Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances d’avril 2011 (2)

Mée-disances d’avril 2011 (2)

Ecrit le 20 avril 2011

 Chère énergie

Alors que la catastrophe de Fukushima dure depuis plus d’un mois et que la situation est loin d’être résolue, une autre catastrophe nucléaire court depuis 25 ans : celle de Tchernobyl. Le Réseau « Sortir du nucléaire » a donc lancé un appel à 25 jours d’actions, contre l’oubli et l’indifférence, pour dire « Tchernobyl, Fukushima, plus jamais ça ! ». Le réseau publie par ailleurs le livre de l’Académie des Sciences de New York, selon lequel la catastrophe de Tchernobyl a déjà fait un million de morts.

Livre intégral à télécharger ici :
http://www.chernobyl-day.org/article/tchernobyl-consequences-de-la

Finalement, cette énergie dont notre société moderne a tant besoin, nous la payons en million de vies humaines.

 Le bouclier et le chapeau

– Nicolas Sarkozy : « Je ne toucherai pas au bouclier fiscal car je crois au principe selon lequel on ne peut prendre à quelqu’un plus de la moitié de ce qu’il gagne ». (Octobre 2009, Le Figaro)
– Luc Chatel, ancien porte-parole du gouvernement : « Le bouclier fiscal, c’est plus qu’un engagement de campagne, c’est une vraie conviction de la part de la majorité ». (Mars 2010)
– François Baroin, ministre du Budget : « C’est un bon principe d’équité fiscale et par nature j’ai toujours trouvé qu’on ne laissait pas assez de temps à un dispositif fiscal pour produire ses effets. Laissons le dispositif fonctionner sur la durée et faisons le bilan ». (Les Echos)

Mais le 13 avril 2011, ces messieurs ont dû bouffer leur chapeau : le gouvernement a proposé de supprimer le bouclier fiscal. Selon Michel Sapin, sur Europe1 : « Ce qui compte, c’est de voir si nous aurons un système plus juste et si derrière, il n’y a pas un petit truc qui est dissimulé ». La réforme qui est proposée est de supprimer les petits ISF (impôts sur la fortune), ceux qui payaient 800 à 1.000 euros et possédaient 800.000 euros de patrimoine. « C’est aussi la diminution de l’impôt pesant sur tous les autres, y compris les plus riches des plus riches", explique le socialiste.

D’après Michel Sapin, « tout ce qui est en train d’être supprimé alors que ça a été créé en 2007 a coûté six milliards par an, soit 24 milliards », affirme-t-il, avant d’ajouter : « quand je pense qu’on nous critique parce que nous proposons d’augmenter les dépenses de 27 milliards d’euros ».

 Viol

Après une impasse de quatre mois, Laurent Gbagbo a été arrêté en Côte d’Ivoire pour laisser la place au président Alassane Ouattara, régulièrement élu. Selon Human Rights Watch du 14/04, des centaines de civils des deux côtés ont été tués. Laurent Gbagbo sera jugé, mais les abus des troupes d’Ouattara ne doivent pas rester impunis.
En effet, les bandes Ouattara ont ravagé de nombreux villages de l’Ouest, tuant et violant ceux qui étaient perçus comme des partisans de Gbagbo. Au moins 10 villages ont été brûlés, avec leurs personnes âgées et ceux qui étaient trop faibles pour s’enfuir.

De leur côté, les forces pro-Gbagbo ont massacré plus de 100 personnes à Bloléquin. « J’ai entendu les bébés et les femmes pleurer, ils les ont tous tués« , a déclaré un témoin. »Ils les ont massacrés. Je n’ai jamais rien entendu de pareil. Je ne suis toujours pas droit dans la tête"

Ouattara devra veiller à ce que les responsables - y compris Gbagbo et les commandants de ses propres forces - soient jugés de façon équitable.

