Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Energie > Prix libres : commandos agressifs en ville

Prix libres : commandos agressifs en ville

Ecrit le 28 avril 2011

 Sûr de lui et dominateur

C’est un jeune homme, 23-25 ans environ. Il monte, décidé, l’allée du jardin menant à la maison. La mamie le voit et se dirige vers la porte. Boum, boum ! Au lieu de sonner gentiment, le jeune homme, sûr de lui et dominateur, a tambouriné violemment à la porte vitrée. Tout de suite, il attaque : « Je voudrais voir votre échéancier de paiements du gaz, car je viens vous offrir des réductions ». Un peu interloquée, la mamie répond : « je ne l’ai pas, il est sur mon compte internet » - « Comment, vous ne l’avez pas imprimé ? ». « Non ». « Pouvez-vous aller le sortir ? ». « Non, je ne le ferai pas. Et puis, êtes-vous de Gaz de France ? Pourquoi donc Gaz de France me demanderait-il des papiers qu’il a lui-même réalisés ? ». Le jeune homme est parti sans demander son reste. Du moins pour cette maison. Car on apprendra qu’en d’autres points de la ville de Châteaubriant une batterie de commerciaux d’Altergaz (rattachés à ENI), agressifs en diable, ont promis monts et merveilles et notamment d’abaisser votre facture de gaz !!! Ne vous faites pas prendre ! Personne ne vous fera de cadeau. On trouve d’ailleurs sur internet de nombreuses plaintes de personnes démarchées par cette société.

Le Gaz pour l’électricité

Deux jours plus tard, dans un HLM du quartier Ville aux Roses à Châteaubriant. Cette fois c’est « Gaz de France » qui propose des tarifs intéressants … pour l’électricité. « Prix garantis en baisse pour deux ans ». Oui, mais au bout des deux ans ? L’interlocuteur est vasouillard et habile. « Ne vous en faites pas, c’est tout bénéfice pour vous ». Le lendemain (oui, ça va vite !) la personne reçoit le dossier à remplir. Une simple feuille, et c’est parti ! Elle découvrira un peu plus tard qu’il s’agit d’un document émanant de GDF-Suez, entreprise privée concurrente d’EDF et que, de ce fait, elle renonce au tarif réglementé d’EDF.

En 2004, le directeur de l’hôpital de Besançon, envoûté par les sirènes d’ENDESA, quitte EDF et le tarif régulé. Première année, pas de problème :
– 10% sur la facture d’électricité, on se frotte les mains, y-a pas à dire, la concurrence et le marché, ça a du bon.

2e année : patatras, + 70% sur la facture ENDESA (comme pour les assurances et tout le reste, il faut lire les petites lignes).

Notre directeur d’hôpital, se disant que l’on ne l’y reprendrait pas de sitôt, demande son retour à EDF.

M. EDF lui répond : « volontiers Monsieur, nous vous faisons une offre à 10% de moins que ENDESA »
– « Quoi ? mais avant je payais tant !!! »
– « Oui mais cela, c’était le tarif régulé. Et comme vous avez fait jouer votre éligibilité, vous ne pouvez pas revenir au tarif régulé ! » donc résultat des courses ….. + 50% en 2 ans.

Et cette histoire est vraie ! Elle a même été évoquée à l’Assemblée Nationale (voir aux 14 et au 20 septembre 2006) par le député UMP Jean-Claude Lenoir et par la députée UMP Françoise Branchet.


Ecrit le 28 avril 2011

 EDF a gagné

EDF a gagné. Le gouvernement a tranché : le prix de cession de l’électricité d’origine nucléaire produite par EDF à ses concurrents (GDF-Suez, Direct Energie, Poweo…) sera finalement de 42 euros le mégawatheure (MWh). L’opération se fera en deux étapes : 40 euros dès le 1er juillet prochain et 42 euros au 1er janvier 2012.

Mais les consommateurs ont perdu : le prix de l’électricité va exploser ! Il est prévu : + 28 % entre 2011 et 2015.


Ecrit le 1er juin 2011

 EDF : Remboursez !

L’Humanité.fr du 26/05 : Malgré une loi votée en ce sens l’an dernier, EDF continue de traîner les pieds pour rembourser à ses clients des trop-perçus inférieurs à 15 euros. C’est ce que dit le médiateur national de l’énergie. […]

Les réclamations de consommateurs auprès du médiateur ont explosé en 2010, atteignant le nombre de 17.467, soit 25% de plus que l’année précédente. Tous les fournisseurs d’énergie sont concernés. Mais les deux fournisseurs historiques (EDF et GDF Suez) concentrent l’essentiel des réclamations.

Lors d’un changement de contrat, le groupe EDF avait pour politique de ne pas rembourser les trop-perçus inférieurs à 15,24 euros si les clients n’en faisaient pas la demande expressément. Cette pratique, jugée « inacceptable » par le médiateur, avait déjà été dénoncée lors de son précédent rapport annuel, sans pour autant susciter la moindre réaction d’EDF. Il a fallu que le Parlement vote une disposition dans la loi « Nome » du 7 décembre 2010 pour que les fournisseurs d’énergie soient désormais tenus de rembourser systématiquement les trop-perçus.

Les démarches peuvent durer des mois. Les consommateurs ont un délai de cinq ans pour réclamer des avoirs en leur faveur, ce qui signifie que « des millions de Français » sont potentiellement concernés.
Au radar

Leparisien.fr du 27/05 : alors que le gouvernement avait annoncé la fin de la légalité des avertisseurs de radars, la cacophonie qui règne depuis plusieurs jours autour des radars risque de s’amplifier. En effet, alors qu’il avait jusqu’ici annoncé la suppression des panneaux qui signalent les radars et, avec eux, des avertisseurs de radars, le gouvernement a de nouveau changé d’avis. Le ministère de l’Intérieur a déclaré que ces avertisseurs resteraient autorisés. Ils seront, selon le ministère, transformés pour « signaler les zones dangereuses ».