Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Pays (international) > Espagne 2011 : la jeunesse dans la rue

Espagne 2011 : la jeunesse dans la rue

Ecrit le 1er juin 2011

 Génération Précaire

La jeunesse espagnole subit comme dans beaucoup de pays européens des mesures austères et inefficaces. 45 % des jeunes sont au chômage, (en France 25 % Sans compter les auto-entrepreneurs, les services civiques, les emplois à temps partiel imposé et les stagiaires, non moins précaires que ceux qui entrent dans les calculs statistiques).

Après avoir touché la Tunisie puis l’Égypte, un air de jasmin souffle petit à petit sur l’Europe. En Grèce d’abord en décembre dernier, puis au Portugal à la mi-mars, voilà que la jeunesse espagnole elle aussi suit le mouvement.

Génération Précaire soutient les mouvements de protestation spontanés de cette jeunesse européenne et appelle à la mobilisation pour que l’on cesse de brader la jeunesse tout en consolidant un système qui a été sauvé sans contrepartie sociale.

En France, l’Etat, dans son actuelle incapacité à régler la situation sociale, affirme sa volonté d’être plus ferme vis-à-vis des plus fragiles : chômeurs au RSA  , jeunes sans travail ou stagiaires surexploités, élèves, malades... Et refuse d’encadrer les très hauts salaires.

Solidaires de ces jeunes Espagnols qui ont eu le courage de se lever pour dire « stop », nous sommes à leurs côtés, et nous refusons le bizutage social actuel, tout en revendiquant une société ouverte à son avenir.

(Communiqué)

Articles de presse :

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-reveil-social-en-espagne-se-95530

http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/06/07/indignons-nous-tous-a-paris-comme-a-madrid_1533000_3232.html


Ecrit le 15 juin 2011

 « DEMOCRACIA REAL YA ! » : Vers une révolution mondiale ? ?

Depuis plusieurs semaines, des milliers de jeunes, de précaires et de travailleurs espagnols descendent dans les rues de toutes les grandes villes du pays. Leur mouvement, qui s’organise principalement par le biais des réseaux sociaux (internet), est intitulé DEMOCRACIA REAL YA (« Réelle Démocratie Maintenant »). Voici leur manifeste :

Nous sommes des personnes ordinaires. Nous sommes comme toi : des gens qui se lèvent tous les matins pour étudier, pour travailler ou pour chercher un boulot, des gens qui ont famille et amis. Des gens qui travaillent dur tous les jours pour vivre et donner un futur meilleur à celles et ceux qui les entourent.

Parmi nous, certain-es se considèrent plus progressistes, d’autres plus conser­vateurs. Quelques un-es croyants, d’autres pas du tout. Quelques un-es ont des idéologies très définies, d’autres se consi­dèrent apolitiques. Mais nous sommes tous très préoccupé-es et indigné-es par la situation politique, économique et sociale autour de nous. Par la corruption des politiciens, entrepreneurs, banquiers. Par le manque de défense des hommes et femmes de la rue.

Cette situation nous fait du mal quotidiennement ; mais, tous ensemble, nous pouvons la renverser. Le moment est venu de nous mettre au travail, le moment de bâtir entre tous une société meilleure.

Dans ce but, nous soutenons fermement les affirmations suivantes :

L’égalité, le progrès, la solidarité, le libre accès à la culture, le développement écologique durable, le bien-être et le bonheur des personnes doivent être les priorités de chaque société avancée.

Des droits basiques doivent être garantis au sein de ces sociétés : le droit au logement, au travail, à la culture, à la santé, à l’éducation, à la participation, au libre développement personnel et le droit à la consommation des biens nécessaires pour une vie saine et heureuse.

Le fonctionnement actuel de notre système politique et gouvernemental ne répond pas à ces priorités et devient un obstacle pour le progrès de l’humanité. La démocratie part du peuple, par conséquent le gouvernement doit appartenir au peuple. Cependant, dans ce pays, la plupart de la classe politique ne nous écoute même pas. Ses fonctions devraient être de porter nos voix aux institutions, en facilitant la participation politique des citoyens grâce à des voies directes de démocratie et aussi, procurant le plus de bienfait possible à la majorité de la société, et pas celle de s’enrichir et de prospérer à nos dépens, en suivant les ordres des pouvoirs économiques et en s’accrochant au pouvoir grâce à une dictature partitocratique

La soif de pouvoir et son accumulation entre les mains de quelques-uns crée inégalités, crispations et injustices, ce qui mène à la violence, que nous refusons. Le modèle économique en vigueur, coince le système social dans une spirale, qui se consomme par elle-même, enrichissant une minorité et le reste tombant dans la pauvreté. Jusqu’au malaise.

La volonté et le but du système est l’accumulation d’argent, tout en la plaçant au-dessus de l’efficience et du bien-être de la société ; gaspillant nos ressources, détruisant la planète, générant du chômage et des consommateurs malheureux.

Nous, citoyens, nous sommes pris dans l’engrenage d’une machine destinée à enrichir cette minorité qui ne connait même pas nos besoins. Nous sommes anonymes, mais, sans nous, rien de cela n’existerait, car nous faisons bouger le monde.

Si, en tant que société, nous apprenons à ne pas confier notre avenir à une abstraite rentabilité économique qui ne tourne jamais à notre avantage, nous pourrons effacer les abus et les manques que nous endurons tous. Nous avons besoin d’une révolution éthique. On a placé l’argent au-dessus de l’Etre Humain, alors qu’il faut le mettre à notre service. Nous sommes des personnes, pas des produits du marché.

A la vue de cela, je suis indigné/e
Je crois que je peux le changer.
Je crois que je peux aider.
Je sais que, tous ensemble, on le peut.
Manifeste avec nous. C’est ton droit.

Nous, les chômeurs, mal payés, les sous-traitants, les précaires, les jeunes ... nous voulons un changement et un avenir décent. Nous sommes fatigués de réformes anti-sociales, qui nous jettent à la rue, qui nous chassent de nos maisons, qui nous imposent des lois limitant notre liberté au profit des puissants. Nous réclamons un changement de cap.

Avec cette plate-forme, nous voulons aider à coordonner une action globale et commune entre toutes les associations, les groupes citoyens et les mouvements, par conduire à l’évolution de la situation actuelle.

Plus d’infos sur
– http://www.democraciarealya.es/  ;
– http://tomalaplaza.net/

Le 19 juin, #Globalrevolution appelle à un grande manifestation dans toutes les villes d’Espagne.


En Espagne les indignés prennent la route : http://www.metrofrance.com/info/en-espagne-les-indignes-prennent-la-route/mkft!ut6ApZel26h0I/