 Monopoly

De Golias du 14/04 : Couvents, séminaires, propriétés de congrégations, immeubles... Face à des charges de fonctionnement de plus en plus lourdes, l’Eglise de France vend une partie de son patrimoine pour éviter la faillite. Révélateur d’une époque, le grand délestage de l’Eglise de France mesure la perte d’influence d’un système de chrétienté. Dans les prochaines années, la vente de ses biens immobiliers va devenir de plus en plus importante au regard de l’impératif comptable. Il restera toutefois les 87 cathédrales et les 45 000 églises paroissiales, propriétés de l’Etat et des communes depuis la loi de séparation de 1905 et qui en assurent l’entretien. Ce dont les Catholiques les plus intransigeants ne sauraient se plaindre.

Davantage de transparence serait la bienvenue sur les transactions menées, d’autant que les biens vendus représentent souvent des legs et donations des fidèles. Les catholiques n’auraient-ils pas leur mot à dire sur la destination des sommes considérables qui résultent de ces ventes ? L’opacité qui est de mise suscite trop souvent l’appétit de promoteurs habitués à des méthodes peu orthodoxes (…). Et une solidarité entre les diocèses « les plus riches » et les plus pauvres ne devrait-elle pas aller de soi ?

Ce grand Monopoly de l’Eglise n’augure rien de bon et la détourne de sa mission première, d’accueil, d’évangélisation, d’aide aux plus démunis et aux migrants. S’il n’y a pas lieu de se réjouir de cette grande braderie des couvents et bâtiments consacrés, on ne peut qu’appeler de ses vœux l’avènement d’une Eglise plus humble, plus aimante, éloignée de la nostalgie d’une période révolue

 La bouffe

Selon Alternatives économiques d’avril 2011, la population mondiale a plus que doublé depuis 50 ans. On est cependant parvenu à nourrir ces presque 4 milliards d’humains supplémentaires : la production agricole mondiale a en effet été multipliée par 3,4 dans le même temps (les problèmes aigus de faim qui subsistent aujourd’hui sont pour la plupart liés à des conflits et à la désorganisation qu’ils entraînent). Mais cet effort colossal a été réalisé en pompant trop d’eau dans les fleuves et les nappes phréatiques, et en utilisant trop d’intrants chimiques, qui ont progressivement empoisonné notre environnement. Non seulement on ne pourra pas aller plus loin dans cette direction, mais il est nécessaire de faire rapidement marche arrière.

Si on veut relever le défi alimentaire à venir, il faut adopter une « agriculture écologiquement intensive », estiment des chercheurs comme Michel Griffon. Il faut aussi améliorer l’efficacité de la distribution des produits alimentaires et changer de mode d’alimentation : selon le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), on produit aujourd’hui 4 600 kilocalories de cultures comestibles par personne mais seules 2 000 arrivent jusqu’aux consommateurs (la ration alimentaire moyenne d’un adulte doit être de 2 500 kilocalories). En cause : les prélèvements croissants pour l’alimentation animale, liés au développement excessif d’une nourriture carnée, et les pertes considérables à tous les stades du transport et de la distribution des aliments.

« Le Brésil expédie des millions de tonnes de soja pour nourrir des porcs élevés au Danemark, et le Danemark exporte ensuite de la viande de porc en Amérique latine. » Ces aberrations, mais aussi la confiscation des terres par une minorité, le refus de protéger l’agriculture locale et familiale, l’appauvrissement de la biodiversité alimentaire…toutes ces dérives sont dénoncées par Henry Saragih, secrétaire général de La Via Campesina.

 Prier dans la rue

JPEG - 130 ko
Dessin : www.leplacide.com

Selon Le Figaro du 14/04 : Des chrétiens ont décidé d’exprimer leur foi sur la voie publique à Nantes, à l’occasion de Pâques. L’évêque de la ville, le pasteur de l’église réformée de Nantes et un prêtre orthodoxe ont en effet invité leurs paroissiens à célébrer la résurrection du Christ, en plein air, dimanche 24 avril, sur la place Royale. « Cette année, la date de Pâques est commune pour nos trois églises chrétiennes. Elles ont souhaité saisir l’occasion pour organiser un événement visible et festif au cœur du département à Nantes », est-il expliqué dans le dernier numéro d’Eglise en Loire-Atlantique, le magazine du diocèse nantais.


