Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Religions, sectes > Et si Dieu n’aimait pas les Noirs ?

Et si Dieu n’aimait pas les Noirs ?

Ecrit le 8 avril 2009

Et si Dieu n’aimait pas les Noirs ?

Idées noires, caisses noires, hommes noirs … objets d’ignorance, de peur, de fantasmes. La Bible raconte une histoire mystérieuse : peu après le Déluge, Noë qui rentre de sa vigne ivre mort, ôte ses vêtements et s’endort. Son fils Cham, en entrant sous la tente, découvre malencontreusement la nudité de son père et sort la décrire à ses frères. Ceux-ci entrent dans la tente à reculons et posent un manteau pour couvrir Noë. Celui-ci, en l’apprenant l’attitude de Cham, le maudit et voue sa descendance à être à tout jamais esclave des esclaves de ses frères.

On a prétendu que cette malédiction biblique avait imposé aux Noirs une condition de servitude perpétuelle. En 1870, au Concile Vatican I, soixante-huit évêques sensibles à l’anathème pesant sur les Africains, supplièrent « le Saint-Siège d’intervenir en faveur des Noirs et de Hâter l’heure où la malédiction de Cham cesserait de les accabler ». Mais leur proposition ne fut pas examinée.

La malédiction de Cham servit à justifier l’esclavage des hommes noirs, et engendra tout un tas de clichés, comme celui de leur hypersexualité quasi animale.

Mais l’Eglise, en tant qu’institution humaine, continue à se méfier des Noirs (et des Asiatiques aussi d’ailleurs, et ne parlons pas des Juifs). Pourtant, il y eut trois papes africains :
– Victor 1er (en 189), celui qui fixa la date actuelle de la célébration de Pâques
– Miltiades (en 311)
– Gélase 1er (en 492)

Si leur origine africaine ne fait ausun doute, leurs portraits officiels leurs donnent des traites de papes blancs !

D’autres noirs ont été ainsi blanchis : St Augustin (Kabyle) et St Maurice (Egyptien) .

En janvier 1944, alors que les armées alliées font route pour libérer Rome, occupée par les nazis, le pape Pie XII exige, curieusement, qu’aucun soldat noir, africain, antillais, ou américain, ne soit déployé aux portes du Vatican.

En août 1988, le secrétaire particulier de Jean-Paul II, l’évêque zaïrois Emery Kabongo, est sauvagement agressé, officiellement par des inconnus, à Castel Gandolfo, la résidence d’été du souverain pontife, pourtant si bien gardée.

Aujourd’hui, les prêtres africains, en poste ou de passage au Saint-Siège, se disent discriminés. Plusieurs ont même été bannis, pour avoir prolongé leur séjour italien, au-delà de la limite autorisée. Ils sont désormais mendiants et sans papiers.

Quant aux religieuses africaines, que les congrégations romaines font venir, pour palier la crise des vocations, elles constituent une main d’œuvre corvéable à merci. Désemparées, beaucoup d’entre elles échouent dans … la prostitution avec des policiers et des prêtres qui leur offrent, en retour, un appui pour faire leurs papiers.

Ce livre, fruit d’une minutieuse enquête, dévoile les ombres et contradictions d’une institution humaine, l’Eglise, qui n’arrive toujours pas à se débarrasser de ses propres préjugés sur les Noirs, qu’elle considérait, jadis, à l’image, non pas de Dieu, mais du diable !

Source : le livre de Serge Bilé : « Et si Dieu n’aimait pas les Noirs ? »