filles, cela vient, selon lui, de sa manière généreuse d’aider des personnes dans le besoin.

Le procès du « Rubygate » devait s’ouvrir le 6 avril. Il a été repoussé au 31 mai. En effet, la veille, 5 avril, la Chambre des députés italiens, dominée par la majorité de droite, a adopté une résolution pour tenter d’éviter à Silvio Berlusconi d’être jugé par le tribunal de Milan pour prostitution de mineure, en demandant qu’une autre juridiction en soit chargée. La Cour constitutionnelle pourrait décider en septembre ou octobre, si ce recours de la Chambre des députés est admissible ou non. En cas de réponse positive, une éventuelle décision sur le fond pourrait intervenir dans le meilleur des cas en février-mars 2012. Au cas où une décision judiciaire finirait par attribuer au « tribunal des ministres » la compétence dans cette affaire, tous les actes accumulés par le parquet de Milan, y compris les auditions de témoins et écoutes téléphoniques, seraient annulés ! De surcroît, si le tribunal des ministres héritait de l’affaire, les députés devraient donner leur autorisation pour que M. Berlusconi soit jugé, hypothèse improbable compte tenu de la majorité dont il dispose ! Tout va bien pour Silvio.

 Un doigt de justice

De Ouest-France du 01/04 : En juin 2008, lors de la dispersion d’une manifestation à l’Inspection académique de Nantes, un enseignant d’Indre, avait involontairement cassé le doigt d’un policier lors de l’évacuation des lieux. Le délibéré a été rendu le 1er avril : l’instituteur doit payer 29 000 € pour rembourser les 6 mois d’arrêt de travail du policier. « Cette condamnation nous paraît disproportionnée, injuste et scandaleuse », a réagi Pascal Auger, président du comité de soutien de l’enseignant. Heureusement, depuis trois ans, ce comité de soutien a réuni une somme qui devrait couvrir la condamnation.

 La hackeuse à la pelle

De 20minutes.fr du 07/04 : une ferrailleuse de 75 ans creusait un trou, en Géorgie, pour trouver du cuivre afin de le revendre. Elle aurait ainsi sectionné une dorsale principale du réseau Internet … de l’Arménie. Comme 90% du réseau arménien est branché sur celui de la Géorgie, les quatre principaux Fournisseurs d’accès à Internet n’ont rien pu faire. Ils ont dû attendre que les réparations de cette artère soient achevées, ce qui a pris plusieurs heures. Finalement, il n’y a pas besoin d’un dictateur pour couper l’Internet de tout un pays. Une grand-mère et une pelle suffisent. Le réseau français étant bien plus vaste et décentralisé, une telle mésaventure ne pourrait pas se produire dans l’Hexagone, nous dit-on.