Ecrit le 27 avril 2011

 Bilan Sarkozy : quatre ans de bonheur

Selon La Tribune du 22/04 : un document publié sur le site Internet de l’Elysée dresse le bilan des quatre ans d’action de Nicolas Sarkozy à l’Elysée. Doté de ce viatique, les élus de la majorité peuvent désormais partir battre la campagne en vantant les mérites de la politique menée depuis 2007 et préparer le terrain d’une candidature du chef de l’Etat à une deuxième mandat . « Depuis quatre ans et malgré la crise, la France avance. Notre pays change, se modernise et se transforme. Il le fait grâce aux efforts de chacun des Français, grâce au courage de tous. Depuis quatre ans, la France s’est remise en mouvement » peut-on lire dans ce document. Beau bilan.

[Ndlr : et quel bilan ! Vider les caisses de l’Etat en un an et demi. Désorganiser la justice et l’éloigner des citoyens. Augmenter les prélèvements par les taxes. Fermer des classes et alourdir les effectifs. Réduire les services publics. Diminuer les aides à l’emploi sans diminuer le chômage. Casser la vie associative. Augmenter considérablement le nombre de pauvres tout en protégeant ses amis, sa classe sociale par le bouclier fiscal, par les exonérations de charges, le retour des fraudeurs en quasi impunité. Le Vendredi Saint, les citoyens se souviennent du chemin de croix accompli et de celui qui reste à faire.]

 Le pacte diabolique

De l’Humanité du 15/04 : Cela ne se sait pas. Mais M. Sarkozy et l’UMP ont déjà un programme pour les prochaines élections. Code : « PNR-2011-2013 » (Programme national de réforme 2011- 2013). 
Il s’agit d’une bombe à fragmentation (…) La casse du système des retraites y est mise en exergue comme un modèle « juste, crédible et équilibré qui répond aux besoins de soutenabilité des dépenses publiques ». Aux jeunes, sont offertes comme seules perspectives les nasses de la précarité massive, alors que les entreprises qui les exploiteraient seraient encore plus exonérées de cotisations. Le cœur du projet se trouve dans l’obsession écrite d’abaisser ce qu’ils appellent « le coût du travail ». Le pouvoir se vante en ces termes : « Le gouvernement a décidé de ne pas octroyer un coup de pouce et de s’en tenir aux règles minimales de revalorisation pour la cinquième année consécutive »…

Cette surexploitation du travail se doublera d’une peine supplémentaire : celle de l’augmentation des impôts et des taxes ; des cotisations sociales des travailleurs, des chômeurs, des retraités ; des réductions de droit à la santé et des services publics, au nom de la lutte contre les déficits publics que continueront de creuser les cadeaux aux plus fortunés. Et pour cadenasser la super-austérité, M. Sarkozy et ses amis envisagent le dispositif quasi dictatorial d’une loi-cadre, à valeur constitutionnelle, « d’équilibre des finances publiques ». (…) Tout candidat, toute force politique prétendant améliorer la vie des gens doit dire si oui ou non elle sortira notre pays de ce pacte diabolique.

 Pisté par téléphone

De frandroid.com du 22/04 : c’est l’histoire de la semaine ! Le coupable n’est rien d’autre qu’un fichier, présent dans les téléphones iPhone et iPad, où sont enregistrées toutes les données de localisation de l’appareil. Le principal problème, c’est que ce fichier n’est pas crypté. L’outil iPhoneTracker permet ainsi de le lire et d’afficher joliment sur une carte les différentes localisations de l’appareil enregistrées : facile pour pister quelqu’un ! Si ce fichier (base de données) ne sort jamais de l’appareil, cela n’aura pas de conséquences graves. Mais le problème est que ce fichier n’est jamais effacé.

[Ndlr : un mouchard de poche ! Merveille !]

 Le purin d’ortie

Selon le journal de l’environnement du 21/04, le purin d’ortie sera bientôt autorisé à la commercialisation. Cette décision s’inscrit dans le cadre d’une douzaine de mesures destinées à promouvoir une alternative aux pesticides chimiques, comme le prévoit le plan Ecophyto 2018.

Les militants de l’Association pour la promotion des produits naturels peu préoccupants avaient engagé la guerre du purin d’ortie, depuis des années et, en décembre dernier, en épandant du purin d’ortie devant la mairie de Montreuil (Seine-Saint Denis) pour faire reconnaître les qualités de ce produit : un répulsif naturel pour les pucerons et les acariens et qui sert également d’engrais, stimulant la croissance, et renforçant les défenses naturelles des plantes.

 Nucléaire en panne d’eau

Selon l’Usine Nouvelle du 22/04 : le spectre de la sécheresse plane sur la France. Huit départements ont déjà imposé des restrictions d’usage de l’eau. Les centrales nucléaires situées en bord de rivière sont particulièrement concernées. Le niveau d’eau en baisse rend moins aisé leur refroidissement, et leur impose des baisses de puissance. C’est le cas de celles qui jalonnent le Rhône ou la Loire, et celle de Civaux sur une rivière près de Bordeaux.

Sur la Loire, lorsque le débit descend sous 60 mètres cubes par seconde, les 4 centrales (Belleville, Dampierre, Saint Laurent des eaux et Chinon) doivent se coordonner pour ne pas rejeter leurs effluents radioactifs en même temps dans la rivière. En-dessous de 30 mètres cubes par seconde, l’affaire se corse. Les centrales doivent stocker leurs effluents radioactifs dans des bâches et attendre que le fleuve se renfloue avant de pouvoir les rejeter. Un recours temporaire, qui leur permet de tenir plusieurs semaines. Mais si les stockages sont pleins, il faut arrêter les réacteurs. Improbable ? Lors de la sécheresse de l’été 2003, le débit de la Loire à Gien était de 65 m3/seconde. En 1949, il est tombé à 20 m3/seconde.

Cette année la sécheresse commence tôt. Il n’a quasiment pas plu   depuis janvier. Mais bon, ne soyons pas non plus pessimistes : il y a l’eau du robinet, des arrosoirs, et même la rosée du matin !

 Les Manchots ont faim

Du Journal de l’environnement du 12/04 : les petits crustacés dont se nourrissent les Manchots vivent entre les cristaux de glace, dans l’Antarctique, où ils trouvent de minuscules algues. Mais avec le réchauffement climatique qui s’est accentué ces dernières années, la glace se forme plus tard dans la saison : il y a aujourd’hui 80% de ces petites crevettes de moins qu’il y a 30 ans. Les Manchots à jugulaire et les Manchots Adélie, ne trouvant plus assez de nourriture, parviennent plus difficilement à l’âge adulte : leur population diminue respectivement de 4,3 et 2,9 % chaque année depuis 10 ans.

 Intox

Avec 1.255 foyers déclarés en 2009, soit 13.905 personnes touchées dont neuf décédées, on estime « entre 20 et 25% » le taux de Tiac (toxi-infections alimentaires collectives) déclarées aux autorités, indique Gilles Delmas, en charge des maladies d’origine alimentaire à l’InVS (institut national de veille sanitaire). En première ligne, les staphylocoques dorés suivis des salmonelles. La part des Tiac survenus dans les foyers familiaux est stable, celle dans les cantines scolaires en légère baisse, mais l’augmentation est constante dans la restauration commerciale. En 2009, les restaurants étaient en cause dans 29,4% des Tiac déclarées, contre 19,4% en 2002.

Paradoxalement, cette augmentation est rassurante : elle résulte d’une surveillance plus serrée. Signe révélateur : les cas sévères, entraînant une hospitalisation, représentaient 5,3% des Tiac en 2009, contre 9% en 2004

 Les pesticides et le QI

Plusieurs études publiées aux Etats-Unis font un lien entre l’exposition des femmes enceintes aux pesticides, et une diminution des capacités intellectuelles de leurs enfants. Ces travaux résultent de recherches menées pendant plus de dix ans auprès de mille femmes et leurs enfants. D’importantes différences ont toutefois été observées entre les enfants, en fonction de l’éducation qu’ils reçoivent, du niveau de vie de leur foyer, ou encore de leur exposition à d’autres produits chimiques rejetés dans l’environnement.